Sciences & Techniques

  • DES ENFANTS, DES MIRACLES, DES HISTOIRES" Comment combler le fossé médical qui sépare les continents ? D'un côté, l'excellence de la médecine ; de l'autre, la fatalité, le renoncement, le drame. Comment conjurer l'injustice du lieu de naissance ? "
    Ils s'appellent Amina ou Tao, Moïse, Fanta, Yamin... Hier, ils étaient des enfants malades, victimes de la pauvreté en Afghanistan, au Laos, au Congo, au Mali, en Iran... Aujourd'hui, leur sourire témoigne de leur guérison : grâce à l'intervention des médecins et des chirurgiens de La Chaîne de l'Espoir, ils ont été pris en charge et retrouvent le cours de leur vie.
    En vingt-six ans, l'association fondée par le professeur Alain Deloche a soigné 200 000 enfants dans trente pays, formé des médecins et construits cinq hôpitaux.
    De ces milliers d'enfants qu'il a aidé à sauver, Alain Deloche retient ici quelques images, quelques portraits. De belles histoires pleines de vie, qui nous parlent de ces destins tragiques heureusement transformés par la médecine et d'une humanité qui ne connaît pas de frontières.


  • "Un médecin malade, et malade dans sa propre spécialité, c'est absurde, un peu ridicule, presque une insulte au savoir médical, quasiment un conflit d'intérêts..."

    Après avoir opéré plus de vingt mille coeurs, Alain Deloche, chirurgien de réputation mondiale, a dû, à son tour, confier son coeur au bistouri de ses collègues, et dans son propre bloc !
    Dans un étrange jeu de miroir, le soignant devenu soigné nous entraîne à sa suite dans les coulisses opaques de l'hôpital public et nous fait pénétrer dans la salle d'opération, en réanimation, aux urgences, partout où se jouent nos destins... Il nous confie les secrets de presque quarante ans de pratique dans un récit ponctué d'histoires, parfois cocasses, parfois tragiques vécues par lui et par d'autres - patients, brancardiers, infirmières, chirurgiens, grands patrons...
    Au fil des pages se dessine le malaise existentiel de l'hôpital. Car l'hôpital est malade. Malade du découragement des médecins, du manque de vocation des chirurgiens, d'une administration envahissante. Malade, aussi, de ses déficits financiers. Si rien n'est fait, si l'on ne réussit pas à inverser certaines dérives ubuesques, qui sera dans le bloc demain ?

  • Au cours des dernières décennies, des progrès fulgurants ont été accomplis en cardiologie. Prise en charge des infarctus, nouveaux médicaments, stents, défibrillateurs implantés, pontages coronariens, chirurgie des valves... Mais reste la défaillance cardiaque, c'est-à-dire la carence de la pompe, risque majeur du XXIe siècle ! Pour juguler ce fléau, il faudrait pouvoir changer cette pompe... On a cru que la transplantation cardiaque serait la solution. Mais on a trop peu de donneurs... On ne procède qu'à 400 transplantations par an en France, et 5 000 dans le monde... pour des millions de malades sur la planète ! Alors a émergé l'idée d'un coeur artificiel. Grande première : le 18 décembre 2013, à l'Hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris, un coeur artificiel est implanté chez un patient de 76 ans souffrant d'une insuffisance cardiaque au stade terminal. Le monde entier est ébranlé. Soixante-quatorze jours plus tard, le malade succombe à un " court-circuit " de sa prothèse. Mais en dépit de ce drame, cette implantation peut être considérée comme un succès... D'ailleurs, en juillet 2014, l'autorité sanitaire autorise de nouvelles expérimentations... Les deux auteurs retracent toutes les étapes de cette aventure et s'interrogent sur les espoirs que suscite le coeur artificiel. Comment parvenir à une régulation de l'activité cardiaque en fonction de la situation, de l'effort ou du stress ? Et sur le plan financier, qui investira les centaines de millions d'euros encore nécessaires à la recherche ? Qui paiera, demain, pour chaque coeur implanté ? Les grands laboratoires sont pourtant à l'oeuvre, en France, aux États-Unis, au Japon... Si tous ces problèmes sont résolus, nous entrerons dans une ère nouvelle. Encore faudra-t-il des structures dédiées aux implantations et au suivi... Aurons-nous un jour de grands Centres du coeur dans lesquels nous irons faire réviser périodiquement la mécanique qui battra dans notre poitrine... pour toujours ?

empty