• LE PRÉSENT OUVRAGE A POUR OBJET L'ENGAGEMENT DES JEUNES DITS « EN DIFFICULTÉ » : jeunes de la rue, en « sortie de rue », en parcours de réinsertion, placés en centres jeunesse, en quête identitaire ou fréquentant des organismes communautaires.

    Si on observe une modification des référentiels d'action publique concernant la jeunesse, le type d'engagement considéré lors des prises de décisions est souvent limité au domaine socioculturel, angle qui exclut la relève des décisions touchant les secteurs clés de l'insertion sociale. Du côté de l'expérience d'engagement, la tendance consiste à souligner l'apathie des jeunes, qui s'explique par leur faible participation électorale, maintenant largement documentée. Or, nombre d'actions collectives correspondent à des mobilisations organisées, notamment grâce au rôle fondamental joué par les organismes communautaires et les intervenants dans la mise en action de la jeunesse.

    Des travaux récents ont montré combien les jeunes s'engageaient autrement, dans des domaines aussi variés que possible. C'est notamment le cas des trois projets de recherche à l'origine de cet ouvrage. Rédigé par autant de chercheuses investies depuis plusieurs années dans ces champs d'étude, ce livre a pour but de mieux comprendre les contours et les processus particuliers de l'engagement des jeunes en difficulté. Au-delà de son utilité en matière de réflexions théoriques, méthodologiques et empiriques, cette mise en commun se veut également une véritable prise de position épistémologique qui consiste à replacer le discours de la jeunesse au centre de l'objet de recherche.

  • Excités, capricieux, scotchés aux écrans, réfractaires à tout effort, les enfants de la modernité apparaissent souvent comme de « sales gosses » que seule la « restauration de l'autorité traditionnelle » serait susceptible d'aider à grandir... Jacques Lévine et ses collaborateurs ont fait un autre choix.

    Ils montrent ici qu'il n'y a pas de fatalité de la violence et qu'une éducation bien conduite peut amener un enfant à « construire de la pensée contre le corps primaire », ce corps qui menace toujours d'imposer ses pulsions et de semer la terreur.
    Pour cela, les auteurs présentent les ateliers de recherche sur la condition humaine (ARCH). Pas de miracle dans cette méthode, mais un travail rigoureux, soutenu par une éthique éducative fondatrice. De l'âge préscolaire à l'adolescence, les élèves découvrent qu'ils sont capables de penser sur les questions fondamentales de la vie, que cette pensée les relie aux autres et les spécifie tout à la fois.
    Ces moments privilégiés apparaissent, en réalité, absolument décisifs, tant pour le développement de la personne que pour ses apprentissages, tant pour l'avenir personnel de chacun que pour notre avenir collectif.

    Étayé par une réflexion sur le sens et la portée de la philosophie, solidement argumenté sur le plan psychologique, illustré de très nombreux exemples et précis dans ses préconisations, cet ouvrage fait bien plus qu'apporter des recettes pédagogiques : il permet de repenser une éducation.

  • Cet ouvrage permet de mieux cerner les compétences nécessaires à une approche éducative globale auprès des bébés. On y traite des besoins physio­logiques (alimentation, sommeil, hygiène), socioaffectifs (personnalité, socialisation) et intellectuels (développement cognitif et du langage), ainsi que de l'aménagement de l'espace et du choix des objets de jeu.

empty