• Avec l'allongement de l'espérance de vie et le vieillissement de la population, de plus en plus de personnes peuvent espérer vivre en santé de nombreuses années après la fin de leurs activités de subsistance. Et si ce temps des troisième et quatrième âges avait une profondeur spirituelle qui lui est propre ?
    Dans ce livre à la fois spirituel et pratique, André Beauchamp invite les aînés à réfléchir sur leurs préoccupations de manière à en mieux saisir la portée au quotidien. De l'argent au pardon, en passant par la retraite et la maladie, il aborde un large éventail de thèmes avec poésie afin d'offrir un tour d'horizon qui nourrira autant l'intelligence que la foi de ses lecteurs. Car si la vieillesse amène son lot de défis, elle est aussi porteuse de nombreux fruits qui ne demandent qu'à être partagés.
    « Notre société exalte la jeunesse, l'efficacité et le rendement [...] Un peu comme si la vraie vie était à l'extérieur de soi. Naturellement, le vieillissement, en diminuant nos capacités, nous mènerait à l'impasse. Or, vivre, c'est plus que cela. C'est peu à peu devenir soi-même, c'est s'approprier sa propre vie, lui donner un sens de l'intérieur. Et c'est établir des relations plus profondes avec les gens qui nous entourent. »

  • Ce recueil de prières s'articule autour du problème de la communication, de la rentrée en soi et de la sortie vers l'autre. D'où les thèmes de la porte et du silence.
    Une porte est ce qui nous permet De fermer la maison Et parfois de rentrer en soi-même.
    Une porte permet aussi de sortir Pour découvrir le monde et la vie.
    Une porte permet encore D'accueillir le visiteur, l'ami, l'invité.
    Entre porte et silence, Entre écriture et solitude, Je risque un parcours.
    Peut-être ferons-nous route ensemble.

  • Pour une approche spirituelle des enjeux environnementaux
    « Derrière l'éthique, plus profondément encore, il y a donc nécessairement un autre horizon, celui du regard, du sens. Centrée sur elle-même, l'humanité court vers la ruine. Il lui importe de retrouver le sens de ses racines écologiques, de son lien au sol, à l'eau, à l'air, à la vie. Cela s'appelle une spiritualité, c'est-à-dire une manière de voir, de sentir, de penser, de prendre place. »
    Une dizaine d'années après la parution de son ouvrage L'eau et la terre me parlent d'ailleurs, André Beauchamp poursuit le combat pour la sauvegarde de notre Maison commune, à la lumière des évolutions plus ou moins heureuses des dernières années et de la parution de l'encyclique Laudato si'. À terme, c'est à une véritable révolution spirituelle qu'il nous invite avec force et poésie, afin de préserver, de cultiver les conditions nécessaires à notre bonheur.
    ERRATUM : aux pages 172 et 173, le mot « panenthéisme » devrait remplacer le mot « panthéisme ».

  • La pandémie de COVID-19 est une épreuve au long cours pour le lien social. Le complotisme, l'isolement et différents enjeux de solidarité nous sont déjà familiers. Mais à moyen terme, les séquelles de la crise accentueront encore les écarts sociaux. On peut craindre la faillite de nombreuses petites entreprises, le chômage, la fragilisation de secteurs importants de l'économie et peut-être même des États. Les problèmes environnementaux et leurs conséquences pour les populations vulnérables risquent d'être négligés. La question sociale va redevenir cruciale. Irons-nous vers de nouveaux conflits, vers des tensions aggravées, ou vers de nouvelles formes d'engagement ?

    Observateur aguerri, André Beauchamp offre son regard sur le présent et l'avenir. Il démasque les visions inspirées par la peur et propose une analyse apaisée des véritables enjeux. Le grand défi, dit-il, est celui de l'amitié sociale, clé d'un avenir collectif plus humain dont la crise peut aussi devenir l'occasion.

    Un livre qui ouvre la réflexion sur les grands enjeux sociaux de la pandémie, écrit sous la plume d'un auteur apprécié tant pour sa compétence que pour sa pensée personnelle. Des textes limpides et concis, agréables à lire, couvrant l'étendue du sujet.

    André Beauchamp est prêtre, théologien et consultant en environnement. Il a été secrétaire du ministère de l'Environnement du Québec et président du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Il est l'auteur de nombreux ouvrages.

  • Le dernier volume d´une série très apprécié de commentaires bibliques des dimanches.

  • La question écologique est aussi et peut-être d´abord et avant tout une question spirituelle comme si l´immensité du monde et du cosmos devait rebondir au fond de nous-mêmes et nous forcer à découvrir l´immensité du chemin intérieur. Question technique et scientifique certes. Question éthique, bien sûr. Et plus profondément encore, question spirituelle qui ébranle nos philosophies et nos religions.

  • La cause fondamentale de la crise écologique, son moteur intrinsèque, est la consommation. Il faut plutôt dire la société de consommation. On ne peut vivre sans consommer, c'est bien sûr, sans boire ou manger, sans vêtement, sans abri, sans instruction et ainsi de suite. Le défi du pain quotidien est incontournable. Mais la société de consommation, c'est bien autre chose qu'une société prospère. La société de consommation est une culture, un état d'esprit. Il ne s'agit plus de consommer pour vivre, mais de vivre pour consommer. La fin et les moyens se sont inversés. Le crédit nous a fait perdre la notion de contrainte et de limite. C'est pourquoi l'auteur pense que c'est ici et maintenant qu'il faut défaire la société de consommation. Défi gigantesque, défi possible. Ce livre n'est pas un livre de recettes, mais un parcours de la consommation innocente et démentielle que nous connaissons. En réfléchissant à haute voix, l'auteur souhaite que cette part d'inhumanité qui triomphe dans notre société apparaisse plus clairement et conduise à d'autres choix de vie.

    Une oeuvre en trois volets :
    Hymnes à la beauté du monde (prières);
    Regards critiques sur la consommation (réflexions-méditations)
    Réflexion théologique (à paraître)

  • Le présent ouvrage prolonge la réflexion amorcée avec Hymnes à la beauté du monde, et Regards critiques sur la consommation. Alors que les deux premiers ouvrages sont constitués de textes courts qui suggèrent une approche impressionniste de la prière écologique et de laction relative à la consommation, le présent volume Essai sur léchec en cours aborde un certain nombre de questions de fond. Même si le propos est dune tout autre nature, lauteur na pas voulu en faire un texte savant, mais davantage un essai qui donne à penser. Ayant toutefois passé une large partie de sa vie à enquêter sur de grands projets, il réfléchit à haute voix sur la route sur laquelle lhumanité est en train de sengager, route qui mène à une impasse, car il sagit bien dun échec. Les purs et durs du développement tous azimuts refusent le terme déchec et ne parlent que dajustements mineurs. Or, pour André Beauchamp il y a une crise profonde, ce qui laisse entrevoir des corrections possibles.

empty