• Devenir ami de l'Esprit Saint !
    Le Saint-Esprit est l'âme de notre vie spirituelle, sans Lui nous ne pouvons ni prier, ni comprendre la Parole de Dieu, ni aimer. Or, nous Le connaissons si peu !
    Raniero Cantalamessa, capucin, prédicateur à la Maison pontificale et grande figure du Renouveau charismatique, nous offre ici neuf jours pour Le découvrir, L'inviter dans notre coeur, devenir Son ami... et renouveler de l'intérieur toute notre vie spirituelle !

  • Dans les Eglises chrétiennes occidentales, le IIIème millénaire a commencé par l'invocation solennelle du Veni creator. Dès sa composition au IXème siècle, cet hymne n'a cessé de résonner dans la chrétienté, spécialement en la fête de la Pentecôte, comme une longue et solennelle invocation de l'Esprit Saint sur l'Eglise et sur toute l'humanité.
    Cet ouvrage foisonnant d'intuitions et d'images suggestives dessine une fresque grandiose sur le rôle de l'Esprit Saint dans la vie de l'Eglise. Inspiré, recourant volontiers aux symboles, aux images, aux chants, aux poésies, à la liturgie, à la prophétie et aux vies de saints, l'auteur compose une véritable Somme théologique et spirituelle sur l'Esprit Saint. Chaque verset ou chaque titre du Veni créator donne lieu à une méditation qui développe le riche enseignement issu de l'Ecriture, des écrits des Pères de l'Eglise, de la liturgie ainsi que de la théologie catholique, orthodoxe et protestante.
    Les ouvrages théologiques consacrés à l'Esprit Saint depuis le Concile Vatican II ont apporté une richesse de connaissance qui appelait une transposition dans la vie concrète des chrétiens. C'est ce point précis qui est développé dans ce livre.
    Cet ouvrage a déjà été édité en sept langues. Il est édité en français avec la préface de l'édition allemande écrite par le Cardinal Ratzinger.

  • L'amour vrai et intégral est une perle recueillie entre les deux coquillages que sont l'eros et l'agapè. On ne peut séparer ces deux dimensions de l'amour sans le détruire. De même qu'on ne peut séparer l'hydrogène et l'oxygène sans se priver en conséquence de l'eau.
    Ce petit livre rassemble les méditations offertes par le père Cantalamessa à la Maison Pontificale, en présence du pape Benoît XVI et des membres de la Chapelle Papale, au cours du Carême 2011. Dans le sillage des deux encycliques de Benoît XVI consacrées au thème de la charité (Deus caritas est et Caritas in veritate), il a cherché à partir de la source ultime de l'amour qui est Dieu, à mettre en lumière la beauté de l'idéal chrétien qui réconcilie en lui l'eros et l'agapè, et la nécessité d'en imprégner toutes les relations humaines.
    Une attention particulière a été portée à la qualité que, selon le Nouveau Testament, l'amour doit revêtir. Il doit être un amour "sincère", à savoir sans hypocrisie, mais également "factuel", consistant non seulement en sentiments et en paroles, mais en gestes concrets envers les autres. Un amour qui parte du coeur mais passe par les mains ! C'est dans cette ligne que se situe la réflexion déployée sur l'opportunité sociale de l'Evangile.
    Le dernier chapitre, consacré à l'amour "dont on ne peut penser qu'il en existe un plus grand", celui du Christ sur la croix, reproduit l'homélie prononcée au cours de la liturgie de la Passion à la Basilique Saint-Pierre le Vendredi Saint de cette même année.

  • Lors de l'ouverture du Jubilé de l'an 2000, le pape Jean-Paul II a franchi la Porte Sainte en portant devant lui la Croix du Christ.
    Ainsi l'Eglise, d'une année à l'autre, d'un siècle à l'autre, et d'un millénaire à l'autre, transmet au monde la chose la plus précieuse qu'elle possède : le mystère de la Croix du Christ.
    Le père Cantalamessa est chargé depuis des années de la prédication du Vendredi Saint à la Basilique Saint-Pierre de Rome.
    Ses méditations sur le mystère de la Croix sauront redonner à l'homme de notre "époque d'angoisse" un souffle nouveau, une espérance profonde, un enthousiasme qui dilate le coeur.
    Ainsi, nous nous écrierons avec saint Paul : "Pour moi, que je n'aie d'autre motif de fierté, si ce n'est la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ. "

  • Les plus belles pages que le père Cantalamessa a consacré au thème de la foi sont rassemblées dans ce livre, des pages riches de connaissance biblique et de sagesse spirituelle, capables de susciter en celui qui les lira des sentiments de lumière intérieure et de joie, la "joie de la foi" (Phil 1, 25).
    "Crois-tu" est une question que Jésus pose à différents personnages dans l'Evangile, en particulier avant de manifester sa puissance de guérison. Il montre ainsi que la foi est un acte très personnel que l'adulte est appelé à poser et à renouveler, et qui peut transformer sa vie.
    Ainsi apparait l'objectif du livre qui est de permettre au lecteur de fortifier et approfondir sa foi.
    Après avoir montré, en se fondant sur l'Evangile comment la foi est une décision à prendre, une porte à franchir, selon l'expression de Benoît XVI, le texte s'articule autour de trois parties principales. "Professer la foi", tout d'abord, qui contient un commentaire qui éclaire et explicite les articles du Crédo ; "Célébrer la foi", ensuite, où l'auteur montre comment la foi est célébrée lors des grandes fêtes de l'année liturgique. "Témoigne de sa foi", enfin, qui montre les moyens par lesquels le chrétien rend compte de sa foi. Le livre se conclut par un chapitre intitulé "Marie, la première croyante" qui présente la Vierge Marie comme un modèle de vie dans la foi pour tout chrétien.

  • Durant l'été, quand j'étais enfant, j'étais chargé d'apporter de l'eau aux métayers. Quand ils me voyaient, tous se redressaient, essuyaient la sueur de leur front et avalaient d'un trait une carafe d'eau entière. Au cours d'une de mes premières prédications en présence de Jean-Paul II, j'ai rappelé comment en réalité j'ai continué à faire tout au long de ma vie cet humble métier que je faisais déjà, enfant, apporter de l'eau aux métayers. Seuls les métayers ont changé, puisque ce sont aujourd'hui les ouvriers à la vigne du Seigneur, et l'eau que j'apporte désormais, c'est la Parole de Dieu.
    ***
    Dans ce livre-entretien, le père Cantalamessa déroule, aidé des questions d'un chroniqueur de talent, Aldo Maria Valli, le récit de sa vie, tissé avec le fil rouge de l'appel à être "porteur d'eau vive". Tout au long de cette aventure biographique, nous relisons une période intense et extraordinaire de l'Histoire de l'Eglise, caractérisée par le "virage" que lui a fait prendre le Concile Vatican II, et le Renouveau qu'il a suscité. Le prédicateur des trois derniers papes en a été un des protagonistes, attentif aux signes de l'Esprit, au service de la Parole, et empreint de sensibilité oecuménique.

  • Au commencement était l'amour, pas la miséricorde !
    L'irruption du péché a révélé une expression particulière de l'amour de Dieu, à savoir sa miséricorde.
    En s'appuyant sur différents passages de la Parole de Dieu, l'auteur nous propose une méditation sur la miséricorde de Dieu et les moyens par lesquels elle nous rejoint, en particulier dans les sacrements de l'Eglise. Il nous invite ensuite à réfléchir sur les "oeuvres de miséricorde" et sur le devoir de l'Eglise d'être miséricordieuse envers les pécheurs, comme l'était Jésus.
    Puissante et précise, la parole du père Cantalamessa nous immerge dans le coeur du mystère qui a changé le destin des hommes et nous conduit à regarder la miséricorde d'abord comme un don, puis comme un devoir et, mieux encore, une dette.
    Car la beauté du Christ est précisément sa miséricorde et c'est elle qui sauvera le monde.

  • « La joie a des racines en forme de croix. » Ces mots d'un moine résument bien le message de cet ouvrage, qui recueille les conférences données par le Cardinal Carlo Maria Martini et le Père Cantalamessa dans le cadre d'un pèlerinage sur les pas de saint François d'Assise. A partir de textes du Poverello et de passages bibliques, les deux auteurs nous mènent à redécouvrir les racines de la joie parfaite dans la beauté mystérieuse de la Croix.

empty