• La banlieue du turfu

    Makan Fofana

    • Tana
    • 18 Février 2021

    En passant par le cinéma et les grands mythes fondateurs de la cité, une critique sociale incisive et drôle.
    Il était une fois, au onzième étage d'une tour embrumée par des contes, un adolescent solitaire dans sa petite chambre de banlieue. Au cours d'une nuit poussiéreuse en étoiles, il eut une vision merveilleuse. Dès lors s'incrusta, telle une émeraude en son coeur, le sentiment que se cachait sous ce bâtiment un trésor : la banlieue du turfu.
    Pour suivre la quête de cette métamorphose, suivons les storys Snapchat et le lapin aux yeux rouges qui nous entraîne vers l'entrée d'un terrier, là où tout commença ! Cette histoire, inspirée par Peter Pan, Nietzsche et quelques autres, est si fabuleuse que vous ne la croirez peut-être pas. Tout dépendra précisément, cher banlieus'art, de votre capacité à rêver !
    À partir du terme " turfu ", popularisé par Booba, Makan Fofana retrace son parcours et invite son lecteur à métisser les mondes, de la magie de J.K. Rowling à la culture quartier, en passant par le cinéma et les grands mythes fondateurs de la banlieue. Son récit initiatique, une critique sociale incisive et drôle, procède par vastes envolées lyriques et spéculatives du design fiction. Il enjoint chacun d'entre nous à dépasser l'âge classique de la " crise des banlieues " pour aller vers un âge d'or. Sous sa plume, la banlieue du turfu a tous les traits d'un space opéra.

  • Et si tout n'était qu'une question de liens ? C'est l'hypothèse de laquelle sont partis Damien Deville et Pierre Spielewoy pour élaborer le cheminement théorique et politique de l'écologie relationnelle. Fils de la fin du XXe siècle, les auteurs font partie de cette génération qui a vécu à la fois la diversité du monde et sa destruction précipitée. S'ils formulent une puissante critique de l'uniformisation des territoires et des paysages actuellement à l'oeuvre, c'est pour mieux dynamiter les barrières qui nous empêchent de penser pour et par la diversité, et nous inciter à redécouvrir la complexité du vivant, des individus et des cultures, ferment d'une société empreinte de justice et riche de rencontres. En renouvelant notre façon d'habiter la Terre et en définissant avec justesse la place de l'humanité dans la grande fresque du vivant, l'écologie relationnelle devient une ode à la pluralité et à la solidarité. Elle est le point de départ d'un projet politique qui porte avec fierté des métissages territoriaux par-delà les individus et par-delà l'Occident.
    Ouvrir la voie d'un monde enrichi et fier de ses diversités.

  • Kenneth White a traversé de nombreux territoires au fil de ses livres et se concentre ici sur la France, sa terre d'élection. Comment écrire afin de découvrir du réel à chaque pas ? Au moyen d'une prose qui ne soit pas confinée au roman, avec toujours en tête la volonté de traduire une connaissance scientifique en un langage vivant, un gai savoir. C'est cela qu'il expérimente dans ces pages. En commençant par la côte normande, puis en montant dans le Morvan avant de plonger au fond du Périgord. Ensuite, ce sont les Pyrénées et les Cévennes, l'Ardèche, la Lozère. Plus au sud, la Provence et la Narbonnaise. Enfin, un long périple sur la côte atlantique, depuis Biarritz et Cap-Breton jusqu'aux pointes du Finistère. Et pour terminer, une traversée outre-mer, vers l'arc des petites Antilles.

    Kenneth White, né en Écosse, vit en France depuis 1967. Il est l'auteur d'une oeuvre féconde écrite pour une part en anglais pour une autre en français et a obtenu le prix Médicis étranger en 1983 pour La Route bleue. Il est à l'origine du concept de nomadisme intellectuel et fonde l'Institut international de géopoétique en 1989.

  • À l'heure où le « marketing urbain » n'est plus considéré comme d'actualité, voire même décrié par certains, cet ouvrage propose de rappeler un certain nombre de principes, à la fois théoriques et opérationnels, qui fondent la solidité de ce concept. Écrit sous la forme d'un essai plutôt que d'un manuel didactique, il démontre combien la triple transition écologique, numérique et sociale à l'oeuvre aujourd'hui dans les territoires en rétablit toute l'acuité, au service du management public local.

    Franck Vallérugo et Patrice Noisette sont docteurs en urbanisme. Ils enseignent à l'Essec Business School.

  • Il est incontestable que l'Islande et le Groenland sont deux territoires différents, bien qu'ils soient voisins. Le Groenland a été qualifié de plus grande île du monde. Pendant près de cinq siècles, des Scandinaves vécurent là dans des colonies bien délimitées tandis que sur le reste de l'île, vivaient des Inuits. L'Islande a connu un peuplement modeste. Les Islandais construisirent une société qui ressemblait aux autres sociétés nordiques, même si l'habitat était bien plus dispersé qu'ailleurs, l'économie moins variée et les structures sociales dissemblables. Il existe nombre de différences entre l'Islande et le Groenland, mais également de nombreuses ressemblances. Les deux îles partagent le fait d'être situées aux confins septentrionaux. Elles furent longtemps soumises à une autorité étrangère. Pendant longtemps, elles demeurèrent si éloignées du « centre » européen que c'est à peine si on les mentionnait. L'Islande et surtout le Groenland attirèrent les explorateurs, à l'instar de bien d'autres territoires au Nord du monde. C'est la fascinante histoire de la constitution de l'image de ces deux îles aux confins du monde que l'historien Sumarliði R. Ísleifsson nous raconte dans cet essai remarquable, contribuant ainsi à l'histoire de l'imaginaire du Nord et de l'Arctique, des lieux peu étudiés, et encore souvent représentés par des lieux communs, accumulés par des siècles de discours.

  • Voix présente un choeur de douze voix riches d'idées, de mots, de manières de dire, à la fois régionales et universelles. Au fil de leurs confidences, sans doute ferez-vous quelques découvertes et reconnaitrez-vous ce que leurs accents doivent à l'exploration des territoires de la littérature et de ceux de l'humanité.

    Quarante ans, c'est le temps des bilans. L'occasion pour nous, au Blé, de faire le point sur le travail accompli afin d'enrichir la littérature franco-canadienne depuis la fondation de la maison en 1974. C'est à ces voix-là que nous rendons hommage dans cette série d'entrevues de douze de nos auteurs.

  • Certains territoires sen sortent mieux que dautres par rapport à la mondialisation en faisant preuve de « résilience territoriale ». Ils résistent, sadaptent, voire se réinventent. À partir de ces exemples, les auteurs apportent un éclairage approfondi des contraintes et perspectives d'adaptation dans le nouveau contexte compétitif global.

  • Qu'entend-on par territoires durables? S'agit-il d'un nouveau modèle d'urbanisme ? D'une stratégie de verdissement ? D'un mode de gestion des biens communs ? D'une modernisation de l'action publique ? D'une transformation sociale ? D'une utopie ? Il n'existe pas de réponse unique et univoque pour qualifier la variété des démarches territoriales de développement durable (DD) qui ont émergé à l'international au cours des vingt dernières années. Une chose est sûre, toutefois, le territoire et les acteurs qui le construisent constituent le fondement de la gouvernance du DD.

  • Fruit d'une réflexion collective des membres du Centre de recherche sur le développement territorial, cet ouvrage éclairera les lecteurs non seulement sur les différentes méthodes utilisées par les chercheurs pour comprendre les réalités des territoires, mais leur donnera aussi des outils concrets (cadre d'analyse, dimensions, indicateurs, etc.) leur permettant de développer leurs propres recherches dans le domaine.

  • Le tourisme est créateur de richesses. Cette activité, qui constitue une des voies de développement des territoires, fait face aux divers changements profonds que vit notre société : montée de l'individualisation des pratiques et sacralisation de l'expérience, effacement entre le quotidien et l'ailleurs, augmentation des préoccupations environnementales,etc. Devant ces transformations, l'offre en tourisme n'a d'autre choix que de sans cesse se renouveler. Parfois, ce sont les nouveaux acteurs qui sont à l'origine de ce renouvellement. À certains moments, ce sont plutôt de nouveaux lieux qui font l'objet d'une valorisation touristique. Si ces nouvelles valorisations touristiques sont complémentaires à d'autres activités sur le territoire, elles sont également génératrices de conflits avec ces dernières. Comment créer un équilibre entre elles ?

    /> Selon les auteurs du présent ouvrage, il s'agit de repenser l'offre et la coordination au sein du territoire entre les différentes parties prenantes. Ce sont certaines des dimensions permettant ce processus que cet ouvrage se propose d'explorer. En faire la lecture permettra aux étudiants et aux professionnels du domaine du tourisme de s'intéresser à l'invention, aux reconfigurations et aux repositionnements des nouveaux territoires touristiques.

empty