Sciences humaines & sociales

  • Marsile Ficin, qui dînait le soir avec le duc de Florence en compagnie parfois du célèbre peintre Botticelli, est une des figures marquantes de la Renaissance. Il a publié un De Amore ou commentaire du Banquet de Platon. Dans cet ouvrage, il a surtout posé le problème de Socrate dont il a mis en pièces l´image traditionnelle léguée par l´Antiquité. On a jugé utile de montrer comment il annonçait Nietzsche lui-même. À notre époque, traversée par une révolte contre l´impérialisme de Socrate, cette démystification du mythe platonicien apporte une source fraîche, et ouvre une avenue dans l´aventure de Platon dont on ne saurait plus, ayant pris connaissance de l´oeuvre de Marsile Ficin, lire les dialogues sans naïveté, comme on le fait trop souvent.

    ALEXIS PHILONENKO a été reçu premier à l´agrégation de philosophie en 1956 ; il a accompli son service militaire en Algérie, puis après un mandat d´assistant à la Sorbonne, il fut nommé professeur successivement à l´Université de Caen, de Genève et de Rouen. Il est connu surtout pour ses travaux sur Kant et Fichte.

  • Dans cet essai qui tient à la fois du roman picaresque et de la saga, Alexis Philonenko aborde la question de l'Europe et de son épaisseur métaphysique. Comment saisir de manière synthétique la cohésion spirituelle d'archipels, aussi disséminés, où scintillent les promesses d'ères nouvelles ? A la lumière de récits de voyages, de narrations savantes ou de pages inédites de Kant, Philonenko traque le Groenlandais pour montrer qu'en pleine période éclairée il est la figure emblématique de l'Untermensch. Puis il désigne les Chevaux de l'Apocalypse contemporaine : les derniers combats d'Europe et la guerre d'Algérie, la peste spirituelle et le statut difficile du débile mental, l'inversion de l'image de Dieu et le problème de l'assassinat ou de la famine agencée en crime de guerre. Ailleurs, le parcours de mondes oubliés permet à Philonenko de sillonner la Mer d'Edgar Poe ou la Terre d'Emile Zola, de montrer comment Parmentier et ses pommes de terre, Bernardin de Saint-Pierre et ses harengs auraient bien pu sauver la monarchie française sapée par les disettes. Puis d'autres pérégrinations font surgir des méditations sur le sport, la musique ou la philosophie, qui permettent de rencontrer Cassius Clay sur un ring, Ferdinand Alquié à l'université de Genève ou Fichte dans ses oeuvres.

  • Alexis Philonenko, pendant deux années, chaque mois, s'est laissé aller à observer quelques événements de notre existence, que nous disons banale sans bien y penser. Voici ses chroniques qui furent publiées dans la Revue des Deux Mondes, sous le titre « Perspectives », telles des feuilles cueillies au rythme des saisons. Elles reproduisent l'élan vital, ordinairement bousculé par les quotidiens qui sacrifient aux impératifs de rubriques préfabriquées. Cette logique secrète infuse l'écriture et tantôt la plume se fait alerte, tantôt pesante, sans que cesse de se développer une unité de style. Passent les saisons, passe la vie.

empty