Presses de l'Université du Québec

  • LE PRÉSENT OUVRAGE A POUR OBJET L'ENGAGEMENT DES JEUNES DITS « EN DIFFICULTÉ » : jeunes de la rue, en « sortie de rue », en parcours de réinsertion, placés en centres jeunesse, en quête identitaire ou fréquentant des organismes communautaires.

    Si on observe une modification des référentiels d'action publique concernant la jeunesse, le type d'engagement considéré lors des prises de décisions est souvent limité au domaine socioculturel, angle qui exclut la relève des décisions touchant les secteurs clés de l'insertion sociale. Du côté de l'expérience d'engagement, la tendance consiste à souligner l'apathie des jeunes, qui s'explique par leur faible participation électorale, maintenant largement documentée. Or, nombre d'actions collectives correspondent à des mobilisations organisées, notamment grâce au rôle fondamental joué par les organismes communautaires et les intervenants dans la mise en action de la jeunesse.

    Des travaux récents ont montré combien les jeunes s'engageaient autrement, dans des domaines aussi variés que possible. C'est notamment le cas des trois projets de recherche à l'origine de cet ouvrage. Rédigé par autant de chercheuses investies depuis plusieurs années dans ces champs d'étude, ce livre a pour but de mieux comprendre les contours et les processus particuliers de l'engagement des jeunes en difficulté. Au-delà de son utilité en matière de réflexions théoriques, méthodologiques et empiriques, cette mise en commun se veut également une véritable prise de position épistémologique qui consiste à replacer le discours de la jeunesse au centre de l'objet de recherche.

  • Cet ouvrage permet de mieux cerner les compétences nécessaires à une approche éducative globale auprès des bébés. On y traite des besoins physio­logiques (alimentation, sommeil, hygiène), socioaffectifs (personnalité, socialisation) et intellectuels (développement cognitif et du langage), ainsi que de l'aménagement de l'espace et du choix des objets de jeu.

  • Un ouvrage qui vise à faire valoir l'importance de la dimension éthique et son prolongement déontologique dans le cadre d'activités professionnelles, militantes ou bénévoles.

  • Objets de répression ou de compassion, les jeunes de la rue sont méconnus et leur présence soulève habituellement beaucoup d'interrogations et d'inconfort. Certains voient dans ce phénomène l'expression bricolée d'un rite de passage moderne ou d'une émancipation sociale, d'autres en condamnent les conditions aliénantes ou tentent de le nier.

    Avec originalité, l'auteur traite le sujet de façon transdisciplinaire (géographie humaine, psychanalyse et sociologie) et explore le lien qui existe entre le social et le spatial.

  • Motricité globale - Intégration sensorimotrice - Habiletés perceptivo-motrices visuelles - Habiletés perceptivo-motrices auditives - Habiletés conceptuelles - Développement du langage - Socialisation.

  • Qu'est-ce qu'une institution aujourd'hui ? Les conceptions théoriques de l'institution sont aussi variées que les représentations mobilisées par les intervenants sociaux dans le feu de l'action. Le mur fermé est allié à la rue ouverte, la coercition à l'autonomie, l'encadrement à l'accompagnement, le tribunal au thérapeutique, l'hôpital à l'art, le médicament à la toxicomanie, la responsabilisation à la liberté. L'institution actuelle semble éventrée de sa substance normative qui se redistribue inégalement sur une série d'instances et de dispositifs intermédiaires qui intègrent autant des fonctions classiques (éduquer, contrôler, soigner, punir, etc.) que des stratégies novatrices (accompagner, autonomiser, responsabiliser, réduire les méfaits, etc.). Toutefois, ces nouvelles instances et dispositifs ne dessinent-ils pas les contours communs d'une individualité sociale qu'on veut soutenir et promouvoir ? Dans le présent ouvrage, théoriciens et intervenants du domaine social tentent de mettre en lumière, de comprendre et de problématiser le « nouvel esprit » de l'institution.

empty