• « Apporter une contribution personnelle à l'édifice commun, avec une ambition : celle de participer à maintenir en vie (d'autres, c'est mon souhait, se chargeront de le faire prospérer avec un plus grand talent) la poésie francophone. »
    C'est cette ambition qui a animé, pendant un long temps, l'auteur de ces Éclats d'un miroir qui n'est dit brisé que parce que, devant nos yeux, nous, francophones de tous horizons, le beau, peut-être un brin imbu de lui-même, se laisse étouffer par les laideurs du mal qui, dangereuse chienlit, s'étend en tout, partout et sans que cela n'émeuve guère quiconque.
    Aussi :
    « Que la beauté reste reine, que le beau soit fait roi,
    Même si [c'est] sous un ciel taiseux, énigmatique et froid. »

empty