Sciences humaines & sociales

  • « Les Mémoires de Serge, plus que le récit minutieux et détaillé de sa vie - qu'il ne fait d'ailleurs pas -, sont l'exposé critique des événements historiques et sociaux auxquels les hommes de ce temps ont dû s'affronter, et dont il convient de tirer des leçons pour que, plus avertie et donc plus assurée, la marche vers un objectif ou un idéal sans doute jamais assuré se poursuive. Il s'agit de rendre compte et, ce faisant, de se rendre compte. »
    - Jean Rière

  • Ce qui s'est affublé du nom de communisme depuis 1917 est une catastrophe historique qui continue à produire ses effets les plus sombres sur l'humanité en la privant d'alternative. Si l'avenir est confisqué par le néolibéralisme, c'est en grande partie dû à la figure odieuse de la forme hyper-étatique du communisme au XXe siècle qui hypothèque toute sortie émancipatrice du capitalisme. Or l'idéal communiste de l'auto-émancipation n'était pas vain. Pour le raviver, il faut se défaire de toute illusion rétrospective, étudier les pratiques des bolcheviks et comprendre comment le communisme en est arrivé à ce retournement étatiste. On sera dès lors à même de trouver les nouvelles pratiques et théories qui permettent d'envisager une ouverture des futurs.

  • Théorisée par Marx, l'idéologie communiste a inspiré au xxe siècle une multitude de partis et de régimes qui, à leur apogée, ont régenté un quart de l'humanité. Bureaucratie, répression et censure sont les symboles de leur domination, toujours violente sans jamais être absolue. De Lénine à Mao, Pol Pot et Castro, la même utopie se décline sous bien des latitudes.
    De l'espoir des débuts au désastre final, le communisme a éveillé des passions et des idées reçues qui ont la vie dure. Malgré son effondrement, il est encore présent dans nos mémoires et nos débats. Ce livre sans concession, nourri des travaux les plus récents, est une référence indispensable pour en comprendre à la fois les origines, la puissance et la chute.

  • Il n'est aucun domaine qui ait chapp l'emprise du rgime sovitique sur la vie culturelle et artistique dans la Russie de l'aprs-guerre. Aprs la littrature, le thtre, le cinma et la philosophie, c'est au tour de la musique d'tre place sous le contrle du Parti, lors de la Confrence des musiciens, prside par Andrei Jdanov Moscou en janvier 1948. Les oeuvres de quelques grands compositeurs, tels que Chostakovitch et Prokofiev, coupables de formalisme , sont alors mises au ban de la production artistique et leurs auteurs somms de faire amende honorable. Correspondant de la presse britannique en URSS, Alexander Werth est le tmoin attentif de cette offensive idologique. Dans une analyse sur le vif o il laisse largement la parole aux diffrents acteurs, il retranscrit cette confrence, non sans humour, et avec un remarquable sens de l'observation.

  • Historiquement le mot "riche" est le nom commun d'une dualité : dans la conscience populaire circulent des considérations opposées - admiration et jalousie, vénération et détestation - à l'égard de cette minorité de notre société que peu connaissent vraiment de l'intérieur.
    Etant initié à ce microcosme, le franco-russe Anton Malafeev délivre ici un portrait psychosociologique des riches et des nouveaux riches à l'aide d'aventures vécues, narrées sous forme d'un roman. La mentalité russe y lève un peu le voile sur ses secrets. On y apprend pas mal de choses et réfléchit beaucoup : 5 nouvelles classes sociales au lieu de 3 habituelles (riches, pauvres et classe moyenne) ; la satire de la société "occidentalisée" y est habilement entrecoupée d'analyses simples mais percutantes, de chiffres et d'explications historiques.
    Originalité : chacun sans exception s'y reconnaîtra et sera presque contraint de s'interroger sur bien des choses. Car à travers le constat que "l'humanité a mis en place un système inadapté à sa propre nature", l'essai débouche (à contre-courant du pessimisme généralisé) sur une solution - plafond universel de fortunes - vouée à inverser le principal trou noir de notre organisation sociale.

empty