• Les douze Récits de vie de Kouprine se déroulent dans la Russie tsariste de 1900 à 1917 en passant par la révolution de 1905. Ils nous font entrer dans la vie quotidienne et les antagonismes des catégories sociales de la société de cette époque : les partis politiques nouveaux (Martyr de la mode), la situation de la femme (Issu de la rue, Une vie paisible), la vie du soldat (En manoeuvres), la vie dans un foyer d'enfants (Courageux fuyards), le rôle de l'Église dans les bonnes moeurs ou la politique (Une vie paisible, L'anathème), la répression (L'offense)...

  • Monstrueuses formes obscures de la mine qui effraient un jeune mineur, monstrueuses machines de fer qu'il faut nourrir sans se lasser, monstres au service de l'argent... Dans le monde difficile de la mine et des hauts-fourneaux de la Russie des années 1890 en pleine révolution industrielle, l'amitié, l'amour, l'espoir de jours meilleurs sont aussi insatiables. L'auteur entremêle avec brio le monde du travail, le monde des affaires et celui de l'amour.

  • Romachov, jeune sous-lieutenant d'un régiment en garnison dans une ville de province, rêve d'une haute carrière mais se heurte aux violences de la vie quotidienne au sein de l'armée et à la vie provinciale dont la médiocrité l'écoeure. Il ne trouve de lumière que dans son amour encore platonique pour Chourotchka, la femme d'un autre officier.

    Publié en 1905, peu après la fin de la guerre russo-japonaise, ce roman qui valut la célébrité à son auteur, lui-même ancien officier, fut perçu comme une critique sévère de l'armée russe et de sa décomposition.



    Traduction du russe et introduction par Henri Mongault, 1922.

  • Le Bracelet de grenats et Olessia sont deux histoires d'amour, deux petits joyaux. Le premier, publié en 1910, dépeint dans une teinte crépusculaire l'aristocratie russe, à travers la passion chaste et pure d'un homme pour une dame inaccessible.


    Olessia est un des premiers récits de l'auteur et un de ses préférés, car très largement autobiographique. Le narrateur, envoyé dans une région aux confins de la Russie, y fait la rencontre d'Olessia, une jeune femme qui vit recluse dans les bois avec sa grand'mère que les villageois regardent comme une sorcière.

    Traduction d'Henri Mongault, 1922, 1933.

  • Dans les six récits de ce livre, Alexandre Kouprine décrit la vie d'animaux en mettant en scène leurs relations avec les humains. Le chat est fidèle à ses maîtres. L'éléphant fait la joie d'une fillette. Les ours font face aux chasseurs. Le chien désire sa liberté. Le bouc vit chez des paysans et au régiment. Les étournaux vivent leur vie sauvage ...

empty