• Pola de Péra suivi de Proses pour Pola Ces contes mettent en scène le monde, le demi-monde et la demi-pègre bigarrée d'un Moyen-Orient qui ne ressemble pas à celui qui fait parler de lui. La charmante Pola donne le ton de cette faune insolite que l'auteur dessine d'un crayon vif. Pola fut cantatrice à l'Opéra de Péra. Elle fut aussi une courtisane dont la carrière fut moins dorée qu'elle n'aimait le raconter à ses voisines du quartier pauvre où elle finit ses jours empacotillés. Ayoub Sinano sait nuancer son ironie de tendresse, il sait mêler la grâce et la cocasserie et il se recommande encore par une originale érudition qui relève la saveur de ses étonnantes histoires. La revue "Cahiers des Saisons" Les Cahiers des Saisons paraissent tous les trois mois. Ces recueils comprennent une partie anthologique et un « journal de bord ». Dans le journal de bord sont consignées les réactions des auteurs des Cahiers aux événements littéraires et artistiques du trimestre ; il s'agit d'un bloc-notes à plusieurs voix. La partie anthologique réunit nouvelles, essais et poèmes. Hostiles à l'esprit d'école, les Saisons accueillent les écrivains dont le principal souci est de trouver la forme la mieux accordée à leur sensibilité et à leur expérience. On peut attendre de la littérature un agréable divertissement, mais également une meilleure connaissance de soi-même et des autres. Les Cahiers des Saisons estiment que l'étude de l'homme reste l'objet premier de la littérature. Ils se situent à ce carrefour où les quatre vents de l'esprit et de l'aventure bousculent toutes les théories.

  • « Artagal » est la chronique d'une amitié et d'un amour malheureux. Cet ouvrage séduit autant par sa qualité envoûtante, incantatoire, que par son style poétique et sa construction essentiellement musicale. On peut, à ce propos, invoquer certains romans de Jean Genet. « Artagal » rend cependant un son très personnel. L'ambiance poétique, le souffle intérieur, la mélancolie à la fois aérienne et charnelle de nombreuses pages sont remarquables. Il est rare de rencontrer un premier roman d'une telle maîtrise et d'une si intense émotion.

empty