• Cendres de lune est un livre de l'ombre. Celle qui se referme sur les peurs ancestrales et sur les drames les plus secrets. Voile nocturne qui se soulève parfois pour révéler tout le système d'une vie sans aube. Celle d'un peuple hanté par ses démons, poussé par l'avant par ses défis, ses lois tribales et ses crimes. Sombre et envoûtant, ce premier recueil de poésie, original dans sa forme, invite à explorer le monde après le crépuscule.

  • Ce n'est pas comme ça que ça aurait dû se passer. D'habitude, les choses sont différentes. Mais voilà, il y a les bouchons de circulation, la pression familiale, la curiosité ou la guerre, et soudain les événements prennent un tournant inattendu. Et cette chaleur qui pèse et exacerbe toutes les tensions...

    En dix-huit nouvelles, Aurélie Resch explore les désordres possibles lorsque le soleil, la fièvre ou le feu font sentir leurs effets et obligent les personnages à composer avec des circonstances extrêmes.

  • 1998, Sierra Leone. Une bande armée fait irruption dans un village. Meurtres, viols, pillage. Onika voit sa fille sauvagement tuée sous ses yeux et son fils enlevé pour être enrôlé de force. Réussissant, par miracle, à survivre à cet assaut, la jeune mère n'aura de cesse de retrouver son fils, Ntangu, en sillonnant cette région d'Afrique où l'horreur et la détresse sont devenues quotidiennes. Son destin croisera celui de Béatrice, une travailleuse humanitaire, et du major Kent, un Casque bleu, deux Canadiens aimantés par ce continent meurtri.



    Palpitant et bien documenté, Pars, Ntangu ! offre le portrait saisissant d'une Afrique complexe et sismique, où le débordement des camps de réfugiés et la prolifération des enfants-soldats contrastent avec l'indifférence croissante des pays du Nord et le cynisme ou la bureaucratie des relations internationales.

  • Dernière cigarette pour des soldats sur le front. Dernier recours d'une jeune mère dans un bidonville. Dernier appel d'un romancier claustrophobe. Dernières larmes versées en plein désert. Dernier repas du condamné. Dernier combat de boxe... qui se termine mal.

    Qu'elles soient campées au Canada, aux États-Unis, au Mexique ou en Égypte, les onze nouvelles réunies dans ce recueil font entendre des voix parfois désespérées, souvent désemparées, ironiques ou tendres. Acculés à leurs derniers retranchements, les personnages de La dernière allumette se retrouvent en équilibre sur le mince fil du présent, prêts à basculer dans le vide.

    Dans une écriture vive et sensible, Aurélie Resch propose des histoires singulières et touchantes, qui rappellent la fragilité de la destinée humaine.

  • Carla, journaliste de guerre en Afghanistan, est en quête. Elle cherche quelque chose de signifiant, à ramener à son fils Théo.
    De son côté, Tom, un jeune Américain de dix-neuf ans, essaie de trouver un sens à cette guerre pour laquelle il s'est engagé sans savoir pourquoi. Sa mère se ronge les sangs en pensant à son fils.
    Laïla et Amir, habitants d'une Kaboul en poussière, ont été séparés par les conflits.
    Ces mères et ces jeunes sont liés par un seul et même combat, celui de l'amour.

empty