FeniXX réédition numérique (Albin Michel)

  • Pour l'auteur de « La Vie seconde », le rêve est une réalité au sens que lui attribue Gérard de Nerval : une réalité seconde, de mémoire et de sensibilité mêlées et comme miraculeusement harmonisées dans le temps et dans l'espace. Mais la mémoire, elle-même quotidienne, n'est-elle pas aussi réalité seconde ? Si bien qu'elle crée instantanément des mythes pour marquer ses sources et fixer ses moments en quelque sorte sacrés. Dans ce nouvel ouvrage, Franz Hellens est retourné à ces sources qui sont devenues pour lui les thèmes de sa création : les éléments, les créatures, les objets, les abstractions, Dieu lui-même. Le premier volet s'intitule : Thèmes imposés. Le terme imposés qualifie, en effet, les thèmes d'une oeuvre vaste aux sujets contrastés ; il indique clairement les caractères d'un tempérament d'écrivain, chez qui le naturel le plus direct répond à certains impératifs qui sont loin de se montrer étrangers à ses propres inspirations. Mais son retour aux sources a amené Franz Hellens à inventer de nouveaux mythes, non moins concrets dans leur représentation, enfermés dans un espace et un temps volontairement limités, cernés par le cadre des paysages réels et fantastiques : c'est l'objet du second volet de l'ouvrage : Petites inventions ; là, il a fait un pas du particulier à l'absolu. Les deux parties de cette «Poétique des éléments et des mythes» ne constituent qu'une seule et même matière en différents tableaux. Cet ouvrage non seulement apporte de nouvelles clartés sur l'oeuvre de Franz Hellens, mais encore ouvre des horizons élargis vers la réalité du rêve et le pouvoir créateur de la poésie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage n'est pas l'oeuvre d'un psychologue, mais d'un poète. Ecrites durant les tristes heures de la guerre de 40, « la plupart de ces notes, qui ne veulent pas être autre chose, furent prises au cours d'une période particulièrement féconde en représentations oniriques ; et où le rêve fut pour moi, et sans doute pour l'humanité entière, un vrai cadeau du ciel. Il me permit de vivre quand plus rien ne vivait si ce n'est la nature. Il me renvoya à la nature primitive et éternelle. Il fit de moi l'homme des cavernes, oublieux du tonnerre et de la foudre, et pour qui le sommeil est à la fois repos et enrichissement ». Recueil de notes, certes, mais dont on ne doit pas mésestimer l'importance, dans la mesure où il éclaire toute l'oeuvre de Franz Hellens, cette oeuvre qui se meut et s'exerce en majeure partie dans un monde de rêve et de poésie.

  • Les deux romans courts qui composent ce volume diffèrent par le sujet, s'ils se ressemblent par l'esprit et la forme. Un jeune homme est surpris, un jour, sanglotant sur une table dans un bistrot, par un milliardaire blasé, qui l'adopte et lui propose l'aventure nouvelle, avec tous les moyens matériels pour la réussir. Les sept voyages d'Annibal sont les sept grands épisodes pittoresques de cette aventure humaine. Un homme, à la fin d'une vie agitée, pleine d'événements et de découvertes, échoue sur une île inconnue dans un océan inexploré. Il y mène une vie double, le jour jardinier, simple serviteur d'un maître invisible, la nuit maître de soi et magicien. Il a deux filles jumelles, dont l'une représente la chair, l'autre l'esprit. Elles finiront par n'en faire qu'une seule pour recueillir l'héritage que le père leur léguera. A ces deux récits romanesques, où l'on retrouvera les dons d'invention de celui qui créa l'expression « Réalités fantastiques », l'auteur a joint un court essai, Bronze, sorte de méditation sous forme de Sonate ou de Quatuor, où il résume l'essentiel de son expérience d'homme et d'écrivain. Il semble que l'auteur de Mémoires d'Elseneur ait réalisé dans ces deux petits ouvrages toute la gamme de son talent.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Raphaël Heurtebise est un jeune exalté qui s'est fait de l'amour une idée aussi romantique que romanesque ; il ne le conçoit que pur, passionné, exclusif, éternel. Épris de Louise Mortagne, jeune fille d'esprit réfléchi, mais de grand coeur, il lui propose le mariage. Après une expérience où Louise juge que leurs caractères autant que leurs idées diffèrent trop pour assurer un bonheur ferme, celle-ci décide d'entrer au couvent. Désormais Raphaël parcourra le monde en « tuant » Louise dans chaque femme qu'il rencontrera. Il la tuera mais elle ressuscitera toujours, car la passion, chez cet homme, ne peut mourir et la fidélité reste pour lui l'idéal. Louise, de son côté, n'oubliera jamais ; elle mourra en avouant un amour irréalisé. A travers des péripéties dramatiques multiples, et un inceste involontaire d'où naîtra une fille, le roman prend un cours plus positif : Agnès, la demi-soeur du héros et la mère de l'enfant, est tuée dans un accident qui coûtera à Raphaël la vue. Un dernier épisode, où se profile la figure touchante d'Adrienne, termine le roman. L'action se passe principalement dans une ville de province fictive, avec les personnages caractéristiques de cette sorte de milieu. Ce nouveau roman de l'auteur de Moreldieu et de Mémoires d'Elseneur, très différent de ses précédents ouvrages, par le ton et l'esprit, relève d'une sorte de romantisme renouvelé, et d'une conception personnelle du tragique humain.

  • Raphaël Heurtebise est un jeune exalté qui s'est fait de l'amour une idée aussi romantique que romanesque ; il ne le conçoit que pur, passionné, exclusif, éternel. Épris de Louise Mortagne, jeune fille d'esprit réfléchi, mais de grand coeur, il lui propose le mariage. Après une expérience où Louise juge que leurs caractères autant que leurs idées diffèrent trop pour assurer un bonheur ferme, celle-ci décide d'entrer au couvent. Désormais Raphaël parcourra le monde en « tuant » Louise dans chaque femme qu'il rencontrera. Il la tuera mais elle ressuscitera toujours, car la passion, chez cet homme, ne peut mourir et la fidélité reste pour lui l'idéal. Louise, de son côté, n'oubliera jamais ; elle mourra en avouant un amour irréalisé. A travers des péripéties dramatiques multiples, et un inceste involontaire d'où naîtra une fille, le roman prend un cours plus positif : Agnès, la demi-soeur du héros et la mère de l'enfant, est tuée dans un accident qui coûtera à Raphaël la vue. Un dernier épisode, où se profile la figure touchante d'Adrienne, termine le roman. L'action se passe principalement dans une ville de province fictive, avec les personnages caractéristiques de cette sorte de milieu. Ce nouveau roman de l'auteur de Moreldieu et de Mémoires d'Elseneur, très différent de ses précédents ouvrages, par le ton et l'esprit, relève d'une sorte de romantisme renouvelé, et d'une conception personnelle du tragique humain.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty