• Les pays industrialisés, qu'ils soient de l'Est comme de l'Ouest, donnent au gaspillage des formes étrangement semblables. Il est donc trop facile d'accuser les producteurs et le soit-disant tout puissant matraquage publicitaire des vendeurs de rêve. En réalité, le responsable n'est pas un régime politique et économique, mais une société qui polarise notre désir sur le travail et les objets et nous contraint à jeter nos forces dans une compétition d'un « toujours plus » ou d'un « meilleur » illusoire. Or, déjà, les mentalités changent : une nourriture ou un vêtement simple, une voiture de faible puissance ne sont plus le signe de l'échec social. Un autre mode de vie est en train de naître pour ceux qui préfèrent la vie aux objets. Les beaux jours de la civilisation du gaspillage sont comptés.

  • Le bonheur relève-t-il de la politique ? N'est-il pas au contraire essentiellement une aventure personnelle ? Et pourtant, la mission ultime de l'homme d'État n'est-elle pas de servir le bonheur de ses concitoyens ? Un temps la priorité donnée à l'augmentation du niveau de vie a paru résoudre cette contradiction. Quand l'État assure une forte croissance, ne permet-il pas à chaque citoyen d'augmenter sa liberté, en multipliant ses ressources, et donc de mieux trouver le bonheur qu'il s'est choisi ? Mais, beaucoup de jeunes, et de moins jeunes, ont une conscience de plus en plus vive que cette liberté n'est qu'illusion. La course à la consommation, loin de satisfaire les besoins, les exacerbe. Nous menons. une vie tendue, haletante et absurde. Comment expliquer que, maudissant cette société, nous en soyons les artisans en même temps que les esclaves ? Il ne peut guère en être autrement quand la consommation n'est pas seulement le moyen de satisfaire les besoins du corps, mais quand elle conditionne aussi les relations personnelles et sociales et s'offre à compenser les frustrations de l'existence. Comment conquérir la liberté de remettre les objets à leur place pour permettre à la quête du bonheur de s'orienter dans des directions où elle peut avoir un sens ? Notre société doit construire un projet politique à la mesure de ses problèmes.

empty