Religion & Esotérisme

  • La pensée de Mohammed Iqbal (1877-1938) commence à être identifiée comme une ressource majeure par la nouvelle génération des intellectuels musulmans en quête d'un Islam ouvert, capable de se repenser tout en contribuant de manière créative au débat désormais mondial sur le trajet de la sécularisation.
    Iqbal, honoré au Pakistan comme un père fondateur, a été formé à Cambridge et c'est donc en anglais qu'il publie en 1934 La Reconstruction de la pensée religieuse en Islam, son livre majeur. L'ambition de celui-ci est de 'repenser le système total de l'Islam sans rompre complètement avec le passé'. À cette fin, le texte coranique est ici relu en dialogue avec les philosophes occidentaux de son temps, notamment Whitehead ou Bergson.
    /> L'entreprise d'Iqbal n'a pas ainsi pour seul objet de tirer l'Islam de sa trop longue 'pétrification' qu'il fait remonter à la destruction de Bagdad en 1258. Il est également de répondre aux interrogations de la civilisation contemporaine dans une perspective résolument universaliste, dont il énonce clairement le programme : 'L'humanité a besoin de trois choses aujourd'hui : une interprétation spirituelle de l'univers, une émancipation spirituelle de l'individu et des principes fondamentaux de portée universelle orientant l'évolution de la société humaine sur une base spirituelle.'
    Cette inspiration novatrice a valu à Mohammed Iqbal le qualificatif de 'Luther de l'islam', ce qui indique la vigueur de sa 'reconstruction', incontournable pour l'élaboration d'une pensée islamique anti-traditionaliste. De là, l'importance de mettre une telle oeuvre à la portée des lecteurs francophones, ce qui est chose faite avec cet ouvrage traduit, présenté et richement annoté par Abdennour Bidar, l'un des chefs de file en Europe de l'effort intellectuel et spirituel pour repenser l'Islam.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Muhammad Iqbal. "Le Livre de l'Éternité" est le récit d'une pérégrination céleste entreprise par le poète sous la conduite de son maître spirituel Jalâl al-Dîn Rûmî, le grand poète mystique persan fondateur de l'ordre des derviches tourneurs. Il s'apparente avec l'ascension nocturne de Mahomet et "La Divine Comédie" de Dante. Cependant, il ne s'agit pas d'un récit visionnaire, mais d'une exposition de thèmes représentés par des poètes, mystiques et hommes d'État rencontrés dans l'au-delà par le narrateur qui joue le rôle de Virgile. Le pélerin reçoît notamment les enseignements, plus complémentaires qu'opposés, de Bouddha, de Zoroastre, du Christ et de Mahomet. Un entretien porte sur les aspects actuels du monde politique musulman, les abus du nationalisme et les erreurs des modernistes qui, au lieu d'utiliser les idées et les techniques occidentales en vue de la rénovation matérielle et spirituelle de l'Islam, font de l'Orient une caricature de l'Occident. L'apparition et le discours de Satan, "seigneur des exilés", est l'un des passages les plus remarquables du Livre. Au-delà des cieux, demeure Nietzsche, le philosophe "ivre de Dieu" qu'on prit pour un fou et que l'Europe n'a pas compris. Plus haut encore, le pèlerin parvient enfin au Paradis, mais ses enchantements ne peuvent retenir celui qui est épris de Dieu seul. De retour sur terre, Iqbal s'adresse à travers son fils à la nouvelle génération. "Le Livre de l'éternité" n'est pas seulement une oeuvre littéraire qui marque la renaissance de la grande poésie persane au XXe siècle, c'est aussi l'oeuvre d'un penseur, à la fois moderniste et traditionaliste, qui tente de rassembler et de préserver les valeurs vivantes de l'Islam afin de les projeter dans l'avenir.

empty