• Joseph, soixante ans, a la nostalgie de l'Afrique, des grands espaces et des défis. Il prend la direction d'un camp de réfugiés à la frontière du Tchad et du Soudan. Dans ce chaos humanitaire, il fait la connaissance de Marthe, pédopsychiatre. Confronté à l'absurde et à l'horreur, Joseph reprend sa liberté et s'envole vers un autre continent. Mais subissant l'ascendant de Marthe et influencé par son entêtement à entreprendre et à réussir, il se laisse embarquer pour une nouvelle odyssée africaine.

  • Le narateur, révolté par quarante ans d'incurie et d'incantations mensongères des politiques constate, désemparé, la propagation d'un terrorisme aveugle. Refusant les amalgames et le choc des civilisations, ouvert à l'ailleurs étranger, il veut comprendre cette dérive suicidaire qui compromet la paix du monde et l'entente entre les peuples. Il décide alors de partir à la rencontre de ses vieux amis soufis du Sahel.

  • « Dans mon égarement, le souvenir de la voix de Jules agit comme un remède à ma détresse. Elle me rappelle qu'il existe une sortie à l'impasse mortifère dans laquelle je me suis enfermé. Inhaler un nouvel air et oublier les vicissitudes qui m'accablent deviennent un impératif. Partir est la solution. Rayer de mon cerveau et de ma carte tout ce qui de près ou de loin me ramènerait à la vieille Europe devient une évidence. Quitte à mourir, autant mourir dans une flamboyance inhumaine, plutôt que d'agoniser dans l'ennui, la brutalité et le désappointement. Les bourgeois poltrons et les vandales de nos banlieues et de nos quartiers ont implanté dans nos rues, sous l'oeil apitoyé des médias et des politiques, une criminalité rampante, sauvage et prédatrice. La sociologie officielle se répand en mansuétude coupable envers ce fléau ultra-violent. Chassé de mon champ par mes phobies et les saccages répétés, je me tire pour aller bronzer sous les tropiques. » Jules et l'Afrique : ce sont en eux que le narrateur de ce récit place ses espoirs de renouveau. Mais, arrivé en Côte d'Ivoire, une réalité difficile s'offre à lui, et cela en raison d'un Jules qui, s'il provoque chez les uns la fascination, génère aussi chez les autres la jalousie et la rancoeur... autant de sentiments qui font le terreau des complots et de la violence qu'il faut désamorcer. À travers ce roman aux allures policières et cette figure ambivalente qu'est Jules, A. Lavelle évoque le crépuscule de toute une classe d'hommes, aventuriers et baroudeurs, culottés et loyaux, rêvant en grand mais rattrapés malgré eux par la petitesse de leurs semblables.

  • Les tyrannies triomphantes

    Alain Lavelle

    2015. Les attentats de Charlie Hebdo ont lieu. Il est dépassé, révolté, désemparé : que peut-il faire ? Comment peut-il agir contre ce terrorisme qui gangrène tout ? Il décide d'aller trouver des réponses chez ses amis soufis du Sahel malien. Mais cela ne résout rien, il n'éprouve qu'un plus grand déchirement. Alors il rentre en France et rencontre Emily.

    Leur idylle prend fin dans une tragédie sanglante, et Emily est anéantie. Elle ne se reconnait même plus ; s'est-elle seulement jamais connue ? Elle ne veut qu'une seule chose, désormais : se venger.

    Elle revêt l'habit de justicière et se lance dans un parcours chaotique de combattante dépassée par la malignité du monde.

    Un roman actuel et philosophe, dont la violence âpre éprouve jusqu'à notre humanité.

empty