Littérature générale

  • En 1910, à Poitiers, Sherlock Holmes débarque pour élucider une nouvelle enquête mystérieuse...
    En ce début d'année 1910, un drame abominable survient à Poitiers... une bonne est sauvagement assassinée dans le parc de Blossac. Qui d'autre que Sherlock Holmes tiré de sa retraite d'apiculteur dans le Sussex accompagné de son fidèle Watson pour enquêter ? Le plus célèbre détective de la planète débarque dans le Poitiers de la Belle Époque pour faire toute la lumière sur ce crime sordide. Mais que vient faire Holmes en Poitou s'interroge la police ? Elle ignore certainement que du sang français coule dans ses veines...
    Pour le plus grand plaisir des lecteurs, voici le retour du mythique personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle sous la plume de Jean-Noël Delétang... Une nouvelle enquête pour Sherlock Holmes au sommet de son art !
    Ce pastiche raconte à la manière de Conan Doyle une aventure du célèbre détective dans un cadre inattendu !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Noël Delétang vit à Tours où il a enseigné avec passion l'histoire et l'histoire des arts. Déjà auteur d'une Histoire du Berry (Geste éditions), il se passionne depuis longtemps pour l'oeuvre patrimoniale de Prosper Mérimée qu'il a découverte lors de ses nombreuses visites à travers la France. L'étude approfondie de la correspondance de l'écrivain l'a incité à lui rendre justice en réhabilitant son action exceptionnelle en faveur des monuments de notre pays.

  • L'auteur part d'un fait banal. Un jeune écolier refuse d'aller à l'école pour rester avec ses camarades de quartier qui ne sont pas scolarisés. Il invente des excuses pour se justifier auprès de ses parents dubitatifs... Las de devoir toujours imaginer une raison pour rester à la maison, il choisit la facilité, c'est-à-dire faire l'école buissonnière, une épopée qui va le conduire en maints endroits, de planque en planque, au péril de sa vie. Un jour, son père découvre ses manigances, contenant sa colère, il va le remettre dans le droit chemin sans jamais hausser le ton, à sa manière... Une leçon que le fils n'oubliera jamais. En marge de cette intrigue haute en couleur, l'auteur relate d'autres souvenirs qui l'ont marqué au cours de son adolescence, dans un style enjoué et teinté d'humour qui vous transporte dans un univers coloré aux parfums envoûtants, là-bas, plus loin que là-bas, sur son île natale, aux confins de l'univers...

  • Fondée en 1950 par Eugénie Droz, la collection des Travaux d'Humanisme et Renaissance a réuni, en soixante-cinq ans, plus de 550 titres. Elle s'est imposée comme la collection la plus importante au monde de sources et d'études sur l'Humanisme (Politien, Ficin, Erasme, Budé...), la Réforme francophone (Lefèvre d'Etaples, Calvin, Farel, Bèze...), la Renaissance (littéraire et artistique, Jérôme Bosch ou Rabelais, Ronsard ou le Primatice...), mais aussi la médecine, les sciences, la philosophie, l'histoire du livre et toutes les formes de savoir et d'activité humaine d'un long XVIe siècle, des environs de 1450 jusqu'à la mort du roi Henri IV, seuil de l'âge classique. Les Travaux d'Humanisme et Renaissance sont le navire-amiral des éditions Droz.

  • Les cinq capitaux ne se mêlent pas de théologie. Ni péchés ni vertus recensés. Ils désignent simplement quelques dispositions du comportement humain. La règle de la versification complique à peine le topo et n'engage à rien de plus que causer pour occuper le temps de nos nuits sans sommeil.

  • Parler de littérature exige un savoir partagé. Cela rend nécessaire un « arrêt sur les mots » que cet ouvrage propose. « Académie », « censure », « intrigue », « libertinage », « versification »... : en une centaine de notices sont ainsi présentés et définis les éléments fondamentaux de la littérature (la langue, le style, les genres), les principaux courants et écoles qui ont marqué l´histoire littéraire, et les enjeux esthétiques et idéologiques qu´ils impliquent. Il ne s´agit donc pas d´une histoire de la littérature en abrégé, mais bien d´un vademecum à usage de tous ceux qui, à un titre ou un autre, sont intéressés par la littérature et souhaitent savoir « ce que parler veut dire » quand il est question de celle-ci.

  • L'adolescence de Françoise née dans un hameau savoyard d'une mère institutrice, c'étaient les années soixante. Annecy, le temps des copains, à la chorale, au bord du lac. Les premières amours et le bac.
    Aujourd'hui, les années quatre-vingt, Françoise, après avoir elle aussi enseigné, travaille dans une galerie de peinture. Elle a rompu avec François qu'elle aimait mais avec qui elle ne pouvait vivre. Autour d'elle les amis, et d'abord Catherine et son fils, Julien, à la fois aimés et honnis. La première est auréolée du prestige de la grande bourgeoisie libérale parisienne ; le second, en quête de son identité homosexuelle, brille du charme de la jeunesse.
    Sa déception amoureuse, autant que son amitié-rivalité pour Catherine ramènent à la surface du quotidien de Françoise son passé, au centre duquel se trouvent à la fois le souvenir oublié de sa première expérience sexuelle et le visage douloureux de sa mère. Un singulier parcours initiatique avant que d'accepter l'amour.

empty