• Angèle de Foligno, née en 1248, morte en 1309, fut, à en croire Huysmans, "la plus amoureuse des saintes". "Mystique sauvage" en un siècle que l'Inquisition rendit dangereux pour la mystique, elle renonça aux plaisirs mondains pour vivre une aventure spirituelle qui l'ouvrit, de son vivant, à des jouissances célestes.



    "Je dirais que l'amour prit, en me touchant, la ressemblance d'une faux... et mes membres se brisaient et se rompaient de désir, et je languissais, je languissais vers ce qui est au-delà." Avec des images et des accents qui annoncent Thérèse d'Avila, Le Livre des visions et instructions recueille l'expérience de ces excès divins.



    La traduction choisie est celle, véritablement inspirée, d'Ernest Hello. Elle demeure inégalée après plus d'un siècle.

  • A un âge déjà avancé mûr, vers quarante ans environ, Angèle de Foligno (1248-1309) connaît une conversion qui la détache des créatures. Elle entreprend alors « le long chemin qui la conduite du point de départ, la grande crainte de lenfer, jusquau but ultime, lunion totale avec la Trinité » (Benoît XVI). Ayant perdu ses proches, elle se défait de ses biens matériels pour embrasser une pauvreté radicale, à limitation de saint François dAssise. En même temps, elle expérimente, au fil détapes qu'elle qualifie de « pas », un cheminement ponctué de révélations intenses et fulgurantes qui lui font découvrir une autre dimension de la pauvreté : la dépossession delle-même dans le dépouillement extrême de ses facultés intellectuelles et de ses goûts spirituels, qui lélève à la contemplation sans image de lessence divine.
    De pas en pas, nous suivons le cheminement dAngèle qui, à la faveur détapes de plus en plus marquées par la folie de la Croix, la conduit au-delà de lextase de douleur et damour, à lanéantissement dans la jouissance paisible de Dieu. Tel est le récit de son expérience intérieure, un des sommets de la littérature mystique.

empty