• Le plus grand parti de France n'est pas, comme chacun sait, le parti communiste, mais celui que forment objectivement ses anciens membres. Depuis plus d'un demi-siècle que les mésaventures de la dialectique multiplient exclusions et ruptures, des récits et des témoignages sont venus peu à peu éclairer l'expérience idéologique et politique sans doute la plus caractéristique de notre époque. Après s'être astreint à l'objectivité de l'historien dans sa remarquable biographie de Thorez, Philippe Robrieux s'est à son tour penché sur sa jeunesse pour tenter de comprendre et d'expliquer avec une sincérité sans complaisance ni amertume. L'expérience apparemment semblable à tant d'autres est, en fait, exceptionnelle. Né bourgeois, Robrieux est devenu stalinien dans la France convalescente et prosaïque de 1950 sans connaître les tumultes ou les périls qui accompagnèrent ou entraînèrent l'engagement de ses aînés. De la guerre froide à la naissance du gauchisme, cette « autobiographie politique » décrit l'ascension rapide du sein de la « contre-société » communiste, puis la chute, d'un militant qui se voulait et se croyait un révolutionnaire professionnel. Surtout, avec l'histoire mouvementée de l'Union des Étudiants communistes, c'est celle de toute une génération après tant d'autres contrariée, déçue, sacrifiée, que Robrieux fait revivre. Rescapé de ce « terrible gâchis », il a découvert la saveur des choses simples de la vie mais, fidèle à lui-même sans renoncer à l'espoir tenace qui porta sa jeunesse. « Le Parti, un jour... Peut-être ? ».

  • Dans La Secte, il raconte les hommes, leurs aventures, et le pouvoir du P.C.F. Le militant vit, rêve, lutte, « monte » dans le parti, et met dès lors, sans s'en rendre compte, le doigt dans un engrenage totalitaire qui le happe. Alors qu'il croit lutter pour les ouvriers, pour l'égalité et pour le communisme, il travaille pour les super-privilégiés de la Nomenklatura. Peu à peu, il se laisse à son tour corrompre. Il a rempli divers questionnaires biographiques, ce qui le rend prisonnier de son passé et de la police politique au service d'un pouvoir mystérieux et lointain. Contrôlé désormais par la toute-puissante « section des cadres », il doit tout accepter ou s'exclure. Certains dirigeants communistes - et non des moindres - en ont fait la dure expérience. La base, dans son idéalisme, ignore qu'elle est manipulée. Le simple militant croit obéir à des leaders politiques, préoccupés seulement des intérêts du prolétariat ; il n'est en fait qu'un instrument aux mains des dignitaires d'une secte qui sont aveuglément au service de l'expansionnisme soviétique. Ce livre, vivant et passionnant, permet de décoder la politique du P.C.F. et de comprendre enfin ce que veut sa direction, en même temps qu'elle éclaire d'un jour nouveau certaines affaires récentes.

  • Dans La Secte, il raconte les hommes, leurs aventures, et le pouvoir du P.C.F. Le militant vit, rêve, lutte, « monte » dans le parti, et met dès lors, sans s'en rendre compte, le doigt dans un engrenage totalitaire qui le happe. Alors qu'il croit lutter pour les ouvriers, pour l'égalité et pour le communisme, il travaille pour les super-privilégiés de la Nomenklatura. Peu à peu, il se laisse à son tour corrompre. Il a rempli divers questionnaires biographiques, ce qui le rend prisonnier de son passé et de la police politique au service d'un pouvoir mystérieux et lointain. Contrôlé désormais par la toute-puissante « section des cadres », il doit tout accepter ou s'exclure. Certains dirigeants communistes - et non des moindres - en ont fait la dure expérience. La base, dans son idéalisme, ignore qu'elle est manipulée. Le simple militant croit obéir à des leaders politiques, préoccupés seulement des intérêts du prolétariat ; il n'est en fait qu'un instrument aux mains des dignitaires d'une secte qui sont aveuglément au service de l'expansionnisme soviétique. Ce livre, vivant et passionnant, permet de décoder la politique du P.C.F. et de comprendre enfin ce que veut sa direction, en même temps qu'elle éclaire d'un jour nouveau certaines affaires récentes.

empty