• Cet ouvrage examine les différentes manières dont le thème animal (c'est-à-dire aussi bien les animaux dans l'individualité de leurs espèces que la notion diffuse d'animalité) a pu être utilisé (réellement, symboliquement, idéologiquement, philosophiquement) dans l'argumentaire des pouvoirs, et des pratiques et discours qui les soutiennent ou les interrogent.

  • Philosophes, historiens, littéraires, scientifiques examinent dans cet ouvrage les enjeux, passés et actuels, de la « querelle de l'âme des bêtes », vive controverse qui passionna les philosophes de la seconde moitié du XVIIe siècle à la première moitié du XVIIIe siècle. Au coeur de la querelle, l'animal-machine cartésien. Descartes porte à son paroxysme la différence entre l'homme et les bêtes et soumet deux propositions radicalement opposées : il faut soit prêter aux bêtes une âme et donc des capacités qui, en droit, égalent celle de l'homme, soit leur refuser toute âme. Il brise ainsi la continuité hiérarchique établie depuis l'Antiquité entre l'homme et l'animal qui, tout en installant le premier dans une supériorité de droit sur le second, le retenait en même temps dans un lien d'appartenance commune à un univers ordonné et finalisé. L'ouvrage explore les multiples développements de la querelle après la mort de Descartes, jusqu'aux Lumières et au XIXe siècle, et en dégage les motifs profonds. Loin d'être inconsistante, cette querelle possède un noyau philosophique véritable qui, au-delà des bêtes, la montre comme une querelle des hommes entre eux, opposant une nouvelle conception à une ancienne : une définition et une mise en question de l'homme, de la raison, des rapports de l'âme et du corps... Certes, cette querelle de l'âme des bêtes apparaît aujourd'hui largement caduque, entraînée dans le déclin de la notion d'âme dont elle était foncièrement solidaire et dont elle a sans doute représenté une forme historique de résistance. Cependant, elle trouve peut-être son véritable prolongement actuel - plutôt que dans le champ de la question de l'animal où l'aspect éthologique des performances et celui éthique des droits l'ont globalement supplantée - dans les débats autour des machines de nouvelle génération, porteuses d'ambiguïtés tout aussi troublantes et chargées de décisives interrogations pour l'homme qui les crée et s'y réfléchit.

  • Cet ouvrage, associant des chercheurs de disciplines et de préoccupations très diverses, a trois objectifs : faire le point sur la question de la douleur et des états associés chez l'animal, interroger l´une par l´autre douleur animale et douleur humaine, clarifier les bases éthiques du débat. Si l´animal, faute de langage comparable au nôtre, ne peut nous déclarer sa douleur, son comportement est cependant loin d´être silencieux. Cette question peut ainsi être ressaisie sous un plus large horizon que celui strictement humain, permettant une compréhension renouvelée. En retour, la reconnaissance de la douleur animale pose à l´homme des problèmes éthiques qu´il ne peut indéfiniment différer.

  • Conçue pour les lycéens, les étudiants préparant le DEUG ou les concours des grandes Écoles, la collection « Philosopher » s'organise autour des notions, des doctrines et des auteurs de cette discipline singulière qu'est la philosophie. « La fonction de penser ne se délègue point » disait Alain. Si philosopher, c'est s'interroger sur le sens des mots et des choses, cette collection est une invitation à l'effort de chacun pour penser par soi-même. À la fois essai et cours rédigé, chaque titre est un auxiliaire précieux pour l'exercice difficile de la dissertation.

empty