• À vingt ans, à la naissance de son enfant, Luz commence à avoir des doutes sur ses origines, elle suit son intuition dans une recherche qui lui révèlera l'histoire occulte de l'Argentine.
    En 1976, sa mère, détenue politique, a accouché en prison. La petite fille a été donnée à la famille des responsables de la répression.
    Personne n'a su d'où venait Luz, à l'exception de Myriam, la compagne d'un des tortionnaires, qui s'est liée d'amitié avec la prisonnière et a juré de protéger l'enfant.
    Luz mène son enquête depuis sa situation troublante d'enfant que personne n'a jamais recherchée.

    Un thriller loin des clichés dans lequel l'amour cherche la vérité.

  • La photo était là sur l'étagère tout en haut de la bibliothèque de son père. Un groupe d'hommes et de femmes autour d'une table de restaurant, et parmi eux ses parents.
    Lorsqu'une chaîne américaine de télé lui commande un documentaire sur la révolution des OEillets, Ana Maria réalise que tous les acteurs du coup d'État qui renverse la dictature se trouvent sur cette photo.
    En compagnie de deux jeunes journalistes elle les retrouve et, au fil de son enquête, découvre l'effet du passage du temps.
    Survivants d'un temps oublié, les personnages de la photo essaient de recréer ce qu'a été l'illusion révolutionnaire, et le difficile chemin vers la démocratie. Le regard des jeunes gens sur les protagonistes d'une histoire que personne ne veut plus entendre réécrit cruellement leur épopée.
    Lídia Jorge s'intéresse à l'espace indéfini qui sépare le récit que l'Histoire dévoile, avec ses vérités difficiles à affronter et la création du mythe, le moment où la vie a été transformée en une construction de l'imaginaire ou de la volonté.

    Un roman exceptionnel sur la politique et le destin des rêves.

  • La vie est difficile quand on est alcoolique "en pause" et journaliste exilé, pour mauvais esprit, dans le nord de l'Islande.
    Pourtant, il se passe des choses dans ce grand nulle part bouleversé par la mondialisation et l'arrivée des émigrés. Un petit chien disparaît, une vieille dame téléphone pour dire que la mort accidentelle de sa fille arrange bien les affaires de son gendre. Des adolescents se suicident. Un reportage sur la troupe de théâtre du lycée est publié, et le jeune et talentueux acteur qui tient avec tant de conviction le rôle principal disparaît...
    Pour échapper aux chiens écrasés et aux radios-trottoirs, mais surtout pour contredire l'ambitieux rédacteur en chef qui le téléguide depuis la capitale, Einar enquête sur cette microsociété gangrénée par la corruption, la drogue et la "politique des cousins". Il étudie le théâtre classique et découvre un présent inquiétant peuplé lui aussi, si on y regarde bien, de sorcières.

    Un roman noir plein d'humour, de vivacité et de suspense.

    Arni Thorarinsson est né en 1950 à Reykjavik, où il vit actuellement. Après un diplôme de littérature comparée à l'université de Norwich en Angleterre, il travaille pour différents grands journaux islandais. Il participe à des jurys de festivals internationaux de cinéma et a été organisateur du Festival de cinéma de Reykjavik de 1989 à 1991. Ses romans sont traduits en Allemagne et au Danemark.
    Il est l'auteur du Temps de la sorcière, Le dresseur d'insectes et Le Septième fils, tous publiés aux Editions Métailié.

  • La vie pourrait sembler idyllique à San José, petite bourgade colombienne, où Ismael, un vieil instituteur à la retraite, coule des jours paisibles avec sa femme Otilia. À la grande honte de celle-ci, il passe ses journées à épier sa belle voisine qui se prélasse nue au soleil.
    Mais lorsque des bandes armées que rien ne distingue font irruption, tout se déglingue. Des habitants sont sauvagement assassinés, d'autres enlevés, la peur règne.
    Ismael commence à perdre la mémoire et la raison, s'égare dans ses souvenirs et dans les rues du village à la recherche de sa femme. Les habitants s'enfuient, mais il décide de rester au milieu des ruines pour attendre le retour d'Otilia, sa dernière boussole.
    Vieillard titubant, pathétique, mais révolté jusque dans son délire, Ismael est le narrateur de ce chaos sanglant où le village de San José apparaît comme un concentré chauffé à blanc d'une Colombie ravagée par la violence et les disparitions.

  • Dans l'air pur des montagnes d'Ayacucho règne une odeur de mort.
    Pourtant, quand Vicente Blanco, reporter espagnol, débarque dans la ville andine pour enquêter sur le Sentier lumineux, il ne voit rien. Les militaires paradent, l'archevêque Crispin joue au basket, les habitants se taisent, les "subversifs" se cachent. Pas de scènes tragiques, pas de barricades, pas de combats. Tout juste, parfois, quelques bruits de balles.
    Avec deux journalistes locaux qui deviennent vite des amis, Vicente découvre lentement l'horreur de cette guerre sourde et silencieuse, qui dans les campagnes alentour prend les populations en otage.
    À force de courage et d'investigations, ils ont la preuve que l'armée a trouvé une méthode pour faire disparaître les corps. Mais la vérité peut s'avérer dangereuse, et les journalistes sont des cibles à abattre.
    Dans une prose visuelle et lyrique, avec un sens de la narration extraordinaire, Alfredo Pita raconte magistralement cette guerre sale, et rend un hommage vibrant à ses victimes, anonymes ou non.

    Le roman de la violence péruvienne des années 80 et 90.

  • Feu pour feu

    Leye Adenle

    Un jet privé s'écrase sur une résidence dans le quartier des vieilles fortunes de Lagos avec à son bord le principal candidat au poste de gouverneur.

    Aussitôt, on lui trouve un remplaçant, assuré d'être élu : Chief Ojo. La séduisante Amaka, l'avocate des femmes, se révolte : Chief Ojo est son ennemi juré, un salaud fini, avec un goût prononcé pour les très jeunes filles et quelques cadavres dans le placard. Elle a les moyens de le faire tomber. Et assez d'astuce pour jouer avec des filous et retourner contre eux leurs propres stratagèmes. De l'action, de la rouerie, du suspense.
    Des descriptions impressionnantes des marchés de Lagos, des lyncheurs et des voleurs, mais aussi des gens honnêtes qui ne se laissent pas faire. Une intrigue menée à bride abattue, entre ethnologie, polar et bd. Leye Adenle est né au Nigéria en 1975. Il est considéré par sa famille comme la réincarnation du roi des habitants d'Osogbo. Il vit désormais à Londres où il travaille comme chef de projet et, à l'occasion, acteur.

    Lagos lady est son roman précédent.
    "Si vous voulez de l'action, une trame qui repose sur du concret, des personnages intéressants et une intrigue rythmée, c'est celui-ci que vous devez choisir." -

    Blog Évadez-moi


  • La ville de Cuernavaca est une poudrière dont tous les niveaux ont été infiltrés par les narcotrafiquants.

    La vie quotidienne est ponctuée par les échanges de coups de feu, la découverte de cadavres décapités, les cartels se disputent la place. Comment un homme disposé à défendre ses convictions jusqu'au bout, à mettre en pratique ses idéaux de légalité et de justice, peut-il se battre sur ce terrain miné ?
    Jesús a su, malgré la corruption ambiante, se tenir à l'écart des factions qui utilisent le pouvoir à des fins personnelles. Et il pense qu'il peut accéder à la mairie.
    Il va se retrouver dos au mur, pris entre les pouvoirs institutionnels et le crime organisé : menaces de mort, tentatives de corruption, scandales médiatiques, enlèvements, vengeances sanglantes...
    Mais dans le même temps il découvre l'amour de sa vie, un amour interdit et scandaleux, fatal pour la réputation d'un homme politique.
    Avec un humour ravageur, cruel comme la réalité qu'il décrit avec un incroyable sens du suspense, Enrique Serna écrit un roman d'amour fou où la morale des apparences s'effondre devant l'ouragan de la passion.


  • Alors que les juges Falcone et Borsellino viennent d'être assassinés en Sicile, le commissaire Scialoja renoue avec l'amour de sa vie, Patrizia, l'ex-prostituée.

    Scialoja a succédé au Vieux à la tête d'une structure secrète, jamais nommée et toujours redoutée parce qu'elle possède des archives sur les manoeuvres occultes et criminelles de certains dirigeants italiens depuis cinquante ans. Il entame des négociations avec la mafia pour éviter des attentats-massacres.
    Mais Stalin Rossetti, ancien des réseaux anticommunistes reconverti dans le trafic de drogue, a ranimé un réseau para-étatique né de la guerre froide pour le contrecarrer.
    Et tandis qu'Angelino Lo Mastro, étoile montante de la mafia, rêve de jouer son propre jeu aux dépens des vieux boss ; que Pino Marino, l'impitoyable tueur, tente d'arracher Valeria à la drogue ; que Maya, héritière d'un empire économique, découvre les compromissions mafieuses de son époux ; tandis que les juges de Milan entament l'opération Mains propres et que Berlusconi annonce son entrée en politique, de puissants explosifs déguisés en tommes de Parmesan arrivent dans la péninsule...

    Giancarlo De Cataldo nous livre ici une nouvelle tranche de l'histoire secrète de l'Italie contemporaine qui fait penser autant à Balzac qu'à Ellroy, et donne aux attentats qui ensanglantèrent le pays en 1992-1993 des coulisses d'une effrayante vraisemblance.

    Giancarlo De Cataldo, magistrat à la cour de Rome, est l'un des écrivains de roman noir les plus importants d'Italie, devenu aussi une grande signature de la presse et un homme de télévision apprécié.
    Il est l'auteur de Romanzo criminale, La saison des massacres, La forme de la peur, Le Père et l'étranger et Les Traîtres.

  • Bavière, 1931. Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, le jeune Norvégien Thrun Gärensen est contraint de servir les futurs maîtres de l'Allemagne. Spécialiste des religions païennes, il intègre l'Ahnenerbe, un mystérieux institut contrôlé par les nazis.
    Là, il croit un instant trouver du réconfort auprès d'un séduisant couple d'aristocrates, Laüme et Dalibor Galjero. Loin de le sauver, les Galjero le précipitent au contraire dans un tourbillon vertigineux de dépravation et de sorcellerie.
    Une aide inattendue viendra de Fausta, agent des Alliés, rencontrée à Venise, mais entre Thrun et la rédemption se dressent ses puissants protecteurs, l'ordre noir et ses propres chimères...
    Philippe Cavalier a 39 ans. Diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales et de littérature comparée, il se passionne depuis toujours pour l'histoire des religions et de la magie.

  • Où est la vérité ?

    À la fin de La Mort sur un plateau, Santiago reçoit une lettre de sa femme Gabrielle. Son assassinat par un groupe terroriste islamiste pourrait être un leurre.
    Santiago décide de reprendre l'enquête. Il recevra de nouveau l'aide du commissaire Martinot, son ancien collègue, retrouvé à l'occasion de l'assassinat du dictateur Ortega. À Paris il retrouve Fabienne un ancien amour du temps où il était étudiant.
    Pendant ce temps, au Costa Verde, Inès de los Rios doit déjouer les manoeuvres de ses adversaires pour la présidentielle.
    Les services secrets français et costaverdiens sont de la partie.
    Santiago arrivera-t-il à remonter la piste des assassins de Gabrielle ? Ce thriller psychologique prolonge La Mort sur un plateau.

    ***
    Le mot de l'éditeur :
    Auteur de La mort sur un plateau, Francisco Lozano nous livre un thriller passionnant qui prolonge le délice de la lecture.
    ***

    Le mot de l''auteur :

    L'idée de marier une intrigue policière avec le récit de la conquête et plus tard de l'exercice du pouvoir politique m'a été donnée par les séries télévisées politiques comme Borgen ou House of Cards.
    Mais ce qui me dérange dans ces oeuvres est leur vision de la politique du seul point de vue de la tactique de conquête du pouvoir. Il en ressort qu'au fond une seule politique est possible et que seule des nuances et un désir politicien d'être au sommet de l'état motive le combat entre les partis.
    Ce n'est pas ma vision, j'ai envie de réfléchir sur la possibilité de mener une politique différente sur un fond de thriller qui en rende la lecture agréable et attrayante.
    J'ai choisi de placer l'action en Amérique latine en raison de l'intérêt que j'ai toujours porté à cette région du monde. Intérêt lié à mes origines espagnoles, à mes voyages dans plusieurs pays sud américains et à la place que ces pays ont occupé dans l'imaginaire de ma génération.

  • Les meurtres en chambre close, le commissaire Martinot aime bien ça dans les romans de John Dickson Carr. Il les apprécie beaucoup moins lorsqu'il doit mener l'enquête et que cela l'oblige à écourter des vacances bien méritées.
    Son ancien collègue, Santiago Blanco, ne pensait plus être amené à collaborer avec Martinot. Il n'imaginait pas plus qu'un homme surgi du passé le conduirait, lui aussi, à se pencher sur la mort d'un ancien dictateur.
    Au Costa Verde, la candidate du parti démocrate de gauche affronte une difficile campagne présidentielle en se demandant si la mort du dictateur aura une influence sur l'élection.

    Entre whodunit et thriller politique, ce roman vous réserve bien des surprises.

  • Après trois années dans la nature, le baroudeur Gerry Conway est de retour dans son bureau du Glasgow Tribune. Mais trois ans c'est très long dans la presse et les temps ont changé - les lecteurs sont de moins en moins nombreux, les budgets très serrés et l'éthique jadis rigoureuse du journal part à vau-l'eau.
    Avant, il était le reporter-vedette du journal mais à présent il est dans l'ombre de son ancien protégé, Martin Moir. Mais lorsque Moir est porté disparu au moment où une grosse affaire explose et qu'on découvre son cadavre dans une carrière inondée, l'enquête entraîne Conway au plus profond des bas-fonds de la ville.
    Bravant l'hostilité des gangsters, des politiciens ambitieux et des propriétaires de son propre journal, Conway s'aperçoit qu'il a encore suffisamment de ressources pour faire sortir un gros scoop.
    Mais tout le monde n'a pas envie d'entendre cette histoire alors que la ville se prépare à accueillir les Jeux du Commonwealth à la veille du référendum sur l'indépendance de l'Écosse.

    McIlvanney explore les interactions troubles entre le crime et la politique dans l'Écosse d'aujourd'hui.

  • Calcutta, 1936. L'Inde coloniale de Kipling a déjà perdu de sa grandeur. Les nationalistes hindous pactisent avec les services secrets allemands pour chasser les Britanniques.
    Fraîchement débarqué de Londres, David Tewp, jeune officier du MI6, découvre un complot d'une ampleur terrifiante.
    Sur les traces d'une trop belle photographe autrichienne et d'un couple d'aristocrates roumains aux sympathies politiques ambiguës, Tewp plonge dans un univers de ténèbres auquel sa bonne éducation et son rationalisme ne l'avaient en rien préparé.
    Des brasiers funéraires de Calcutta aux palais d'une noblesse décadente, entre jeux d'espions, guerre civile, disparitions d'enfants et rites étranges, la traque des Ogres dû Gange commence.
    Thriller érudit au suspense haletant, Les Ogres du Gange emprunte avec une même maîtrise au roman d'espionnage et à ce romantisme noir qui marque la grande tradition du fantastique européen.

    L'épopée crépusculaire de David Tewp inaugure un cycle en quatre tomes intitulé Le Siècle des chimères.

  • La vie de Luisa Portero bascule un soir quand son mari est assassiné sous ses yeux.
    Brillante conseillère au ministère de l'Économie du Montelagos, elle ne croit pas à un crime crapuleux et soupçonne la Police politique de vouloir étouffer l'affaire. Ses recherches vont l'amenerà enquêter sur sa famille comme sur les arcanes du régime pour lequel elle a dévoué sa carrière. Elle va ainsi remettre en question toutes ses certitudes, à commencer par la devise nationale : la fin justifie les moyens.

  • Pour rendre service à son patron, le policier Jacky Kerlan enquête sur une association afin de vérifier qu'elle ne dissimule pas une secte. En apparence, elle est inoffensive. Mais en réalité, elle sert de couverture à des terroristes d'extrême droite qui vont réussir à prendre le pouvoir en France grâce à leur parfaite connaissance de la Constitution de la Ve République.
    Une fois à la tête de l'Etat, les terroristes mettent en place leur politique du mal avec une seule idée en tête : étendre le IVe Reich au reste de la planète.
    Des agents de la DGSE et des francs-maçons s'unissent pour combattre la tyrannie sanguinaire du chancelier avant qu'il ne soit trop tard.

  • Les bubble guns

    Francis Germain

    Tout commence par la découverte du cadavre du sénateur de l'Arkansas dans la villa d'un richissime et influent homme d'affaires, Jack Ferrenzi...
    L'auteur nous emmène dans l'enquête, semée d'embûches et de rebondissements, de l'inspecteur Milton du commissariat de White Plains et de l'agent du FBI, Remington, chargé de la superviser. Le suspense le dispute à l'humour qui jalonne les pages de ce polar déjanté, pour nous plonger dans les méandres les moins reluisants de l'humanité et jusqu'aux plus hauts sommets de l'État américain.
    Des dialogues ciselés, des personnages truculents, une intrigue haletante... tout y est pour vous faire passer une très mauvaise nuit !

  • Quand votre usine ferme ses portes du jour au lendemain, sans raison apparente, et que votre frère reprend contact avec vous après deux ans de silence pour vous annoncer que sa femme et sa fille viennent d'être kidnappées, vous pouvez vous dire que les choses ne tournent plus vraiment rond. Mais quand vous découvrez un lien entre ces deux événements a priori totalement étran-gers, vous comprenez qu'il ne s'agit là ni du hasard ni même de la malchance. Vous pouvez croiser les doigts et espérer que tout va bien se passer. Vous pouvez, mais au fond, vous savez qu'il est sans doute déjà trop tard et que plus rien ne pourra éviter le pire.

  • Elsa Osorio a plusieurs cordes à son arc de narratrice, ici elle en rassemble deux : l'une fantastique et allégorique, et la seconde réaliste, ancrée dans l'histoire récente de l'Argentine.
    Ces nouvelles ont été écrites à des époques différentes, certaines pendant la période la plus sombre de la dictature militaire, au moment où la censure ne permettait pas d'appeler les choses par leur nom.
    D'autres l'ont été vingt ans après, alors que la réalité retrouvait une identité. Toutes ces histoires, qu'elles parlent de blessures inguérissables, perte d'identité, solitude, trahison, ou racontent des histoires sans issue, sont toujours ouvertes à l'espoir.
    Elles nous parlent d'impasses dont on peut sortir. La littérature prend sous la plume d'Elsa Osorio son sens le plus noble. C'est elle qui transforme la réalité, dans ses aspects les plus inquiétants et les plus sordides, en un message de consolation à ceux dont la politique ou l'angoisse ont fait des êtres sans espoir et sans voix.

  • Un homme d'influence

    Andrew Marr


    « Un thriller noir, caustique et grinçant. » The Daily Mail

    À moins d'une semaine d'un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'Union, le Premier Ministre décède d'une crise cardiaque. Convaincu que l'annonce de sa mort risque de précipiter la victoire du « non », son entourage décide de garder le secret jusqu'au lendemain du vote et engage un homme de l'ombre pour protéger ce secret. À tout prix. Mais cet homme joue double jeu : en révélant la supercherie, il pourrait spéculer en bourse sur la chute de la livre et s'enrichir considérablement. Il y gagnerait aussi une place de choix auprès de la candidate de l'opposition, toute désignée pour devenir Première Ministre. Le seul problème, c'est qu'il n'est pas le seul à détenir l'information. Pour éviter qu'un autre ne la divulgue avant lui, il se lance dans une série d'assassinats qui touchent le monde politique comme celui des médias...
    « Brillant. » - Mail on SundaySignature Blurb
    « Impossible à lâcher ! » - Sunday Times
    « Plein d'esprit et irrévérent. » - Kirkus Review

empty