• L'auteur observe ici les conduites les plus concrètes des Français, les relations conflictuelles qu'ils entretiennent entre eux et à l'égard des étrangers. Sont-ils aussi pingres, suffisants, frileux, xénophobes, avares d'échanges et ont-ils la tête aussi pleine de mythes, telle cette croyance que la France est le pays des droits de l'homme ? A l'heure où certains affirment l'existence d'une prétendue "identité nationale", ce livre vient à point pour les rappeler à un peu plus de modestie.

  • Dans ce livre, Maurice Maschino a voulu enquêter sur un sujet encore tabou. Loin des stéréotypes auxquels les associe une opinion souvent mal informée, ce voyage à travers la France des profs - dans leurs lycées mais aussi dans les rectorats ou à la clinique de La Verrière - nous montre à quel point ce métier, que la plupart exercent consciencieusement, est devenu, en quelques années, un métier à risques. Solitude, violence des élèves, réformes absurdes ou mal appliquées, incompréhension des parents, indifférence des autorités - tendance à la psychiatrisation des enseignants par l'administration - tout se conjugue pour que beaucoup craquent et que presque tous s'interrogent sur un métier de plus en plus mal défini. Serait-on plus fragile psychologiquement parce qu'on est prof ? Maurice Maschino, lui, met en cause le système scolaire tel qu'il fonctionne (si l'on peut dire !)... Ceux qui liront ce livre ne pourront plus dire, à propos des profs et, en général, de l'école : « Nous ne savions pas. »

  • Dans ce livre, Maurice Maschino a voulu enquêter sur un sujet encore tabou. Loin des stéréotypes auxquels les associe une opinion souvent mal informée, ce voyage à travers la France des profs - dans leurs lycées mais aussi dans les rectorats ou à la clinique de La Verrière - nous montre à quel point ce métier, que la plupart exercent consciencieusement, est devenu, en quelques années, un métier à risques. Solitude, violence des élèves, réformes absurdes ou mal appliquées, incompréhension des parents, indifférence des autorités - tendance à la psychiatrisation des enseignants par l'administration - tout se conjugue pour que beaucoup craquent et que presque tous s'interrogent sur un métier de plus en plus mal défini. Serait-on plus fragile psychologiquement parce qu'on est prof ? Maurice Maschino, lui, met en cause le système scolaire tel qu'il fonctionne (si l'on peut dire !)... Ceux qui liront ce livre ne pourront plus dire, à propos des profs et, en général, de l'école : « Nous ne savions pas. »

  • La faillite de l'enseignement n'est un secret pour personne : ni pour les enseignants, qui constatent chaque jour l'état de délabrement intellectuel de leurs élèves, ni pour les parents, régulièrement stupéfaits de constater que leurs enfants, même en terminale, savent à peine lire et écrire, ni pour les élèves, qui s'ennuient à longueur de cours. L'émoi soulevé par le précédent ouvrage de Maurice Maschino, Vos enfants ne m'intéressent plus a pourtant été considérable. Si beaucoup de lecteurs ont éprouvé un vif soulagement d'entendre dire tout haut ce qu'ils pensaient tout bas, d'autres ont crié au scandale. Ici et là, on a agité les "grands problèmes" - sélection, finalité de l'institution scolaire, quelle réforme ? - mais dans une confusion telle que Maurice Maschino a éprouvé le besoin de compléter et d'approfondir ce qu'il avait écrit. De répondre, aussi, aux questions concernant les réactions des lycéens face à cette image d'eux-mêmes qu'il leur renvoyait, sur les raisons de leur faiblesse, sur les moyens, s'il y en a, d'y remédier. Ce nouveau livre veut donc, comme le précédent, briser la conspiration du silence et porter sur la place publique le scandale d'une école qui ne fabrique plus que des cancres.

  • À une femme qui lui demandait comment bien élever son enfant, Freud répondit : "Faites comme vous voulez, de toute façon ce sera mal." Que la plupart des mères aiment leurs enfants, c'est certain. Qu'elles les aiment d'un amour généreux et éclairé, c'est moins sûr. Car l'amour maternel, si l'on en juge par ce qu'il produit, est loin d'être toujours bénéfique. Lieu de toutes les contradictions, lourd de conflits potentiels, par ses excès comme par ses carences, c'est sans doute le composé le plus dangereux, le plus explosif que la chimie des affects ait jamais inventé. Comment alors être une bonne mère ? Au fil de cette enquête où alternent tranches de vie, témoignages, réflexions et analyses, Maurice T. Maschino a donné la parole à une centaine de mères et à de nombreux spécialistes. Il peint un tableau assez surprenant de la fonction maternelle, qui choquera sans doute tant il est convenu de la célébrer.

  • La faillite de l'enseignement n'est un secret pour personne : ni pour les enseignants, qui constatent chaque jour l'état de délabrement intellectuel de leurs élèves, ni pour les parents, régulièrement stupéfaits de constater que leurs enfants, même en terminale, savent à peine lire et écrire, ni pour les élèves, qui s'ennuient à longueur de cours. L'émoi soulevé par le précédent ouvrage de Maurice Maschino, Vos enfants ne m'intéressent plus a pourtant été considérable. Si beaucoup de lecteurs ont éprouvé un vif soulagement d'entendre dire tout haut ce qu'ils pensaient tout bas, d'autres ont crié au scandale. Ici et là, on a agité les "grands problèmes" - sélection, finalité de l'institution scolaire, quelle réforme ? - mais dans une confusion telle que Maurice Maschino a éprouvé le besoin de compléter et d'approfondir ce qu'il avait écrit. De répondre, aussi, aux questions concernant les réactions des lycéens face à cette image d'eux-mêmes qu'il leur renvoyait, sur les raisons de leur faiblesse, sur les moyens, s'il y en a, d'y remédier. Ce nouveau livre veut donc, comme le précédent, briser la conspiration du silence et porter sur la place publique le scandale d'une école qui ne fabrique plus que des cancres.

  • À une femme qui lui demandait comment bien élever son enfant, Freud répondit : "Faites comme vous voulez, de toute façon ce sera mal." Que la plupart des mères aiment leurs enfants, c'est certain. Qu'elles les aiment d'un amour généreux et éclairé, c'est moins sûr. Car l'amour maternel, si l'on en juge par ce qu'il produit, est loin d'être toujours bénéfique. Lieu de toutes les contradictions, lourd de conflits potentiels, par ses excès comme par ses carences, c'est sans doute le composé le plus dangereux, le plus explosif que la chimie des affects ait jamais inventé. Comment alors être une bonne mère ? Au fil de cette enquête où alternent tranches de vie, témoignages, réflexions et analyses, Maurice T. Maschino a donné la parole à une centaine de mères et à de nombreux spécialistes. Il peint un tableau assez surprenant de la fonction maternelle, qui choquera sans doute tant il est convenu de la célébrer.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une centaine d'hommes, choisis parce qu'ils sont représentatifs de toutes les conditions sociales et de tous les milieux, ont accepté de dire, très librement, ce qu'est aujourd'hui leur vie sexuelle. Contrairement aux idées reçues, l'auteur montre que, en trente ans de vogue féministe, leur façon de faire n'a pas beaucoup changé.

empty