• Trop souvent, on considère les sacrements proposés par l'Église comme de simples rites, des gestes qui touchent au sacré, voire qui relèvent de la magie. Mais, loin de cette perception d'une liturgie désincarnée, Mgr Michel Dubost préfère voir dans ces signes que Dieu nous donne un lieu de rencontre, une occasion d'être en profondeur en relation avec lui. Car il s'agit bien d'un Dieu personnel que nous sommes amenés à fréquenter à travers ces actes concrets. Voilà pourquoi ce livre ne propose pas un catalogue ou un dictionnaire des sept sacrements, mais fait entrer dans une démarche originale, avec sa dynamique propre. Partant du Christ, de la Parole de Dieu et de l'Alliance, il invite à retourner à la source vivante qui se manifeste ici. Le propos de Mgr Dubost, toujours accessible, se nourrit largement d'apports bibliques et des textes du concile Vatican II.

  • Le courage du geste fraternel

    Michel Dubost

    • Artège
    • 10 Septembre 2015

    La vive conscience d'être en relation nous amène à voir et à traiter chaque personne comme une vraie soeur et un vrai frère ; sans cela, la construction d'une société juste, d'une paix solide et durable devient impossible. La famille est la source de toute fraternité, et par conséquent elle est aussi le fondement et la première route de la paix, puisque par vocation, elle devrait gagner le monde par son amour. » (François). L'appel de l'Évangile au geste fraternel n'a rien de sentimental : c'est un appel à établir des relations « à hauteur d'homme », sans sentiment de supériorité sur l'autre, pour refléter ce que, dans la foi, nous savons être les relations qui sont en Dieu. Les chrétiens sont appelés à se donner... et à découvrir, en le faisant, le chemin qui exprime leur confiance en Dieu et les conduit à la communion universelle. Ce livre limpide propose un chemin spirituel lumineuxpour découvrir et renforcer en soi la fraternité de l'Évangile.

  • Lorsqu'un tremblement de terre survient, comme il y a quelques années en Haïti, les destructions sont générales : elles touchent aussi bien les palais gouvernementaux que les usines, les habitations que les églises. Depuis cinquante ans, le monde a été le témoin d'un véritable tsunami culturel. Comme toutes les institutions, l'Eglise a été touchée de plein fouet. Mais elle n'est pas restée inerte. Bien plus, il apparaît qu'elle avait anticipé la reconstruction. Certes, il reste beaucoup à faire et les chantiers sont ouverts. Mais on peut considérer le concile Vatican II comme fondateur d'une manière adaptée de vivre l'Eglise de toujours. Ce livre invite au regard vers l'avenir, au travail, à la vie, en partant des intuitions de ce concile historique. Il ne dit pas tout : il veut simplement faire entendre, aujourd'hui, l'appel de Dieu à la communion. Il ouvre à la perspective d'un autre travail sur la mission de l'Eglise : servir le monde."".

  • Faut-il vraiment vouloir évangéliser les autres ? Nos grands-parents étaient très favorables à la mission. Là-bas ! Là où les pauvres peuples ne connaissaient pas le Christ. A l'époque, la France a fait des efforts extraordinaires pour diffuser la foi chrétienne ! Aujourd'hui, l'élan semble largement être retombé ! Le colonialisme, la supériorité de la race blanche, la certitude d'être dans la vérité sont des évidences d'un autre temps. Et il faut en prendre acte. Pour autant, le Christ continue à dire à ses amis : « Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites des disciples... » (Mt 28. 18-19). Pour autant, nous sommes pris par la vérité du Christ et nous ne pouvons nous taire. Nous avons raison de respecter les autres. Nous avons raison de ne pas leur faire violence, et même d'entendre aussi à travers eux ce que l'Esprit veut nous murmurer à l'oreille. Mais nous avons tort d'être timides et de nous taire. Alors, comment faire pour entendre l'appel du Christ relayé par François ? C'est tout l'objet de ce livre. Comment être missionnaire aujourd'hui ? Il convient de s'évangéliser soi-même... ce qui veut dire vouloir suivre le Christ. Et partir à la rencontre de l'autre.

  • Si l'homme d'aujourd'hui témoigne d'une immense soif de dignité et de respect pour ses semblables, il ne sait plus en revanche dire Dieu ", tout simplement. Cette aspiration et ce manque interrogent fortement Mgr Michel Dubost. Car selon lui, tant que l'homme ne se respecte pas et n'est pas respecté, il est impossible de dire Dieu en vérité. Tant que Dieu n'est pas recherché, il est impossible de respecter l'homme totalement. A partir des Ecritures, l'auteur explore donc ce que l'homme peut dire de Dieu et ce que Dieu dit de l'homme. L'homme est à l'image de Dieu - à l'image d'un Dieu Trinité, qui est Père et Créateur, Fils qui obéit à son Père et le communique, et Esprit de vérité, de communion et de fidélité. Que peuvent vouloir dire ces expressions aujourd'hui ? Peuvent-elles aider à trouver un chemin pour sortir du mal de vivre ? Oui, répond Mgr Dubost. Car, lorsque le Psaume repris par Jésus affirme : " Vous êtes comme des dieux ", il ouvre des perspectives nouvelles.".

  • Désenchantement du monde, fin des idéologies, sécularisation... : à l'issue des désillusions collectives du XXe siècle et des bouleversements de la mondialisation, l'heure serait, semble-t-il, au repli sur soi et à l'individualisme, encore exacerbés par la crise des valeurs, des institutions et de l'économie. Qu'il soit politique, syndical, associatif, religieux ou conjugal, l'engagement serait-il définitivement dépassé ?
    Pas du tout : il est plus actuel que jamais ! répond Monseigneur Michel Dubost dans cet essai au ton très personnel. Car il est l'expression de la vie même, autrement dit la condition d'une existence humaine pleine de sens, trouvant grâce à l'engagement sa place propre ? sa vocation ? dans l'harmonie du monde. Et pour le vivre pleinement, chacun se doit de découvrir « sa note juste », c'est-à-dire sa propre vibration.
    S'appuyant sur maints exemples tirés de la littérature, de la Bible ou de son expérience pastorale, l'évêque d'Évry nous ouvre ici les voies d'une authentique croissance personnelle tournée vers autrui. Celles d'un véritable accomplissement intérieur réconcilié avec les transformations sociales contemporaines.

  • Trop souvent, nous récitons le Notre Père par habitude, sans s'arrêter aux mots que nous prononçons. Que nous le disions dans la solitude ou au cours d'une messe, nous passons parfois à côté de sa profondeur spirituelle... En toute liberté, Mgr Michel Dubost nous guide à travers la grande prière des chrétiens. " Ne rabâchez pas comme les païens ", disait Jésus. Et sachez retrouver votre Père dans le secret du coeur, invite l'évêque d'Evry, en silence ou par la louange d'une communauté en prière...

  • Nouvel ouvrage de Mgr Dubost, Une foi qui agit poursuit le travail de mémoire sur le Concile commencé avec Une Église en marche, qui revisite les grands thèmes abordés par Vatican II et en facilite l'accès, en les rendant proches de nos préoccupations. Mariage et famille, culture, vie économique et sociale, communauté politique, sauvegarde de la paix... En quinze chapitres pédagogiques, se terminant par une série de questions pour permettre de poursuivre, seul ou en groupe, la réflexion engagée, l'évêque d'Evry-Corbeil invite à s'interroger sur le rôle, la vocation du chrétien dans un monde pluraliste. « À vrai dire, ce que le Concile propose peut surprendre et même, mettre profondément mal à l'aise : il faut le recevoir comme une provocation. Il invite à un véritable bouleversement spirituel et à changer son mode de vie à cause de l'évangile : pour aimer Dieu, il faut prendre le monde au sérieux. Ne pas simplement dire : "Seigneur, Seigneur", mais mettre en pratique son enseignement dans le monde. »

  • Bien souvent au cours de la messe, le credo se trouve récité de manière mécanique, sans guère d'attention aux formules qui le composent. Pour beaucoup, cette profession de foi apparaît plus comme un ensemble de concepts théologiques ou intellectuels que comme l'invitation à une expérience spirituelle... A rebours de cette approche immédiate, Mgr Michel Dubost propose de " prier le Credo ", c'est-à-dire de revenir à sa source, sa profondeur. C'est l'occasion d'éclaircie des expressions difficiles ou qui peuvent sembler abstraites, de voir plus clair dans des textes qui prennent leur origine dans les premiers temps de l'Eglise. Les prier, les méditer, mais aussi les proclamer en communauté, autant de richesses qui sont accessibles à tout chrétien.

  • Trois figures religieuses, trois points de vue, une même volonté : oeuvrer pour la paix et le respect mutuel. Michel Dubost, Khalil Merroun et Michel Serfaty explorent ce qui divise et unit aujourd'hui chrétiens, juifs et musulmans. Quelles sont leurs positions sur le voile, la laïcité, la liberté d'expression, ou le religieux à l'école ? Sont-ils Charlie ? Pourquoi tue-t-on au nom de Dieu ? Comment répondre aux phénomènes récents de radicalisation, au traumatisme du 13 novembre 2015 ? Peut-on affirmer son identité sans renier l'autre ? Un dialogue limpide, passionnant, qui questionne avec acuité la place des religions dans notre société. Entretiens menés par Florence Méréo.

empty