Parascolaire

  • Je marche telle une pèlerine sur le chemin de ma guérison : c'est une phrase qui traverse tout mon récit. J'ai voulu raconter cette histoire-là, celle de mon processus de guérison. Mais il m'est apparu en cours de route qu'une autre histoire voulait se faufiler entre les lignes. Une histoire qui cherchait depuis longtemps à se dire, à s'écrire. Une histoire d'amour et de retour vers soi.
    J'offre avec humilité mon histoire aux
    personnes qui entreprennent ce grand
    voyage de retour vers soi. Je vous l'offre afin de nourrir votre espoir de guérir, votre désir de vivre, votre courage de poursuivre malgré la maladie ou le diagnostic annoncé. Pour se retrouver, il faut d'abord se perdre. C'est à ce moment précis de déroute totale, quand tout bascule, que le cri de notre sagesse profonde parvient enfin à se faire entendre. Car c'est lorsque nous sommes vraiment perdus sur le chemin que commence le retour véritable vers la guérison.
    Témoignage d'un processus de guérison d'une femme atteinte par le cushing puis,
    cinq ans plus tard, par le cancer du sein qui a osé tomber, se relever, se rencontrer, se guérir. Qui se présente à vous en toute simplicité et et je partage avec vous non
    seulement son histoire mais aussi son chemin, sa quête, son récit, sa guérison,
    son amour. Ce livre est non seulement un témoignage authentique mais aussi un guide vers le chemin d'une libération grâce à la pratique du récit de vie.

  • À quoi pensons-nous quand nos jours sont comptés ? Nos réactions sont-elles différentes selon que nous avons vingt, quarante ou quatre-vingts ans ? Que retenons-nous de la vie à l'approche de nos derniers instants ?

    L'auteure Geneviève Landry et sa complice photographe Emmanuelle Brière ont rencontré des personnes de tous âges, mourantes ou atteintes d'une maladie potentiellement mortelle, pour les écouter, elles et leurs proches, parler de leur expérience et capter en photo une partie de leur essence. L'annonce du diagnostic, les peurs, la réaction des autres, la définition du bonheur : voilà ce dont ont parlé Alexis, 10 ans, qui veille sur sa maman malade ; Patrick, 38 ans, déchiré à l'idée de quitter sa famille ; André, 80 ans, qui a choisi de profiter de chaque instant qu'il lui reste ; et plusieurs autres. De cette démarche résulte un livre infiniment humain, une manifestation d'espoir où toutes les personnes impliquées, à travers une confession généreuse, laissent entrevoir leurs déceptions, mais aussi leurs joies. Laisser sa trace nous parle de la mort pour nous permettre de mieux
    savourer la vie.

  • Jeune agrégé d'histoire et géographie catapulté dès sa première rentrée scolaire dans un collège "de banlieue", Iannis Roder se heurte très vite à une réalité tragi-comique, en contradiction avec ses idéaux et le discours officiel de l'institution. Que peut-il enseigner à des enfants qui disposent de cinq cents mots pour communiquer et dont certains savent à peine lire ? Des enfants à la vision simplifiée, voire simpliste, du monde. Qui ne savent pas se situer, quelque part entre leur quartier repoussoir et leur pays d'origine dont ils ne sont pas. Des enfants lâchés et trompés par le système, bercés par l'imaginaire doré de la télévision, rêvant uniquement de gloire et d'argent. Dans son établissement comme dans tant d'autres, la violence ordinaire, presque banale, charrie son lot de sexisme, d'homophobie, de racisme, d'antisémitisme... Face à ce quotidien vécu par de nombreux enseignants, Iannis Roder nous livre un témoignage lucide, à contre-courant des non-dits et des discours condescendants. Restituant de bouleversants dialogues avec les élèves, il nous invite à retrousser nos manches, à changer le monde, l'école et à offrir des perspectives citoyennes aux enfants.

empty