• Depuis quelques années déjà, toutes les enquêtes d'opinion montrent que les armées bénéficient en France d'une image très positive. Avec les attaques terroristes de 2015, le fait miliaire est redevenu, de manière encore plus nette, un élément central de la vie sociale et politique française.
    Et pourtant, les Français connaissent mal leurs armées. Leur mémoire reste affectée par les souvenirs douloureux des conflits du XXe siècle. Dans le même temps, l'éloignement géographique et temporel de la guerre a rendu moins compréhensible ce que vivent ceux qui choisissent de servir la France par les armes. Les « valeurs militaires » ont le vent en poupe, mais elles sont souvent brandies sans être vraiment définies. Les Français perçoivent mieux l'utilité des opérations extérieures dans le contexte de la menace terroriste, mais la mort des soldats ébranle facilement leur soutien. Le consensus sur le besoin de consacrer des moyens aux armées s'est généralisé, mais les relations entre les politiques et les militaires demeurent sujettes à des tensions récurrentes.
    Cette nouvelle donne paradoxale rend nécessaire un état des lieux précis des relations complexes entre la société française et ses armées qui ne peuvent être comprises sans tenir compte du temps long de l'histoire.

  • La 317e section (1964), La section Anderson (1966), Le Crabe-Tambour (1976) : autant de films à grand succès devenus culte. L'aventure, les guerres de décolonisation, tel est l'univers du grand cinéaste, cameraman de l'armée mêlé au conflit indochinois. Né en 1928, Pierre Schoendoerffer appartient à cette génération marquée par la défaite de 1940, la guerre froide, les luttes pour l'indépendance. Soldat mais aussi créateur, quelle relation ce cinéaste entretient-il avec l'histoire ? Contribue-t-il à un récit national des événements de la décolonisation ? Quelle part donner en outre à son oeuvre romanesque ? C'est entre fiction et histoire que Bénédicte Chéron nous présente cet artiste hors norme.
    Un essai stimulant qui renouvelle en profondeur notre connaissance d'une oeuvre sensible et attentive aux pulsations de l'histoire.

  • Pendant des décennies, le Viet Nam a été éclipsé par les succès économiques japonais, les troubles indonésiens, la montée en puissance chinoise. Seules demeuraient, anciennes et obsédantes, les images de la guerre. En voie de modernisation économique, le Viet Nam veut apparaître comme un état neuf. Pourtant, ce développement démographique et économique rapide est toujours contenu par le poids social, culturel et politique d'un État centralisateur. La paix et le développement suffisent-ils à effacer les conflits de mémoire et à permettre l'éclosion d'un ordre politique ? Quelles nouvelles relations envisager avec les puissances occidentales et avec son voisin la Chine ? Pour répondre à ces questions, l'auteur se concentre sur les données de la stratégie politique et économique d'un des derniers pays communistes de l'échiquier mondial. Diplômée de l'IEP Paris, doctorante en histoire contemporaine, professeur certifié en histoire, Bénédicte Chéron - de Balincourt mène des recherches liées à l'histoire récente du Viet Nam. Elle enseigne à l'Institut français de journalisme.

empty