• Pourquoi le mal, la misère et la mort ? Faut-il accuser Dieu de tous nos maux ? Quand un pasteur et exégète renommé actualise le plus grand des cris bibliques.
    L'épisode de Job se lamentant sur son tas de fumier est célèbre. Mais si de nombreux théologiens ont lu ce texte, rares sont ceux qui ont osé affronter les questions qu'il pose.
    Alain Houziaux met les pieds dans le plat : pourquoi Job voit-il Dieu comme l'auteur du mal ? Quel sens donner au très énigmatique discours par lequel Dieu lui répond ? Et pourquoi Dieu fait-il l'éloge de créatures monstrueuses qui incarnent le tohu-bohu à l'oeuvre dans le monde ?
    C'est à une lecture neuve et originale du célèbre texte biblique que nous sommes invités. On découvre ainsi que le Dieu du livre de Job n'est en rien celui du judaïsme classique ; plutôt un Dieu incompréhensible et déroutant qui ignore le bien et le mal. Un Dieu que Spinoza, Nietzsche et Simone Weil pourraient reconnaître.
    Un Dieu finalement réjouissant, fortifiant et convaincant. Un Dieu pour aujourd'hui.

  • Tout le monde connaît le mythe d'Adam et Ève : deux bonnes poires, un serpent, une pomme... à l'origine de gros pépins. Ce récit reste pourtant bien énigmatique : pourquoi ce fruit est-il interdit ? Qu'est-ce que cette connaissance du bien et du mal qui,

  • Lors des premiers siècles du christianisme, la confession de foi de l'Eglise s'est élaborée très progressivement pour aboutir peu à peu à trois formules fixes : le Symbole des Apôtres, le Symbole de Nicée et le Symbole de Nicée-Constantinople. C'est le premier qu'Alain Houziaux choisit de commenter ici, ce texte que les chrétiens des différentes confessions récitent au cours de la liturgie pour proclamer leur foi. Car ce Credo que l'on croit connaître est plein d'énigmes, de questions. Que signifie le mot symbole ? Pourquoi parler de la toute-puissance de Dieu ? Et la Création ? Comment expliquer la présence du Mal ? Pourquoi la virginité de Marie ? Autant d'interrogations qui nous poursuivent jusqu'à aujourd'hui. A partir de ce libre commentaire soucieux de pédagogie, Alain Houziaux propose un véritable parcours sur les grandes questions de la foi chrétienne dont les formulations s'affrontent souvent aux mentalités contemporaines. Comme il l'écrit : " Je reçois le texte du Credo avec une sorte de curiosité, mais aussi avec une forme d'étonnement. Ce qui m'intéresse, c'est le fait qu'aujourd'hui encore, en ce début de XXIe siècle, le texte du Credo soit objet de débats, et c'est aussi le fait qu'aujourd'hui encore il est donné comme la confession de foi de l'Eglise aujourd'hui. C'est en tant que tel que le Credo m'intéresse. C'est la manière dont, aujourd'hui encore, on peut le dire et se l'approprier. " Une approche libre et décomplexée d'un texte fondateur de la foi chrétienne

  • "C'est si bon que ç'en est presque un péché", dit-on. Pourquoi plaisir et péché sont-ils associés dans notre esprit ? Qu'est-ce qui fascine dans la gourmandise, la paresse et la luxure ? La passion de la jouissance ou la transgression des tabous ? Et que dire de l'emprise de la colère, de l'avarice, de l'envie ou de l'orgueil ? Simples troubles de l'humeur ou manifestations de la "part maudite" qui nous habite ? L'auteur analyse la racine psychologique de chacun des sept péchés capitaux. Ni fautes, ni maladies, ils s'apparentent davantage à des passions qui donnent de l'intensité à la vie. Mais ils peuvent aussi devenir des obsessions, entre pulsion de vie et pulsion de mort. A la croisée de la psychologie, de la philosophie éthique et de l'analyse biblique, Alain Houziaux s'interroge enfin sur la raison d'être du péché. De fait, bien des convertis n'ont-ils pas été d'abord de grands pécheurs ?

  • Christianisme et politique, un couple qui ne semble pas toujours faire bon ménage ? On connaît la distinction de Jésus : " Rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ", qui fonde la séparation du spirituel et du temporel. Mais ici le propos de l'auteur est davantage de secouer une certaine torpeur, le manque d'engagement des chrétiens dans le domaine politique et économique. Pour lui, le christianisme implique une conviction politique qui prend au sérieux la radicalité du message biblique. À partir de trente questions impertinentes, Alain Houziaux s'attaque aux problèmes les plus actuels : le droit de s'enrichir, jusqu'où ? L'aide au tiers monde, à qui profite t elle ? Faire la guerre, à quoi ça sert ? La croissance est elle une nécessité perverse ?Un livre courageux, lucide et bien documenté.

  • C'est à une lecture très originale de la Genèse que nous convie Alain Houziaux. Sur les origines de l'univers ou le mystère du mal, par exemple, il établit des ponts entre le récit biblique de la création du monde, et les plus récentes hypothèses astrophysiques. Il porte un regard nouveau sur la désobéissance d'Adam et Eve. Ne serait-ce pas une étape salutaire sur le chemin de l'accession à la liberté et à l'autonomie ? Il apporte des réponses décapantes et stimulantes aux questions que tout homme se pose : si Dieu est bon, pourquoi le mal, et pourquoi la mort ? Ce monde et notre vie ont-ils un sens ? Qu'est-ce qui dans l'homme résiste au projet de Dieu ?

empty