• Avec son regard si personnel, Alain Decaux réexamine le cas de saint Paul et nous fait découvrir un personnage fait de contradictions et de passions.
    Sans oublier le saint, c'est l'histoire d'un homme qu'a voulu faire revivre Alain Decaux. Il montre Paul persécuteur impitoyable des chrétiens avant, sur le chemin de Damas, de reconnaître le Fils de Dieu : " Il m'est apparu à moi, l'avorton, car je suis le plus petit des apôtres. " Premier à comprendre que le christianisme n'avait d'avenir que s'il s'adressait aux païens, convertisseur génial, épistolier grandiose, Paul apporte la " Bonne Nouvelle " en Asie et en Europe. Emprisonné, torturé, lapidé, il forge, avant que soient écrits les Evangiles, les lois qui régiront l'Eglise. C'est sur les routes que Paul a parcourues que l'auteur l'a retrouvé. Jusqu'à Rome où Néron le fit décapiter.Célébrissime pour son talent à faire revivre hommes et événements, tant à l'écrit qu'à l'oral, Alain Decaux, de l'Académie française, après diverses responsabilités gouvernementales, est aujourd'hui président du Collège des conservateurs du domaine de Chantilly.

  • De Dracula à Lawrence d'Arabie, en passant par Champollion, Mermoz et Heydrich, dix destins et histoires qui ont bouleversé l'Histoire mondiale. Dix histoires extraordinaires figurent au sommaire de ce livre. Sur des personnages aussi divers que Mandrin, Louis II de Bavière, Pou-yi, Haïlé Sélassié ou Ben Gourion, Alain Decaux apporte toujours des aperçus originaux et saisissants. De même que sur le meurtre de Reinhard Heydrich, en qui certains avaient voulu voir le successeur de Hitler.
    L'auteur exploite ici une foule d'informations réunies pendant vingt ans et dont il n'a pu utiliser qu'une part dans ses célèbres émissions " Alain Decaux raconte ".
    " Tout le génie d'Alain Decaux est dans ces récits. [...] Du grand art. "
    Point de vue

  • De 1940 à 1963, de la guerre absolue à la mort de Kennedy, le XXe siècle tel qu'Alain Decaux l'a vu, appréhendé et senti. Le regard d'un écrivain et d'un historien curieux qui s'est arrêté sur ce qui, selon les cas, l'a émerveillé, déconcerté ou accablé." Je suis né quand le xxe siècle, à peine majeur, traversait ses années folles. Je n'ai cessé d'être fasciné par cette démesure. Depuis que j'ai commencé à écrire, je lui suis toujours revenu. Pourquoi me suis-je attaché à des célébrités autant qu'à des obscurs ? Pourquoi des faits divers ont-ils retenu mon attention aussi bien que des événements politiques de première grandeur ? Cet ouvrage répondra peut-être à ces questions.
    " Ce que je propose, très modestement, au lecteur ne saurait être pris pour une histoire de ce siècle. Trop d'épisodes feraient défaut. Ce n'est rien d'autre, et rien de plus, que le xxe siècle comme je l'ai vu, appréhendé - senti. "
    Alain Decaux
    La traversée du siècle par un maître de l'histoire

  • De 1905 à 1940, des années folles à la course à l'abîme, le XXe siècle tel qu'Alain Decaux l'a vu, appréhendé et senti. Le regard et la verve d'un grand écrivain d'histoire." Je suis né quand le XXe siècle, à peine majeur, traversait ses années folles. Je n'ai cessé d'être fasciné par sa démesure. Depuis que j'ai commencé à écrire, sans cesse je lui suis revenu.
    " Pourquoi me suis-je attaché à des célébrités autant qu'à des obscurs ? Pourquoi des faits divers ont-ils retenu mon attention aussi bien que des événements politiques de première grandeur ?
    " L'ouvrage que je propose aujourd'hui répondra peut-être à ces questions. "
    Alain Decaux
    Célèbre pour son talent à faire revivre hommes et événements dans ses livres, à la télévision et au théâtre, Alain Decaux ressuscite dans cet ouvrage vingt-quatre événements qui ont marqué la première partie du xxe siècle. Du cuirassé Potemkine à l'affaire Stavisky, de Sarajevo à Guernica, de Blériot à Trotski, on retrouve dans ce premier tome de
    C'était le XXe siècle l'exceptionnel don de vie de l'historien qui fit dire un jour à François Mauriac : " Il conte comme Homère. "
    Une traversée du XXe siècle par un maître de l'histoire

  • De César Borgia à Louis Renault, en passant par Gandhi, Churchill et les Romanov, Alain Decaux nous présente neuf destins fabuleux qui ont marqué l'Histoire mondiale. Neuf destins fabuleux figurent au sommaire de ce livre. Parmi eux, ceux de grands politiques qui ont marqué l'histoire : César Borgia, fils de pape et prince guerrier de la Renaissance ; " le lion " Winston Churchill, Premier Ministre du Royaume-Uni, et le Mahatma Gandhi, l'homme dont Nelson Mandela s'inspira. Mais aussi des parcours tragiques, comme celui des derniers Romanov. La mort mystérieuse de Louis Renault, ou encore l'étrange décès de Stavisky, l'histoire de l'organisation des cagoulards et celle de l'homme qui voulait empêcher la Seconde Guerre mondiale complètent ce fascinant tableau.
    Alain Decaux exploite ici une foule d'informations réunies pendant vingt ans, et dont il n'a utilisé qu'une partie dans ses célèbres émissions télévisées.

  • Le best-seller incontournable d'Alain Decaux dans une nouvelle édition entièrement remaniée (nouvelle iconographie et nouvelle maquette)et complétée jusqu'à aujourd'hui. Une histoire de France pour tous, indispensable à toutes les familles. " L'histoire que je vous propose ne ressemble à aucune autre, parce qu'elle est celle de cette France où vous habitez et où probablement vous passerez votre vie. De cette France qui a grandi, pendant des milliers d'années, au travers d'aventures si extraordinaires qu'elles laissent bien en arrière celles que l'on imagine pour vous à la télévision et au cinéma.
    " Ce livre veut avant tout faire rêver sur les hommes et les femmes qui ont construit la France. Il est composé d'histoires qui, ajoutées les unes aux autres, font l'Histoire. "
    Alain Decaux,
    de l'Académie française
    Nouvelle édition entièrement remaniée du best-seller incontournable d'Alain Decaux.

  • Fanfaron, hâbleur, aventurier, dispendieux, romantique, truculent sont les maîtres mots qui qualifient ce personnage hors normes, de ce dictionnaire aussi, qui le restitue dans toute sa diversité.
    Le décret qui, en 2002, a décidé de la dernière demeure d'Alexandre Dumas ? le Panthéon ? est à lui seul un résumé savoureux de sa vie : " Par ce geste, la République donnera toute sa place à l'un de ses enfants les plus turbulents et les plus talentueux, à l'un de ses génies les plus féconds. "Ses débuts nous laissent incrédules. À vingt-six ans, la Comédie-Française reçoit sa première pièce, qui plus est par des acclamations. Qui d'autre, après avoir dans son enfance connu la misère, a pu se constituer, par ses droits d'auteur, une immense fortune pour finir sans un sou ? Par son théâtre et surtout par ses romans, Alexandre a fait de lui-même un géant et du passé une épopée.A.DAlain Decaux est l'auteur de nombreux ouvrages historiques. Il s'est exprimé également à la télévision (Alain Decaux raconte) et à la radio (La Tribune de l'Histoire). On a souvent dit de lui qu'il " avait fait aimer l'Histoire aux Français ".Dessins d'Alain Bouldouyre

  • Victor Hugo

    Alain Decaux

    Hugo revisité par Alain Decaux.Hugo revisité par Alain Decaux.
    " Connaître mieux Hugo. Ou plutôt le connaître. Tel fut le propos de ma vie entière. Aller plus loin que le "témoin", voire à son encontre, plus loin que la légende du poète de la République, de la barbe blanche et de l'art d'être grand-père. Répudier Epinal. Retrouver le quotidien au-delà du génie. Admettre la sincérité du révolutionnaire et le comprendre bourgeois. Croire à sa générosité totale et constater son amour de l'argent. Le voir vivre en leur absolu ses passions amoureuses et asservir la meilleure des amantes. " J'ai lu les lettres où il se met à nu, celles des hommes qui l'accompagnèrent,"des femmes qui l'aimèrent. " Je l'ai suivi dans Choses vues et l'ai découvert prodigieux journaliste. " Je l'ai retrouvé dans les assemblées, l'ai admiré chantre de la seule vraie cause, celle de l'homme, polémiste féroce pour foudroyer les intérêts ou écraser les égoïsmes. " J'ai lu les travaux innombrables d'innombrables érudits... " J'ai visité les lieux où il vécut, allant à Besançon aussi bien qu'à Guernesey, voulant voir le sommet du Donon tout autant que la Seine à Villequier, l'appartement de la place des Vosges comme la maison de Juliette. Il m'était cher, il m'est devenu proche. "Alain Decaux

  • Morts pour Vichy

    Alain Decaux

    Quatre destins tragiques dans une des périodes les plus noires de l'histoire de France (Philippe Pétain, Pierre Laval, Amiral Darlan, Pierre Pucheu). Chacun entre en scène ici au moment précis où s'amorce le processus qui le conduira à la mort.
    Quatre hommes figurent au sommaire de ce livre. Tous, dans le cadre du régime de Vichy, ont exercé le pouvoir, au plus haut niveau. Tous ont connu un sort tragique : l'amiral Darlan assassiné ; Pierre Pucheu, l'un des esprits les plus brillants de sa génération, fusillé à Alger ; le maréchal Pétain, condamné à la peine capitale mais réservé à une longue agonie ; Pierre Laval, exécuté à Paris, dans des conditions qui ont desservi l'image de la justice de l'époque. Si Alain Decaux a choisi d'évoquer l'ultime étape de leur destin, ce n'est pas pour rechercher les raisons politiques qui les y ont précipités. Il ne veut raconter que ce qui précéda leur mort. C'est dans de tels moments qu'un être se révèle tout entier et quelquefois recompose la dernière image que l'on gardera de lui.Célèbre pour son talent à faire revivre hommes et événements dans ses livres, à la télévision et au théâtre, Alain Decaux, de l'Académie française, a occupé diverses responsabilités gouvernementales. Pendant onze années, il a présidé le Collège des conservateurs du domaine de Chantilly.

  • Aucune des histoires que contient ce livre n'aurait pu exister hors du climat né de la dernière guerre. Telle est la raison qui conduit Alain Decaux à qualifier celle-ci d'absolue. Qu'on en juge : responsables du massacre de la totalité des officiers polonais capturés en 1939, les Soviétiques en attribuent délibérément la responsabilité aux Allemands et soutiennent ce mensonge d'Etat pendant près de cinquante ans. En Allemagne, face au silence assourdissant qui entoure le génocide, c'est un SS qui tente de le dénoncer. Le truand Lafont recrute dans une prison les membres de la Gestapo française, tandis que le docteur Petiot, assassin de gens pourchassés par les Allemands, se campe à la Libération en héros de la Résistance. Ce n'est pas un collaborateur qui est à l'origine de l'arrestation de Jean Moulin, mais un résistant. Les savants qui ont fait éclater la première bombe atomique dans un désert s'acharnent pour qu'elle ne soit pas lancée sur le Japon...Dans ce volume : Katyn ou le mensonge, Mers el-Kébir, Monsieur Lafont, de la Gestapo française, Le SS qui hurlait contre le génocide, La tragédie du "Laconia", Jean Moulin : le piège de Caluire, Mussolini s'évade, Les chaudières du docteur Petiot, L'homme d'Hiroshima, Hiro-Hito : le grand combat pour la paix.

  • Des milliers de cartons, encore inexplorés, dorment toujours dans le secret de nos archives nationales et dans les archives privées. Le but de cette collection est de découvrir, d'utiliser, et de faire connaître cette masse de documents inédits. On devine la part que la « Petite Histoire » - si aimée aujourd'hui du public - pourra tirer de ces matériaux inconnus. Cependant, si elle se bornait à ressusciter le cadre où ont vécu certains personnages, et à nous révéler leur manière de vivre, la « Petite Histoire » ne serait que pittoresque. Notre ambition est d'intégrer cette « Petite Histoire » dans la « Grande », de renouveler ainsi l'Histoire tout court, et de mettre en lumière tant d'événements de notre passé qui demeurent encore aujourd'hui dans l'ombre.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De Staline à Kennedy : ce titre recouvre toute l'histoire de l'après-guerre. Chaque sujet traité évoque l'un des grands problèmes qui ont mobilisé l'attention du monde. L'affaire de l'"Exodus" soulève la bouleversante question des survivants des camps. Face à la mort, Staline se révèle dans sa vérité. Quand l'URSS et les Etats-Unis intiment l'ordre à l'Angleterre et à la France de se retirer de Suez au risque de recevoir des fusées atomiques sur la tête, les deux puissances européennes comprennent qu'elles ne sont plus que de second ordre. La capture de l'avion de Ben Bella marque un épisode dramatique de cette guerre d'Algérie qui a tant divisé les Français. Parce que Khrouchtchev a dénoncé les crimes de Staline, les Hongrois ont cru venu le moment d'une liberté retrouvée ; or c'est une tragédie qui commence. Des complots se tissent dans l'ombre pour ramener le général de Gaulle au pouvoir. La capture d'Eichmann, grand responsable du génocide, est un véritable film policier. Le Mur de Berlin est le terrible symbole de la guerre froide. Il s'en est fallu de peu, en 1962, qu'éclate à Cuba une troisième guerre mondiale ; deux hommes de bonne volonté sauvent alors le monde. L'un, Kennedy, est au zénith de sa popularité. Cependant, beaucoup lui en veulent : saura-t-on jamais qui l'a assassiné ? Dans ce volume : "Exodus", Le jour où Staline mourut, Nasser gagne à Suez, Détournez l'avion de Ben Bella !, Tragédie à Budapest, Le grand complot pour de Gaulle, Enlevez Adolf Eichmann !, Le Mur, La guerre pour Cuba ?, Kennedy meurt à Dallas

  • ASSASSIN, n. m. Personne qui tue avec préméditation. Ceux dont on trouvera l'histoire dans ce livre répondent à la définition de la 9e édition du dictionnaire de l'Académie française. On conviendra pourtant qu'il eût été injuste de faire figurer sur le même plan Princip, l'homme de Sarajevo, et le docteur Petiot. C'est pourquoi l'on trouvera réunis, d'une part, ceux qui, en tuant, ont cru modifier le cours de l'Histoire, et d'autre part ceux dont, malgré leur démesure, le mobile ne fut que sordidement matériel.
    A.D.

  • Les illustrations portent sur le débarquement du 6 juin et sur la bataille de Normandie, ainsi que sur le débarquement de Provence et la libération de Strasbourg et de Colmar.

  • Le spectacle de Robert Hossein vu par un Anglais : « Devant les trois mille fauteuils du Palais des Congrès de Paris. Robert Hossein fait représenter « Celui qui a dit non », un étonnant et grand spectacle historique, à couper souvent le souffle, avec plus de cent acteurs qui jouent au milieu d'une foule de figurants. » De 1940 à 1945, années de l'exil de De Gaulle et de sa lutte pour son identité et sa suprématie. le producteur-metteur en scène-chorégraphe Robert Hossein (qui travaille dans la tradition d'Orson Welles et d'Eisenstein, mais il n'y en a pas beaucoup d'autres...) contrôle partisans, soldats, politiciens, Français libres, nazis, collaborateurs, communistes, victimes de camps de concentration, et en plus Franklin Roosevelt, pour évoquer l'histoire de la Seconde Guerre mondiale à travers le regard sévère, implacable, intraitable de De Gaulle mais aussi de ceux qui le combattent, qui se battent pour lui ou qui, comme Churchill, Eden et Roosevelt, ne savent jamais ce qu'ils peuvent faire avec cet opiniâtre récalcitrant... « Autour de son vaste auditorium, Hossein plante espions, collaborateurs et militaires armés, de sorte que plusieurs batailles sont en fait livrées hors de la scène et dans la salle... Celui qui a dit non est à la fois une biographie politique, une reconstitution épique de la guerre et une série de réunions de résistants... Tout cela dépasse beaucoup le territoire épique que nous a donné Hollywood jusqu'ici. Son spectacle n'est pas une célébration de De Gaulle dans une envolée de drapeaux... » « Il faut, sans autre discussion et avant toute chose, voir « Celui qui a dit non ». Vous avez jusqu'en février pour prendre l'Eurostar, assister à une matinée et revenir de même. Faites ça à vos risques et périls : c'est exactement ce que le théâtre a toujours voulu être et que jusqu'ici il n'a jamais été. »

  • "Alain Decaux, l'homme en qui s'incarnait l'histoire pour la majorité des Français, notre 'instituteur national' de l'âge cathodique.
    C'est ce qui m'avait poussé, il y a trente ans, à me tourner vers lui pour lui demander de se raconter lui-même et de livrer à travers ce témoignage les secrets de l'histoire médiatique. À l'heure même où les historiens de la 'nouvelle histoire', tel Georges Duby avec Le Temps des cathédrales, se tournaient vers la télévision.
    La mort récente d'Alain Decaux a été l'occasion d'exhumer cet échange paru dans Le Débat en mai 1984. Il m'a paru redonner vie à un genre, à une époque, à un homme dont tant de Français ont le souvenir, et la nostalgie.
    /> D'où l'idée de le leur remettre sous les yeux."
    Pierre Nora.

empty