• Cet ouvrage permet de mieux cerner les compétences nécessaires à une approche éducative globale auprès des bébés. On y traite des besoins physio­logiques (alimentation, sommeil, hygiène), socioaffectifs (personnalité, socialisation) et intellectuels (développement cognitif et du langage), ainsi que de l'aménagement de l'espace et du choix des objets de jeu.

  • L'étude de la socialisation politique des enfants, de leur insertion dans la communauté politique, n'avait pas encore été tentée en France. Toute enquête sur un tel sujet se heurte inévitablement à une série de défenses et d'interdits sociaux. Ce n'est donc pas un des moindres mérites de cette enquête, conduite par questionnaire auprès des élèves d'établissements publics et privés de l'Académie de Grenoble, que d'avoir vaincu ces difficultés. Charles Roig et Françoise Billon-Grand ont tenté ainsi de pénétrer l'univers politique des enfants âgés de huit à treize ans, de comprendre leur perception du fait politique, d'éclairer leur attachement à la communauté, de déceler leurs attitudes à l'égard des institutions publiques et, plus profondément, d'analyser leurs réactions devant des notions telles que gauches, droite, communisme, anticommunisme, libéralisme et autoritarisme. Sans nier le rôle fondamental du milieu familial et du système d'éducation sur la socialisation politique des enfants, les auteurs insistent sur l'influence de nouveaux moyens de communication comme le cinéma, la radio, la télévision et les bandes dessinées ; tout en montrant l'intérêt que présente la connaissance des attitudes politiques des enfants pour expliquer celle des adultes, cette étude contribue à éclairer la représentation que se font de la politique l'ensemble des citoyens.

  • Excités, capricieux, scotchés aux écrans, réfractaires à tout effort, les enfants de la modernité apparaissent souvent comme de « sales gosses » que seule la « restauration de l'autorité traditionnelle » serait susceptible d'aider à grandir... Jacques Lévine et ses collaborateurs ont fait un autre choix.

    Ils montrent ici qu'il n'y a pas de fatalité de la violence et qu'une éducation bien conduite peut amener un enfant à « construire de la pensée contre le corps primaire », ce corps qui menace toujours d'imposer ses pulsions et de semer la terreur.
    Pour cela, les auteurs présentent les ateliers de recherche sur la condition humaine (ARCH). Pas de miracle dans cette méthode, mais un travail rigoureux, soutenu par une éthique éducative fondatrice. De l'âge préscolaire à l'adolescence, les élèves découvrent qu'ils sont capables de penser sur les questions fondamentales de la vie, que cette pensée les relie aux autres et les spécifie tout à la fois.
    Ces moments privilégiés apparaissent, en réalité, absolument décisifs, tant pour le développement de la personne que pour ses apprentissages, tant pour l'avenir personnel de chacun que pour notre avenir collectif.

    Étayé par une réflexion sur le sens et la portée de la philosophie, solidement argumenté sur le plan psychologique, illustré de très nombreux exemples et précis dans ses préconisations, cet ouvrage fait bien plus qu'apporter des recettes pédagogiques : il permet de repenser une éducation.

  • Un ouvrage qui vise à faire valoir l'importance de la dimension éthique et son prolongement déontologique dans le cadre d'activités professionnelles, militantes ou bénévoles.

  • Motricité globale - Intégration sensorimotrice - Habiletés perceptivo-motrices visuelles - Habiletés perceptivo-motrices auditives - Habiletés conceptuelles - Développement du langage - Socialisation.

empty