Fantasy & Science-fiction

  • Le royaume de Rhovelle représente l'ultime rempart contre l'avancée de l'armée démoniaque, mi-chair mi-machine, du dieu Aska. Au sein de la Rhovelle, une ville : Loered, dite le Verrou du Fleuve, qui contrôle l'accès au fleuve sacré Aÿs. Qui contrôle Loered contrôle le fleuve ; qui contrôle le fleuve contrôle la Rhovelle.
    Mériane, la Messagère du Ciel, a difficilement rassemblé une colonne de ravitaillement à destination de Loered assiégée par les Askalites. Mais une femme, une serfe, une paria, n'a pas voix au chapitre dans un monde d'hommes, fût-elle l'envoyée du grand dieu Wer. Et avant même de défier l'Armée de la Nuit, il lui faudra conquérir le coeur de ses pairs, affrontant d'un même ensemble les préjugés de tout un peuple et les pièges du dieu-démon. Sur la route du Verrou du Fleuve, son mythe s'écrira avant tout dans le sang, la terreur et la peine.

    Lionel Davoust est né en 1978 et habite en Bretagne. Ancien ingénieur halieute, il se consacre maintenant à sa première passion : la littérature.
    Avec Les Dieux Sauvages, il signe une tétralogie de fantasy épique ambitieuse et foisonnante, dans la lignée des oeuvres de George R. R. Martin ou Brandon Sanderson.

  • Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d'en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d'Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal. Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l'intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l'espoir de tout un peuple.

  • La guerre entre les dieux sauvages fait rage. La forteresse de Rhovelle, Loered, est isolée ; Mériane, la Messagère du Ciel, l'espoir du peuple, dispose d'une armée qu'elle ne peut déployer. Ganner fait route librement vers Ker Vasthrion, où gît un pouvoir qui offrira à Aska la domination totale. Wer est en train de perdre, et dans les hautes sphères du pouvoir, les hommes se raccrochent à l'espoir insensé que la vertu les sauvera.
    L'union des provinces et l'ultime résistance contre l'envahisseur démoniaque doit venir d'un symbole fort. Face à la main-mise du clergé sur le pouvoir, il faut un nouveau roi à la Rhovelle. Parallèlement, l'étau se resserre autour de Mériane : quitte à tout perdre, l'Église de Wer ne saurait accepter qu'une femme la sauve. Trahie par ses alliés, rongée par l'usage prolongé de son armure de l'Ancien Temps, la Messagère du Ciel se voit glisser inexorablement dans les ténèbres. Mais au fond de l'abysse l'attend la clé pour mettre un terme définitif à la guerre.
    La vraie nature de Dieu.

    Lionel Davoust est né en 1978 et habite en Bretagne. Ancien ingénieur halieute, il se consacre maintenant à sa première passion : la littérature.
    Avec Les Dieux Sauvages, il signe une pentalogie de fantasy épique ambitieuse et foisonnante, dans la lignée des oeuvres de George R. R. Martin ou Brandon Sanderson.

  • La ville de Loered, Le Verrou du Fleuve, est en train de ployer sous la pression des armées démoniaques, mi-chair, mi-machine, du dieu Aska. Affamée, malade, désespérée, la population ne tient plus que par sa foi envers Mériane, l'envoyée du dieu Wer.
    Alors qu'au plus hauts échelons du royaume, la reine régente Izara s'efforce de sauvegarder de qu'elle peut encore, le prince Erwel se lance dans un appel désespéré à l'union des provinces pour aider Loered. Pour espérer survivre, Mériane et les siens n'ont d'autre choix que de risquer d'encourir la colère divine. Car dans le passé du monde, dans les vestiges anéantis de l'Empire d'Asrethia, repose peut-être une puissance capable de rivaliser avec celle d'Aska.
    Tandis que le passé du monde émerge, la réelle nature du conflit qui oppose les dieux rivaux se dessine, et les Rhovelliens affrontent leurs plus terribles sacrifices. Quand la mort frappe tous les jours, il n'y a pas de héros, pas d'épopée - seulement la nécessité de survivre jusqu'au lendemain.

    Lionel Davoust est né en 1978 et habite en Bretagne. Ancien ingénieur halieute, il se consacre maintenant à sa première passion : la littérature.
    Avec Les Dieux Sauvages, il signe une tétralogie de fantasy épique ambitieuse et foisonnante, dans la lignée des oeuvres de George R. R. Martin ou Brandon Sanderson.

  • Port d'âmes

    Lionel Davoust

    Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu. Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d'Aniagrad, où tout se vend et tout s'achète, pour reconquérir l'honneur de sa famille. L'occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques. Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville, le jeune homme s'investit de tout son coeur dans le projet. Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l'ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s'il veut atteindre son but sans perdre son âme.

  • On la surnomme la Faucheuse. Débarquée trente ans plus tôt dans le sud, la généralissime Stannir Korvosa assimile méthodiquement nations et tribus au sein de l'Empire d'Asreth, par la force si nécessaire. Rien ne semble résister à l'avancée de cette stratège froide et détachée, épaulée par des machines de guerre magiques. Parvenue à l'ultime étape de sa route, elle est confrontée à un nouveau continent - un océan de verdure où vivent des nomades qui ne comprennent pas les notions de frontières ou de souveraineté. Elle doit pourtant affirmer l'autorité impériale car, dans le sous-sol de la steppe, se trouvent des ressources indispensables pour Asreth. Mais après une vie de conquête, Korvosa pourrait bien rencontrer la plus grande magie qui soit... et affronter un adversaire inédit : le pacifisme. Né en 1978, Lionel Davoust est l'auteur de quatre romans et d'une vingtaine de nouvelles. Avec La Route de la Conquête, il continue d'explorer l'univers d'Évanégyre, qu'il développe depuis plus de quinze ans. Mêlant technologie et magie, il ambitionne de dépeindre la réalité humaine d'un monde de fantasy, avec ses nations, ses politiques, ses bouleversements - et, surtout, ses héros dont les échos retentissent au fil des siècles.

  • Une reine dont les yeux émeraude lisent l'avenir...
    Un enfant-roi, passablement fou, gardien d'un savoir oublié...
    Du déroulement de leur partie d'échecs pourrait bien se décider l'issue de la guerre...

    Entre les derniers royaumes libres et les forces d'invasion de l'Empire d'Asreth se dresse l'imprenable Qhmarr, petit pays à peine sorti de l'ère médiévale. Gouverné par un roi trop jeune et un conseiller trop confiant, il ne devrait représenter dans le plan de conquête de l'Empire qu'une note de bas de page. Et alors que le généralissime D'eolus Vasteth s'emploie à négocier les modalités d'une reddition diplomatique, déjà, aux portes de la capitale, se presse l'implacable armada... La conclusion du conflit ne fait aucun doute. D'une manière ou d'une autre, Qhmarr passera sous pavillon asrien.
    Pourtant, malgré la défaite annoncée, Vasteth découvre des dirigeants qhmarri inflexibles, prêts à confier le destin de leur nation à d'absurdes croyances ancestrales. À travers le défi lancé par l'enfant-roi, ce sont toutes les certitudes du généralissime qui vont se voir ébranlées, tandis que, sur la mer, les soldats meurent, simples pions sur un échiquier qui les dépasse...

empty