• On ne badine pas avec l'amour Nouv.

    ' Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis. '
    Tel pourrait être l'adage de Perdican et de Camille, les jeunes héros impétueux de la pièce. Lui vient d'être reçu docteur à Paris, elle de sortir du couvent. Ils se connaissent depuis l'enfance et le Baron, père de Perdican, ne rêve que d'une chose : les marier. Seulement voilà, nos deux amoureux se montrent trop orgueilleux pour s'avouer leurs sentiments et leur badinage, un temps charmant, prendra un tournant bien tragique...

    Au fil de la pièce :
    o 2 explications de textes
    o 1 commentaire de texte

    + un dossier composé de 8 chapitres :
    1- Histoire littéraire : Le romantisme, tempête dans les coeurs et sous les lustres
    2- Alfred de Musset et son temps
    3- Présentation d'On ne badine pas avec l'amour
    4- Les mots importants d'On ne badine pas avec l'amour (coeur ; badiner ; hélas ; espérer / désespoir)
    5- La grammaire
    6- Groupement de textes : ' Je t'aime, moi non plus '
    Molière, Tartuffe ou l'imposteur
    Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard
    Victor Hugo, Hernani
    Paul Claudel, Partage de Midi (1&resup; version)
    7- Prolongements artistiques et culturels
    8- Exercices d'appropriation.

    5 Autres éditions :

  • Tout commence par une trahison amoureuse. Octave, trompé par sa maîtresse, se jette à coeur perdu dans les bras de la débauche. Mais quand survient un nouvel amour, la passion prend le goût amer de la jalousie : pour Octave, marqué au fer rouge de la désillusion, aimer, c'est souffrir, et surtout faire souffrir...
    Autel de douleur dressé par Musset à George Sand au lendemain de leur rupture, la Confession (1836) dépasse pourtant le seul cadre de l'expérience personnelle. Cherchant à toucher du doigt ses blessures et à trouver dans la fiction une vérité consolatrice, Musset, enfant du siècle, chante la désespérance de toute une génération en proie au mal de vivre.

    1 autre édition :

  • Coelio aime Marianne, épouse d'un vieux juge tyrannique. Trop timide, il demande à son ami Octave de plaider sa cause auprès d'elle. Mais tout se complique lorsqu'elle décide de prendre un amant... Musset exprime dans cette pièce toute l'ambivalence de l'amour, mais aussi de son propre tempérament, tiraillé entre gravité et légèreté.

    3 Autres éditions :

  • Lorenzaccio

    Alfred de Musset

    1537 : dans la Florence des Médicis, le jeune Lorenzo projette en secret l'assassinat de son cousin, le tyran Alexandre. Tentative désespérée de changer le cours de l'Histoire en faisant triompher la cause républicaine ? Ou oeuvre d'un individu d'exception, désireux de laisser son nom à la postérité ? Sous le masque de ce personnage « glissant comme une anguille », double de Brutus l'Ancien comme de Hamlet, se laisse entrevoir, de loin en loin, le moi déchiré de l'auteur, enfant du siècle. Entre cynisme et idéalisme, débauche et héroïsme, la figure énigmatique de celui que l'on surnomme Lorenzaccio a inspiré à Musset ce chef-d'oeuvre du drame romantique.

    Dossier :
    1. Les énigmes du moi : le cas Lorenzo
    2. Le mal du siècle
    3. L'artiste et l'homme d'action
    4. Musset et le drame romantique
    5. Lorenzaccio à la scène
    6. Aux sources de Lorenzaccio.

    2 Autres éditions :

  • «Ah! Marianne, c'est un don fatal que la beauté!»

    Mariée à un vieillard jaloux, la vertueuse Marianne déchaîne les passions, notamment celle de Coelio, dont Octave vient lui louer les qualités et les mérites. Mais Marianne n'a d'yeux que pour ce dernier... De ce trio amoureux, gouverné par les caprices du coeur, ne pouvait naître que le drame.

    Comédie à l'issue tragique et au ton peu conventionnel, la célèbre pièce de Musset met en scène les désirs et les revendications d'une femme dans un cadre italien propice à tous les jeux de masque. Longtemps condamné par la censure, Les Caprices de Marianne continue de fasciner par son éminente modernité.

    o Objet d'étude : Dire l'amour
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Pour aller plus loin (mise en scène, débat, étude d'images et lectures complémentaires)

    Classe de quatrième.

  • Dans le Paris des années 1830, un jeune dandy inconstant, en perpétuelle contradiction avec lui-même, tombe fou amoureux de deux femmes. Si la riche marquise de Parnes et la modeste madame Delaunay se ressemblent, leur condition les sépare. L'une est une aristocrate, mariée, reine de son domaine huppé de la Chaussée d'Antin. L'autre, veuve, vit modestement de ses travaux de couturière. Pour la première fois de sa vie, Valentin va devoir faire un choix.
    Musset nous offre une variation pleine de charme sur un thème universel, et assortit son observation amusée du trio d'une réflexion plus profonde sur les mécanismes de l'amour.

    1 autre édition :

  • Un spectacle dans un fauteuil (vers) est l'un des projets les plus singuliers de la littérature romantique. Dans ce recueil publié en 1832, Musset rassemble deux pièces de théâtre en vers, une tragédie, La Coupe et les Lèvres, et une comédie, À quoi rêvent les jeunes filles, ainsi que Namouna, l'un des sommets de sa poésie. Ce théâtre, où la scène affleure sans cesse de manière virtuelle, se caractérise par une langue originale, une spontanéité d'intrigue et de rythme. Ce spectacle destiné à la lecture dévoile le génie de Musset dramaturge, sa virtuosité de versificateur, mais offre aussi dans la « Dédicace » de La Coupe et les Lèvres une poétique remarquable de personnalité.

  • Jeune dandy ironique et désinvolte, Valentin, vingt-cinq ans, jure qu'il ne se mariera jamais... Ce proverbe, l'un des plus gais de Musset, démontre avec grâce et fantaisie qu'en amour du moins, on ne saurait jurer de rien.

  • O OEuvre en texte intégral, suivie d´une anthologie sur la question politique.
    Au programme de terminale L (Tle L) pour le bac 2013.
    En lien également avec l´objet d´étude « Le texte théâtral et sa représentation : du XVIIe siècle à nos jours » du programme de français en première (1re).
    O Une édition annotée et commentée par Laurence Rauline, professeur agrégée de lettres modernes, docteur en littérature française de l´âge classique.

    Le texte Florence, en 1537. Alexandre de Médicis, un tyran brutal et débauché, dirige la ville. Lorenzo, son cousin, a un seul but : l´assassiner, pour libérer les Florentins. Réussira-t-il à faire advenir la République ?
    Lorenzaccio, l´un des exemples les plus achevés du drame romantique, est une pièce où se mêlent l´Histoire et la réflexion sur le pouvoir.

    L´anthologie Les textes de l´anthologie invitent à approfondir la question politique et à prendre en compte les liens qui l´unissent à la représentation théâtrale.

    Le dossier Le texte est associé à un dossier critique, qui comprend :
    - des repères historiques et biographiques, - des fiches de lecture permettant de dégager les principaux axes de lecture de l´oeuvre, - des exemples d´adaptations théâtrales, - deux groupements thématiques composés de textes complémentaires et de documents iconographiques en couleurs ;
    - des sujets de type bac, pour l´écrit et pour l´oral.

  • Écrits par Musset dans la dernière partie de sa vie, entre 1842 et 1854, ces contes doux-amers dépeignent des héros solitaires en quête de bonheur, dont l´itinéraire est semé d´épreuves, d´émerveillements et de désillusions.

    Plongeant leurs racines dans la nuit de l´enfance, ils composent un monde où l´on croise des chevaliers sans fortune (Pierre et Camille), des frères ennemis (Les Frères Van Buck) et des fées marquises (La Mouche)... Mais Musset y décrit aussi la société de son temps, comme dans Mimi Pinson, où il donne à la figure de la grisette ses lettres de noblesse. Dans l´Histoire d´un merle blanc, fleuron de ce recueil, l´auteur parle de sa condition d´artiste incompris, d´amant délaissé et de poète maudit. Plus émouvants que féeriques, plus réalistes que fabuleux, ces contes aux accents contrastés sont les chants du cygne de Musset.

  • Poesies nouvelles

    Alfred de Musset

    « Je suis bien de l'avis de ceux qui aiment Musset, oui, c'est un poète à mettre au-dessus de Lamartine et de Victor Hugo ; mais ici ce n'est pas encore article d'évangile. » Dans les années qui suivirent ce jugement de Balzac (Lettre à madame Hanska, 18 octobre 1834), Musset allait imposer aux sceptiques toute l'étendue de son génie de poète : par l'abondance des sujets traités et la diversité de ses tonalités, par son renoncement à l'ironie qui imprégnait encore les Premières Poésies et la conquête d'un lyrisme maîtrisé, le recueil des Poésies nouvelles est l'acte de naissance d'une nouvelle « grande poésie » accordée à son temps.

  • « Je ne connais personne qui n´aimât pas la littérature de M. de Musset, quant à moi, je le dis, elle me plaît infiniment » : c´est en ces termes que Balzac salua la parution des Nouvelles.
    Publiées dans la Revue des Deux Mondes entre 1837 et 1839, elles relatent des histoires de coeur tour à tour légères et graves, drôles et mélancoliques. Dandies et grisettes, espiègleries, baisers volés, rendez-vous furtifs, adieux déchirants : on devine toute la fantaisie des liaisons de l´auteur dans ces récits mettant en scène un homme épris de deux femmes (Les Deux Maîtresses), un amant artiste (Le Fils du Titien), ou encore un garçon sans le sou bien décidé à rassembler cent mille écus pour épouser celle qu´il aime (Croisilles)...
    Empruntant tout à la fois au roman d´analyse classique, au récit grivois et au conte de fées, Musset accède ici à la haute maîtrise de son art de prosateur.

  • Gamiani, le seul érotique romantique, marque d'une empreinte profonde tous ses lecteurs. C'est l'ouvrage clandestin qui a été le plus souvent réédité depuis le siècle dernier.
    Malheureusement, de réédition en réédition, le vrai texte disparaissait de plus en plus derrière des versions " corrigées ", dues à des lecteurs inattentifs ou prétentieux, qui jugeaient bon de donner leur version " puisque le texte n'était pas de Musset. " Aujourd'hui, grâce au professeur Simon Jeune (éditeur du Musset de la Pléiade), nous savons sans pouvoir en douter que le texte est bien de Musset, et nous disposons d'une version authentique, enrichie de quelques notes explicatives. C'est celle-ci que nous vous présentons, suivie de l'étude de Simon Jeune qui en restitue la paternité à son auteur.
    Voici donc, pour la première fois depuis sa publication (à tirage très limité), le vrai texte d'Alfred de Musset.

  • « Je crois que Musset nous séduisit d'abord par sa crânerie de gamin de génie. [...] Puis, lorsque nous fûmes gagnés par ses côtés tapageurs, la profonde humanité qu'il dégage acheva de nous conquérir. Il n'était pas seulement le gamin de génie, notre frère à tous qui avions seize ans ; il nous apparut si profondément humain que nous entendîmes battre nos coeurs sur la cadence de ses vers. Alors il devint notre religion. Par-dessus ses rires et ses farces d'écolier, ses larmes nous gagnèrent ; et il ne fut ainsi tout à fait notre poète que lorsque nous pleurâmes en le lisant. »
    Émile Zola
    Cette édition reproduit l'intégralité des Premières Poésies publiées en 1854 - la dernière édition du vivant de Musset -, y compris les trois pièces de théâtre en vers que Musset n'a jamais publiées dans son théâtre.

  • Emmeline, jeune femme de caractère, a épousé le comte de Marsan contre la volonté de son père. Après quelques années de bonheur tiède, son regard croise celui d'un très charmant poète... Balzac qualifia cette nouvelle de 'chef-d'oeuvre de la littérature moderne' lors de sa parution.
    Deux nouvelles galantes qui mêlent subtilement légèreté et gravité par l'auteur d'On ne badine pas avec l'amour.

  • « Enfin ! Elle se rassoit. Quand M. de Chavigny viendra, prévenez-moi. Le domestique sort. Nous allons donc, ma chère petite bourse, vous faire votre dernière toilette. Voyons si vous serez coquette avec ces glands-là ? Pas mal. Comment serez-vous reçue, maintenant ? Direz-vous tout le plaisir qu'on a eu à vous faire, tout le soin qu'on a pris de votre petite personne ? On ne s'attend pas à vous, mademoiselle. On n'a voulu vous montrer que dans tous vos atours. Aurez-vous un baiser pour votre peine ? Elle baise sa bourse, et s'arrête. Pauvre petite ! tu ne vaux pas grand-chose, on ne te vendrait pas deux louis. Comment se fait-il qu'il me semble triste de me séparer de toi ? N'as-tu pas été commencée pour être finie le plus vite possible ? Ah ! tu as été commencée plus gaiement que je ne l'achève. Il n'y a pourtant que quinze jours de cela ; que quinze jours, est-ce possible ? Non, pas davantage, et que de choses en quinze jours ! Arrivons-nous trop tard, petite ?... Pourquoi de telles idées ? On vient, je crois ; c'est lui ; il m'aime encore. »

  • Alcide surprend puis se mêle aux ébats de la Princesse Gamiani et de Fanny. Dans la belle langue d`un Musset de 22 ans, ces nuits sont pour eux l`occasion de raconter leur initiation amoureuse et leurs plus grands exploits sexuels.

  • La Confession d'un enfant du siècle
    Alfred de Musset
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Dès 1834, dans une lettre à George Sand, Musset exprime le désir de raconter sous forme romanesque l'aventure de leur amour. Après la mort d'Alfred de Musset, en 1859, George Sand racontera, elle aussi, leur aventure dans Elle et Lui.
    Dès le début du roman, Octave, le narrateur qui a 19 ans, découvre qu'il est trompé par sa maîtresse. Le jeune héros vit douloureusement cette épreuve. Son désespoir est immense et il ne parvient ni à oublier ni à surmonter cette trahison. Son ami Desgenais, un dandy cynique, l'invite à accorder moins d'importance aux sentiments amoureux. Il essaie de convertir Octave au libertinage et l'incite à rechercher de nouveaux plaisirs dans les bras d'autres femmes. Octave se refuse à suivre les conseils de son ami. Sa tristesse l'incite à passer ses nuits sous les fenêtres de son ancienne maîtresse. Il s'adonne également à l`alcool.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • "Impression en « gros caractères » et version numérique téléchargeable gratuitement à partir du livre.
    Extrait de Lorenzaccio : « Philippe: Tu aurais déifié les hommes, si tu ne les méprisais.
    Lorenzo: Je ne les méprise point, je les connais. Je suis très persuadé qu'il y en a très peu de méchants, beaucoup de lâches, et un grand nombre d'indifférents. »"

  • Lorenzaccio
    Alfred de Musset
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Lorenzaccio est un drame romantique écrit par Alfred de Musset en 1833, sur une idée de George Sand, qui lui avait fait lire son manuscrit Une conspiration en 1537. Il est publié en août 1834 dans le premier tome de la seconde livraison d'Un Spectacle dans un fauteuil.
    Il y décrit un héros romantique, Lorenzo de Médicis. L'intrigue de cette pièce est reprise d'événements réels racontés dans une chronique de la Renaissance sur la vie de Florence au XVIe siècle : la Storia fiorentina de Benedetto Varchi. Mais Musset a modifié la fin de l'histoire. En effet dans la réalité, Lorenzo s'enfuit et reste en vie encore quelques années, alors que le personnage de la pièce se laisse tuer.
    Il a été créé de façon posthume, comme d'autres pièces de Musset, au théâtre de la Renaissance en 1896. Source Wikipédia.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • Nous sommes en France, sous la Restauration : période historique de faible lueur, après les feux d'artifice de l'Empire. Privée d'héroïsme et de gloire militaire, une génération de garçons qui les avait rêvés se rabat sur la débauche ou sombre dans le chagrin. C'est le fameux « mal du siècle », dont souffre précisément Octave, le héros de cette Confession. Il faut dire que le jeune homme n'est pas très doué pour le bonheur. Mal remis d'une déconvenue sentimentale, il en garde une misogynie quasi maladive ; et ce défaut, amplifié par son idéalisme, le rend presque invivable.
    Transposée de la liaison tumultueuse que vécut Alfred de Musset avec George Sand, la passion d'Octave de T*** pour la jolie Brigitte Pierson mènera les deux amants au drame et jusqu'au risque de mourir d'amour. « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux », proclama Musset dans un poème. Ce livre nous le confirme, en prose, avec l'éclat du génie.

  • Le jeune Perdican, une fois achevées ses études et conquis le grade de docteur, revient en son château. Dans le même temps, sa cousine Camille rentre du couvent. Et le père du jeune homme désirerait qu'on les mariât. Mais l'orgueil de Camille et la légèreté, toute apparente, de Perdican entrent aussitôt en conflit. Camille a rêvé de trouver la perfection dans l'amour ; et les religieuses de son couvent lui ont fait croire que les hommes sont tous inconstants. D'emblée, Perdican la confirme dans ses opinions et conclut que l'amour est la seule chose vers laquelle il ne se sente point attiré. Camille écrit à une amie qu'elle a plongé son cousin dans le désespoir en refusant de répondre à ses sentiments. Perdican intercepte la lettre, décide de se venger, et fait ostensiblement la cour à une jeune paysanne, Rosette, alors que Camille est dissimulée derrière un arbre. Mais Camille sait que sa lettre a été interceptée et elle s'emploie à susciter chez Perdican les réactions d'un dépit amoureux. Elle avertit enfin la pauvre Rosette que Perdican ne fait que la berner, et l'engage à assister à une conversation où les deux cousins, se débattant dans leur orgueil, en viendront pourtant à se déclarer leur amour. Pour Rosette, la véritééclate et elle se tue. Sa mort met un obstacle impossible à franchir entre les deux jeunes gens.
    Une des comédies de Musset qui a le plus d'intensité dramatique, qui naît d'une tension douloureuse entre l'orgueil et l'amour, rappel probable des démêlés de George Sand avec Musset. Rosette, la paysanne, apporte une note de fraîcheur et de tendresse. L'action est conduite avec beaucoup de vivacité et d'esprit, un grand élan poétique. Accueillie fort tard sur la scène d'un théâtre, cette pièce, avec sa prose légère et sa grâce extrême, est l'une des meilleures créations du poète.

  • Balzac qualifia cette nouvelle de «chef-d'oeuvre de la littérature moderne» au moment de sa parution.



    Emmeline, jeune femme de caractère, est sauvé de la mort par le Comte de Marsan. Suite à cet événement, les deux amoureux se marient, contre la volonté du père de la jeune femme. Mais Emmeline s'ennuit rapidement dans son mariage, jusqu'au jour où son regard croise celui d'un très charmant poète... comment doit-elle s'y prendre désormais puisqu'elle ne s'imagine pas être malhonnête envers son mari ?



    Cet eBook, spécialement édité pour la lecture numérique, contient :

    - une table des matières dynamique - la biographie de Alfred de Musset - le texte complet Emmeline

empty