• Le dernier tome de la saga des Neshov, plus de 500 000 exemplaires vendus en France !Après la mort de son oncle Margido, Torunn se consacre corps et âme à la modernisation de l'entreprise de pompes funèbres sans pour autant négliger la ferme familiale où elle règne désormais seule.
    Sa petite routine est cependant interrompue par deux événements : Erlend et Krumme, accompagnées de leurs enfants et de leurs mères porteuses ont décidé de rendre une visite à l'ancienne demeure familiale ; et depuis peu, le nouveau pasteur de la région semble éprouver un intérêt tout particulier pour la jeune propriétaire de la ferme.
    Mais, comme souvent chez les Neshov, ces premiers signes ne sont que les doux annonciateurs des chamboulements à suivre.

  • Entre surprises et révélations, trois frères, que tout sépare et qui ont choisi de vivre séparé les uns des autres mais aussi d'eux-mêmes, se retrouvent dans un époustouflant huis-clos psychologique.
    Quelques jours avant Noël, en Norvège, dans une ferme délabrée de Trondheim, la tyrannique Anna Neshov se meurt. Ses trois fils, leur père, ombre fantomatique et Torunn, l'unique petite-fille, se retrouvent alors pour la première fois pour une confrontation explosive où éclateront les drames secrets dont sont tissées leurs vies... " C'est tellement authentique, tellement brûlant de vérité - avec une écriture qui a la puissance d'un brise-glace -, qu'Anne Ragde nous prend aux tripes. " André Clavel, LireTraduit du norvégien par Jean Renaud

  • Après La Terre des Mensonges, Anne B. Ragde nous replonge avec La Ferme des Neshov, au coeur d'une saga familiale scandinave tiraillée entre traditions et modernité, entre ville et campagne...
    Après l'enterrement de leur mère, les frères Neshov pensaient reprendre le cours de leur vie. Mais tout a changé : Erlend est confronté au désir d'enfant de son compagnon, Margido à sa solitude et Tor, l'aîné, vit mal son quotidien à la ferme, auprès du " père " ... À leur insu, le drame couve et pour chacun d'eux, l'heure des choix a sonné. Tendresse, humour et coups de théâtre : la saga familiale norvégienne d'Anne B. Ragde est un phénomène littéraire incontournable au succès mondial.Traduit du norvégien par Jean Renaud

  • Après le succès de La Terre des mensonges et de La Ferme des Neshov, voici la fin tant attendue de la trilogie des Neshov.
    Suite au terrible secret révélé au clan des Neshov, la fratrie se disloque dans de pesants non-dits. Jusqu'au jour, funeste, où ils doivent faire face, ensemble. Dans une chaleur suffocante, Torunn, héritière malgré elle de la ferme familiale et des guerres silencieuses du passé, dénouera leurs destins - traçant une vie nouvelle. Anne B. Ragde convoque tous les démons de la terre norvégienne pour conter cette trilogie des Neshov au dernier acte cruellement magnifique. Traduit du norvégien par Jean Renaud

  • Parfois, il faut savoir se défaire des liens du passé pour avancer.
    Après une vie mouvementée, Tormod Neshov, le patriarche de la famille, coule enfin des jours paisibles dans sa maison de retraite. Plus rien ne l'empêche désormais de baigner dans les souvenirs de son premier amour, une histoire qu'il a dû nier toute sa vie et que pourtant il n'a jamais oubliée. Pour rien au monde il ne souhaite donc retourner à la ferme où règne dorénavant sa petite-fille Torunn. Bien décidée à honorer désormais son héritage et à remettre l'exploitation en état, elle s'investit aussi dans l'entreprise de son oncle Margido, lequel, après des années de solitude, commence enfin à s'ouvrir au monde. Erlend, de son côté, a pris un congé à son travail pour garder un oeil sur la rénovation de la villa de Klampenborg. Tout pourrait être parfait... si son compagnon Krumme n'était pas d'une humeur de chien à cause de son nouveau régime. Comme souvent, c'est lorsqu'on pense que la vie est un long fleuve tranquille que de nouveaux événements viennent tout faire basculer.
    Traduit du norvégien par Hélène Hervieu
    " La lecture de la saga est addictive. " Jean-Claude Vantroyen, Le Soir

  • Pour avancer, il faut savoir revenir en arrière...
    Après des années de splendeur puis de misère, la ferme des Neshov est désormais à l'abandon et la famille éclatée.
    Seul à Trondheim, Margido s'est tourné vers Dieu et se voue à son entreprise de pompes funèbres, mais peine à s'épanouir dans sa vie privée. À la tombée du jour, ni les tartines trop riches, ni les soirées dans son sauna personnel ne comblent le vide.
    À Copenhague, en revanche, pour son frère Erlend et son compagnon Krumme, désormais heureux parents de trois bambins, les journées ne connaissent aucun répit. Pris dans le tourbillon des couches, des biberons et des bobos, ils risquent de s'oublier eux-mêmes.
    Quant à leur nièce Torunn, installée à Oslo avec Christer, elle s'interroge sur l'avenir d'une relation dans laquelle tromperies et résignation ont succédé à un temps de folle passion. À quarante ans, les choix qui se profilent seront cruciaux.
    Une famille, quatre destins, quatre existences ancrées dans des réalités bien différentes que chacun questionne afin de trouver sa place dans le monde. Mais après tout, la vie n'est-elle pas cette quête permanente portée par l'espoir de trouver sa plénitude ?
    " La romancière norvégienne dévore la vie et dissèque la famille à belles dents... " Pascale Frey,
    Elle

  • Sous prétexte d'écologie, embarquez pour une croisière idyllique aux confins septentrionaux de la Norvège, dans le Spitzberg, où les " surprises " n'ont pas toutes été inscrites au programme... Embarquement pour le Spitzberg ! Cette " zona frigida ", étendue froide et aride, semble peu propice aux vacances qu'a décidé de s'offrir Béa. À moins que la jeune caricaturiste ne soit venue chercher, entre deux litres d'alcool, une mystérieuse délivrance... La croisière bascule bientôt dans un redoutable huis clos où s'abat, glacial, l'esprit de vengeance. " Anne B. Ragde signe avec Zona frigida un roman noir éblouissant, une tragédie magistrale doublée d'un plaidoyer écologique jamais bêta. " Delphine Peras, LireTraduit du norvégien par Hélène Hervieu et Éva Sauvegrain

  • Petits espionnages entre voisins : dans cet immeuble de la banlieue de Trondheim, en Norvège, les voisins se scrutent, se saluent (ou pas), s'espionnent. On ne se connaît pas vraiment, mais tout cela n'empêche pas de se critiquer...
    Au coeur de Trondheim, dans les années 1960, l'ère est à l'harmonie et au progrès. En apparence, du moins. Car de l'autre côté des murs, où la modernité fait rage à coup d'électroménagers, ça scrute ses voisins et ça cancane à grand bruit. Lorsqu'un beau jour, un commercial propose d'installer des judas aux portes, menaçant de faire craqueler le vernis... " Il y a chez cette romancière qui aligne les best-sellers dans tous les pays du monde une sincérité presque déroutante, un humour de survivante, une attention au monde qui ne se lasse jamais. " Christine Ferniot, LireTraduit du norvégien par Hélène Hervieu

  • Une saga familiale fascinante sur trois générations de femmes. Après la trilogie des Neshov et leurs douloureux secrets de famille, Anne B. Ragde continue de mêler et démêler avec brios les destins de ses personnages, et de tenir le lecteur en haleine jusqu'au bout.
    En mourant, la vieille Malie provoque le fou rire outrancier de ses enfants. Un manque de compassion que Thérèse, sa petite-fille endeuillée, a bien du mal à comprendre. Au coeur des déchirements familiaux, il lui faudra retracer cent ans d'histoire, pour démêler le drame fracassant de trois générations de femmes et libérer le présent des silences... " La romancière norvégienne dévore la vie et dissèque la famille à belles dents... Un pavé bien saignant! " Elle Traduit du norvégien par Jean Renaud


  • Une plongée dans le coeur d'une enfant dont les parents se séparent à en 1960, (une époque où le divorce entrainait une marginalisation) et pour qui le salut se trouvera chez ses grands-parents où elle tentera de se réinventer et de fuir les ombres qui viennent lui rendre visite chaque soir depuis le divorce...

    La vie de Lotte, huit ans, s'écroule : ses parents divorcent, une honte dans la Norvège des années 1960. Divisée entre une mère inapte au bonheur et un père adoré qui lui échappe, rejetée par ses amies, étrangère à elle-même, elle retrouve un peu de sa joie l'été, dans la ferme de ses grands-parents, où dans l'ombre des non-dits et des secrets, elle tentera de se réinventer.
    Dans ce premier roman en clair-obscur, tableau délicat d'une enfance entravée, Anne B. Ragde tisse un portrait psychologique sensible, vibrant de justesse. Bouleversant.
    Traduit du norvégien
    par Hélène Hervieu

  • En Norvège, un homme solitaire mène une existence d'ermite jusqu'à l'arrivée d'une jeune femme qui vient bouleverser sa routine. Embaumés dans une atmosphère sensuelle, ces deux êtres voient leurs vies changer.Peut-être n'est-ce rien d'autre que lui, ce meneur de chiens rustre et glaçant, qu'elle est venue chercher dans ce chalet perdu au milieu du Grand Nord. Cet homme aux mains violentes et au désir brut, presque bestial, qui la fait trembler sous sa fièvre en fendant son corps de plaisir. Mais à force de passion et de soumission, le rapport de force s'intensifie entre les deux amants. Jusqu'au jour où l'un d'eux doit sauver sa peau...
    Avec la même justesse que pour la Trilogie de Neshov, Anne B. Ragde sonde l'incommunicabilité des êtres dans un nouveau roman brûlant et puissamment érotique.
    Traduit du norvégien par Hélène Hervieu

  • " On a le devoir d´aimer ses enfants, mais pas celui d´aimer ses parents. "" On a le devoir d'aimer ses enfants, mais pas celui d'aimer ses parents. "
    De sa mère, Anne B. Ragde a toujours fait un personnage de roman. De ses romans. Pour le plaisir, plus ou moins assumé, de l'intéressée... Aujourd'hui que Birte vit ses derniers mois, allant de lit d'hôpital en rendez-vous médicaux, sa fille n'a plus le choix : fini la mise à distance romanesque. La preuve d'amour, la seule, la vraie, ce sera de raconter sa mère, sans fard, sans pseudonyme. Une femme kaléidoscope, une Majesté du quotidien, capable d'élever seule ses filles, dans le dénuement et l'adoration des belles choses, de créer un festin à partir d'un fond de frigo, de tuer pour un livre ou un tableau de Chagall... Peu encline aux tendresses, certes, mais l'inspiratrice d'une vie, la matrice d'une oeuvre.
    Riche de cette relation patchwork, la fille fait de la mère un portrait doux-amer. Avec sa part d'ombre. Et son lot de lumière.

empty