• Au XIXe et au XXe siècle, le théâtre antique a été l'objet d'une vive rivalité mais aussi un terrain d'échanges fructueux entre la France et l'Allemagne. Qu'il s'agisse de traduction, d'interprétation ou de représentation, le rapport des Français au répertoire antique et plus précisément à la tragédie grecque s'est souvent trouvé médiatisé par l'Allemagne, et réciproquement, dans une relation triangulaire faite de défiance et de fascination, largement surdéterminée par les querelles esthétiques et les conflits politiques qui ont jalonné l'histoire des deux pays. Cet ouvrage collectif se propose de revenir sur ce dialogue franco-allemand et d'en éclairer les enjeux, depuis les premiers échanges qui remontent à l'orée du XIXe siècle - à l'occasion des ruptures décisives que furent la traduction d'Eschyle par Humboldt, celle de Sophocle par Hlderlin, ou encore la création d'Antigone à Postdam en 1841, première mise en scène d'une tragédie grecque - jusqu'aux débats contemporains, concernant notamment la redéfinition du rôle des universitaires dans le processus de réception. Réunissant treize contributions de spécialistes venus d'horizons divers (hellénistes, germanistes, comparatistes, historiens du théâtre, traducteurs et musicologues), il propose une approche décloisonnée et interdisciplinaire du théâtre antique et de sa traduction. Cet ouvrage s'adresse aux chercheurs (historiens du théâtre, de la traduction, philologues, comparatistes) et aux étudiants, mais il peut également intéresser tout public curieux du théâtre antique et de l'histoire de sa réception.

  • Les mots pour le dire ; de la haine et de l'insulte en démocratie Nouv.

    « Par quelle aberration peut-on penser que la politique consiste à désigner des ennemis alors qu'elle est la définition d'un partage : ce que nous avons en commun, nous individus, à l'intérieur d'une société et comment nous devons l'organiser ? »

    Les mots ne se contentent pas de décrire la réalité, ils la créent. En hystérisant le débat, en jouant la fureur, l'outrance, la polémique, bref en agitant de tous côtés le fanion rouge du scandale, tous les rhéteurs de l'excès abîment la démocratie et engendrent un état incertain où tout est possible. Ce n'est pas seulement la réalité de la situation qui provoque le malaise actuel, c'est sa déformation par les mots. L'expression lucide et mesurée d'une situation reste en démocratie le meilleur moyen d'affronter les problèmes. D'où nos difficultés si ce débat même est altéré, si la réalité est déjà déformée par les représentations hérissées et délirantes des polémistes. Notre tâche, c'est d'affronter les difficultés réelles, pas les délires.

  • Lors d'un voyage scolaire en Allemagne, un jeune professeur découvre au camp de concentration de Buchenwald la photographie d'un détenu dont la ressemblance avec son propre père, Adrien, le stupéfie. Rentré en France, il retrouve son père, sa famille, mais le souvenir de la photographie ne le quitte plus. Il décide alors de se lancer dans une recherche qui va bouleverser sa vie. Ce détenu, nommé David Wagner, se révèle être son véritable grand-père. Peu à peu se met en place l'autre famille, la branche Wagner, la branche cachée, celle dont personne chez les Fabre n'évoque l'existence. Et c'est le destin croisé de ces deux familles, deux générations plus tôt, lorsque l'ambitieux David Wagner rencontra le riche Marcel Fabre et sa femme Virginie, qui éclate alors au grand jour, ainsi que les terribles conséquences que la liaison entre David et Virginie entraîna. Au cours de sa quête à travers la France et l'Allemagne, dans la nouvelle vie qu'il tâche d'inventer avec une Allemande qu'il vient de rencontrer, le jeune homme se rend compte qu'on ne se débarrasse pas si facilement du passé ? ni du sien ni de celui de sa famille. Lorsqu'on remonte à l'origine de la violence, c'est sa propre violence qu'on finit par rencontrer.

  • "Autrefois, j'avais un ami. Je l'ai rencontré il y a bien longtemps, par un jour d'hiver, sautant de sa voiture et grimpant quatre à quatre les marches du lycée Franklin. C'est le souvenir le plus vivace que j'aie de lui, une impression inégalable d'éclat et de beauté. Figé sur les marches, rempli d'admiration et de honte, j'étais égaré dans ma condition de "nouveau", égaré en moi-même. Il m'a sauvé - des autres, de ma propre jeunesse. Des années plus tard, alors que cet homme était devenu une image détestée, j'ai tenté de le sauver. J'aurais aimé qu'on sache qui il était vraiment."
    Lorsque Adam Vollmann, journaliste au New Yorker, voit s'afficher un soir sur les écrans de Times Square le portrait d'un homme recherché de tous, il le reconnaît aussitôt : il s'agit d'Ethan Shaw. Le bel Ethan, qui vingt ans auparavant était la star du lycée et son seul ami, est accusé d'avoir violé et tué une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, Adam retourne à Drysden, où ils se sont connus, pour mener l'enquête. Mais à mesure qu'il se confronte au passé, toutes ses certitudes vacillent...
    Roman haletant et réflexion virtuose sur la puissance du récit, Le monde n'existe pas interroge jusqu'au vertige une société aveuglée par le mensonge, où réalité et fiction ne font qu'un.

  • "Tristan disait souvent que rien ne serait arrivé sans la boxe. Mais, à vrai dire, rien ne serait arrivé sans la gare du Nord non plus. Et rien non plus s'il n'avait pas eu un père communiste. Mais il est vrai que la boxe était un bon début."
    Tristan Rivière a été élevé dans l'idée qu'il devait être un héros. À l'âge de seize ans, à la première occasion qui lui est accordée de prouver son courage, il s'enfuit. Après dix années de remords et d'humiliation, Tristan se retrouve dans un train au moment où une jeune femme est agressée par une bande. Va-t-il enfin se montrer à la hauteur ? Suivant sa réaction, sa vie prendra des directions entièrement différentes...

  • Les "cafés de la réparation" sont une réponse simple et accessible à ce réflexe du tout jetable. Imaginé il y a huit ans par une journaliste néerlandaise, le concept de Repair Café met en relation la mamie au grille-pain en déroute et le bricoleur du lundi. Un lieu et un jour, à intervalles réguliers, sont dédiés à ces rencontres improbables mais grandement désirables.
    Cet ouvrage nous invite à une transformation profonde et salutaire de notre rapport aux objets de consommation - et à l'autre. Dans ces lieux, face à l'obsolescence programmée, c'est la vie qui est gagnante.
     

  • Eden utopie

    Fabrice Humbert

    Au début du XXe siècle, une jeune fille perd sa mère et est élevée en compagnie d'une cousine qu'elle considère comme sa soeur. Elle fait un mauvais mariage, doit abandonner ses enfants, gagne sa vie par tous les moyens. Sa cousine, de son côté, fait un beau mariage et mène une vie heureuse et prospère. Toutefois, l'écart des destins n'empêche pas les deux femmes de se voir chaque semaine. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, leurs deux familles créent une étrange communauté utopique qui a pour nom la Fraternité. À partir des années 1960, la France se transforme, les idéaux évoluent aussi et les descendants de la Fraternité tentent d'appliquer dans leur vie ce qu'ils ont appris au cours de leur enfance : l'un d'entre eux devient Premier ministre sous la Ve République, une autre choisit les voies de la gauche radicale et fait malgré elle partie du groupe terroriste français Action directe. Mais pour les autres, et notamment pour l'auteur, quelle utopie est encore possible de nos jours?
    Roman d'une des aventures les plus secrètes et les plus intenses du XXe, siècle, ce livre est l'histoire d'une double famille, celle de Fabrice Humbert, qui signe ici une éblouissante plongée dans les passions et les utopies des êtres et des sociétés.

  • Paris, juin 1995. Dans un grand restaurant, un serveur est violemment frappé par un client. Autour de lui, personne n'intervient. Ni le couple russe qui contemple cette scène avec des sentiments mêlés, ni la femme du client en colère, ni les deux jeunes gens, deux Français, venus fêter une première embauche à la banque.
    Une simple anecdote ? Pas même un fait divers ?
    Dans le cours des vies, aucun événement, si minime soit-il, n'est anodin. Et la brutalité de l'un, l'indifférence ou la lâcheté des autres vont bientôt se révéler pour ce qu'elles sont vraiment : le premier signe de leur déclin.
    De la chute du mur de Berlin à la crise financière de 2008, dans un monde façonné par l'argent, les destins croisés des acteurs de cette scène inaugurale, de l'oligarque russe au financier français en passant par le spéculateur immobilier, tissent peu à peu une toile. Et au centre de la toile, Sila, le serveur à terre, figure immobile autour de laquelle tout se meut.

  • Karst

    David Humbert

    Trop curieux, trop honnête. Pour le lieutenant Paul Kubler, la sanction est un aller simple Paris-Rouen, avec affectation dans un commissariat de quartier de la cité normande, sa ville natale. Les premiers dossiers n'ont pas de quoi faire vibrer cet ex du quai des Orfèvres: promeneurs agressés dans les bois, ouvriers en colère pour cause de plan social... Mais un matin, les robinets des Rouennais commencent à crachoter de l'eau en Technicolor. Rose pâle, puis vert fluo. Quelqu'un pollue les sources. Du ministère de la Santé à la préfecture, on met la pression: il faut éviter l'affolement des usagers et stopper la crise. À cent à l'heure sur sa vieille Honda ou suspendu en spéléo au coeur des grottes, Kubler doit à tout prix découvrir le secret des profondeurs de la craie, le secret du karst.

  • En Colombie, la famille Mastillo tente de survivre sur son lopin de terre dans la jungle. Au Mexique, le sénateur Fernando Urribal, à l'abri de son grand domaine, partage son temps entre la capitale et l'état de Chihuahua. En France, dans une cité, le petit Naadir vit paisiblement au milieu des siens en tâchant de ne pas voir l'irruption des dangers.
    Progressivement, ceux-ci vont pourtant voir leur existence basculer. Emanuel Mastillo est tué et ses deux filles, Norma et Sonia, deviennent des migrantes, remontant toute l'Amérique centrale pour rejoindre les états-Unis. Le sénateur Urribal voit sa position menacée de toutes parts, entre les soupçons politiques et les menaces des cartels de la drogue. Quant à Naadir, la mort d'un jeune du quartier et la blessure de son propre frère en font le témoin contrarié et pourtant visionnaire de la chute.
    Vaste fresque d'un monde qui se défait, le roman de Fabrice Humbert raconte la montée des périls, le basculement des sociétés mais aussi l'énergie de la vie. Avec le sens de la narration qui a fait le succès de L'Origine de la violence et de La Fortune de Sila, il relate notre histoire à tous.


  • Les trois mots les plus cités par les étrangers pour évoquer la France sont Paris, Amour et Champagne.
    Le Champagne est à travers le monde, le vin de la célébration et de la fête.
    Pour autant son élaboration demeure pour beaucoup un mystère.
    La question la plus posée par les visiteurs de notre région est d'ailleurs « Comment met-on les bulles dans le Champagne ? »
    L'association inédite d'un scientifique chevronné et d'un jeune dessinateur talentueux permet cette découverte ludique, illustrée, parfois humoristique du monde du champagne.
    À découvrir sans modération !

  • Pourquoi tant de malades se déclarent-ils déçus de leur prise en charge  ? Pourquoi tant de médecins sont-ils frustrés d'avoir été dépossédés de leur diagnostic par un autre confrère, alors qu'ils avaient entre les mains les mêmes éléments pour l'établir  ? Pourquoi le corps se trouve-t-il comme découpé par parties et par spécialités, au détriment d'un bon diagnostic  ?
    En mettant en relation tous les organes et leurs divers symptômes, des causes insoupçonnées, des mécanismes d'abord inimaginables sont mis en lumière. Le patient et le médecin partagent un même objectif  : établir la nature de la maladie qui fait souffrir pour mieux la vaincre, une maladie qui dissimule souvent de nombreux signes permettant son diagnostic.
    Tout comme le métier de médecin, le «  métier  » de patient s'apprend, et mieux on le possède, mieux le médecin saura utiliser chaque information pour construire le bon diagnostic. Le malade doit apprendre à gérer les innombrables données médicales qu'il détient sans le savoir.
    Au travers d'une quarantaine de récits de consultations et d'histoires vraies de malades en quête d'une réponse, Philippe Humbert, le «  Docteur House français  », démontre comment des signes insoupçonnés peuvent se révéler la clé du problème.
    Après la lecture de ce livre, vous ne serez plus le même patient, vous saurez qu'il y a toujours quelque chose à faire, et que la cause, l'origine de vos troubles n'est pas forcément là où vous le pensiez.
     

  • Thomas d'Entragues, écrivain raté devenu biographe de sportifs célèbres, est chargé par Victor Dantès, un riche entrepreneur, de retrouver la trace de Paul, son fils, parti de France avec le projet chimérique d'adapter à Hollywood le mythique Voyage au bout de la nuit de Céline. Thomas s'envole pour New York, puis Los Angeles, avant de s'enfoncer toujours plus loin dans l'immense territoire américain. Peu à peu, il rencontre les hommes, et surtout les femmes, qui ont croisé la route de Paul. Poursuivant sa recherche, Thomas se rapproche inéluctablement de cet inconnu, ce double de lui-même. Et c'est ainsi qu'il apprend, derrière les lumières d'Hollywood, la véritable histoire de Paul Dantès et de son amour pour Laura Follett. L'histoire d'une disparition. Jusqu'au moment de la rencontre...

  • Il n'y a que dans l'entreprise où trois, voire quatre générations sont obligées de passer ensemble 35 heures, parfois plus, par semaine... Or aujourd'hui, chacune voulant garder ses spécificités, le risque d'un choc générationnel est grand, et presque inévitable !
    Pour le réduire, il est essentiel de savoir comment fonctionnent ces différentes générations dans l'environnement du travail, mais aussi en dehors, et d'en tenir compte. C'est ce que nous apprend à faire, avec humour et finesse d'analyse, Elisabeth Lahouze, spécialiste en ce domaine.
    Ce livre passionnant ne décrit pas seulement la situation des uns et des autres mais va beaucoup plus loin. C'est le premier ouvrage qui offre à tous - managers, responsables DRH ou consultants -, les moyens d'adapter leur management (délégation, évaluation, motivation, communication, formation...) en fonction des différences de comportement de chaque génération.
    Ainsi, cette enquête sur le terrain est aussi une très efficace boîte à outils managériale pour le pilotage au quotidien des équipes multi-générationnelles actuelles.

  • "... elle était tout, passionnément, terriblement TOUT. Elle était la mer, l'infini de la mer dans le soleil et sous la pluie, elle était les brisants et leur colère dévorante, elle était l'aboiement des chiens perdus et le rugissement des fauves, elle était la terre qui dort et s'éveille et l'eau et le sable, les cailloux bleus de la route, son enroulement quand elle tourne et derrière l'enroulement ce n'est plus tout à fait la même route ni le même monde, des maisons sont apparues, des arbres sont nés qu'on ne connaissait pas, elle était ces arbres, groupés, seuls, elle était tous les arbres et leurs branches longues cherchant en vain à retenir le ciel qui glisse, elle était l'herbe et la brise et la musique de la brise, elle était la tige bordeaux de la canne à sucre qu'elle observait de son trou dans la haie, l'enfant s'embusquait là, des heures seule dans ce trou je me rappelle..."

    Un ensemble de récits où l'auteur tantôt se penche sur son passé, confiant émerveillements et blessures d'enfance (la maladie d'un père adoré, les maisons disparues et la nécessité du départ), tantôt évoque d'autres moments de sa vie loin de l'île natale - cette 'île là-bas' dont la lumière a irrigué toute son oeuvre littéraire -, ou élabore, en lien étroit avec ce même terreau intime, de brefs récits où se côtoient émotion, fantastique et humour.

  • "- Et puis vous le savez, bien sûr, votre corps vous a très bien renseigné : je suis ce qu'on appelle une "fille facile".
    Elle s'arrêta, me défiant des yeux :
    - Une fille facile ! C'est bien ainsi qu'on dit en français, n'est-ce pas ? En anglais aussi, d'ailleurs : a woman of easy virtue. Easy !
    Elle marqua de nouveau une pause, puis :
    - Vous savez, dit-elle, en réalité c'est pour essayer de se rassurer : la liberté des autres, ça fait si peur. Surtout celle des femmes. Très peur, vraiment. C'est dans tous les peuples, Harcourt, toutes les langues - partout. Alors, forcément, on essaie de diminuer, rabaisser, réduire... Les femmes faciles !

    Elle eut de nouveau son rire amer.

    - Eh bien, apprenez-le, mon petit, ces femmes-là, ce sont les plus difficiles. Celles qu'on n'arrête pas, qu'on ne retient pas, au moment où on croit les tenir elles vous échappent, c'est comme ça. Elles ne le font même pas exprès ; simplement elles sont ainsi. Elles ont peut-être froid en permanence. Ou peut-être elles sont curieuses, elles cherchent... Moi c'est mon père... Et puis j'ai cherché... je cherche... Je ne sais pas, non... En tous... qui sait...
    Elle n'avait pas achevé sa phrase. Autour de nous toujours ce ronflement du vent dans le feuillage, comme la voix nocturne de la mer. Elle paraissait l'écouter avec moi lorsqu'une rafale subite souleva les feuilles à nos pieds. Elle eut un sourire un peu brisé." Ainsi vont les voix et les chairs dans ce grand roman initiatique, ce roman d'errance, de quête et de passions qui prend naissance au coeur de la Louisiane et de tous les métissages de notre monde.
      Née à l'Île Maurice, Marie-Thérèse Humbert, qui se réclame d'une double filiation culturelle, française et anglaise, est l'auteur d'une dizaine de romans, dont : À l'autre bout de moi (Grand Prix des lectrices de Elle) ; Un fils d'Orage (prix Terre de France-La Vie) ; La Montagne des Signaux ; Le chant du seringat la nuit... Les désancrés marque le retour attendu d'une fabuleuse romancière de notre temps

  • Que le langage soit venu à l´homme subitement, voilà ce qu´interdit de concevoir la neurobiologie du langage. L´apparition pleine et entière de cette faculté au sein de notre espèce a requis d´assez lourdes conditions biologiques qui ne furent certainement pas réunies en quelques dizaines de milliers d´années, c´est-à-dire d´un coup à l´échelle des temps paléontologiques. Il semble donc qu´il faille privilégier l´hypothèse d´un développement progressif de cette faculté le long de la lignée humaine, faculté dont d´autres êtres qu´Homo sapiens, par conséquent, ont détenu le germe, puis l´embryon. Mais comment documenter, et donc construire, ce récit, puisque le langage ne fossilise pas ? Devrait-on admettre que les origines du langage sont l´un de ces problèmes auxquels, selon la formule de Georges Louis Leclerc de Buffon, « il n´y a d´autre solution à donner que celle du fait même » ? Le langage est venu à l´homme, c´est un fait. Comment ? C´est un mystère. L´objet de cet ouvrage est de présenter les hypothèses émises à ce jour, ainsi que les données sur lesquelles elles s´appuient, dans plusieurs des disciplines où l´on s´applique à aborder les origines du langage selon des méthodes scientifiques ou dans un esprit scientifique. Toutes les hypothèses présentées ici et mises en perspective impliquent l´idée d´une évolution du langage sur le très long terme, en en tirant les conséquences conceptuelles et théoriques.

  • Le Sahara de la seconde moitié du XIXe siècle semble un continent dangereux réservé à de courageux explorateurs. Pourtant, une femme va tenter de relever le défi, Alexine Tinne. Née à La Haye en 1835, elle est surtout connue pour ses voyages entre 1861 et 1865 en Egypte et au Soudan, en particulier pour ses découvertes en botanique. En 1866, elle réalise une circumnavigation en Méditerranée avant de rejoindre l'Algérie. Mais l'insécurité du pays l'oblige à se rendre ensuite en Libye où elle croise, à Tripoli, les explorateurs sahariens Rohlfs et Nachtigal. Seule pour conduire sa caravane vers Ghât, elle meurt d'un coup d'épée le 1er août 1869.

  • Cet ouvrage collectif s'adresse aux formateurs et aux professionnels qui conduisent des groupes d'analyse des pratiques professionnelles et interviennent auprès des équipes des institutions sociales et médico-sociales.

  • La vision classique du procès pénal qui oppose la société à l'auteur d'un fait délictuel est révolue. La victime n'est plus simplement perçue comme simple témoin ou instrument fondant la preuve de l'infraction, mais représente désormais un acteur incontournable du processus répressif. Ce colloque a permis d'apporter des regards complémentaires sur l'évolution de la justice pénale et sur la place à accorder à la victime dans le processus répressif.

  • Le 15 septembre 1916, un avion biplan Farman disparaît au-dessus de Nalout, en Tripolitaine, au cours d'une mission de bombardement. En dépit de nombreuses recherches sur la frontière tuniso-tripolitaine et dans la région de l'erg de Djeneïen, il faudra attendre plusieurs mois pour retrouver l'avion dans les dunes d'El Borma. Pendant ce temps se développe une insurrection des Libyens contre l'Italie. Grâce à des documents inédits, l'auteur inscrit cette tragédie aérienne dans le contexte général de la guerre 14-18 en Tunisie..

  • Si les relations diplomatiques entre le Japon et l'Iran sont peu médiatisées et peu connues du grand public, elles sont pourtant anciennes, ininterrompues et particulièrement riches. Comment les relations diplomatiques entre le Japon et l'Iran ont-elles été façonnées, influencées par le double enjeu énergétique et sécuritaire ? Le Japon a-t-il réussi à maintenir un équilibre dans ses relations avec l'Iran et les États-Unis, à concilier l'inconciliable ?

  • Professeur de littérature comparée, critique et écrivain, Philippe Chardin (1948-2017) avait fait sienne la célèbre formule de Robert Musil, « Vivre comme on lit ». Son enseignement et ses livres ont fait rayonner sa confiance passionnée dans les pouvoirs de la littérature. Ce volume lui rend hommage. Parcourant les genres, les époques et les cultures européennes, cet ouvrage interroge les représentations changeantes du livre et de la lecture et revient sur la notion de réception créatrice chère à Philippe Chardin : ce mystérieux processus qui « transforme, de manière diffuse, dans un inconscient littéraire d'écrivain, de la lecture en écriture ».

  • Écrit à l'occasion de l'exposition des oeuvres de Wifredo Lam au musée des Beaux-Arts de Nantes en juin 2010, l'Âme métisse, texte en 9 tableaux pour 3 personnages, est inspiré par la peinture. L'écriture de Catherine Pont-Humbert nous emmène sur les routes du monde, de Cuba à New-York, où le destin des personnages se joue entre ombre et lumière, caché et révélé, su et pressenti. Le texte invente un langage propre, unique, pour saluer la liberté et la création.

empty