• Ndien Crow d'adoption, Raynaud Shade est considéré comme le plus dangereux sociopathe des États-Unis et représente le cauchemar de tout policier. Finalement interpellé, il avoue avoir enterré un cadavre au beau milieu des Bighorn Mountains, dans le Wyoming, et c'est à Walt Longmire que revient la tâche d'escorter Shade, en plein blizzard, jusqu'au corps. Mais le shérif sous-estime peut-être les dangers d'une telle expédition. Car pour tenter de rétablir la justice, il va devoir braver l'enfer glacial des montagnes et tromper la mort avec, pour seul soutien, un vieil exemplaire de La Divine Comédie de Dante. Dans ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson transforme le lumineux décor des Hautes Plaines en un inquiétant théâtre des ombres, dans un polar sous très haute tension.

  • Le froid... toujours le froid. Est-ce la fin ? Nos ennemis ont-ils eu raison de nous ? Il y a une chose que je sais : l'espoir, la loyauté, l'amour, la foi... rien de tout cela ne pourra plus nous sauver.
    Alors que l'empereur Lysander de Castlewing et le séraphin Démosthène assiègent toujours la cité, Philippe Gardeval est emprisonné et relevé de sa charge.
    Le roi est persuadé d'avoir trouvé son traître et le sourire de la victoire orne maintenant les visages de ceux qui souhaitaient la chute du sénéchal. Basse politique ou véritable trahison ?
    Violence, regrets, haine, amour, les personnages de Grégory Da Rosa n'auront jamais été aussi humains, touchants et détestables.
    Avec Sénéchal III, Grégory Da Rosa nous offre un final puissant et saisissant de justesse.
    Plus qu'un roman, ce troisième tome est une invitation à prendre toute la mesure et la démesure de la tragédie et des drames qui emportent les habitants de Lysimaque.

    L'auteur frappe fort pour nous emmener, une dernière fois, dans les méandres torturés de la cité assiégée et de l'esprit sinueux du grand sénéchal de Méronne !

  • Dans un univers de fantasy médiévale, la ville de Lysimaque se retrouve en état de siège. Le climat en huis clos qui s'y forme devient propice à toutes formes de tensions. Son sénéchal, le sire Gardeval, en fait les frais lorsqu'à un banquet de la noblesse, la comtesse de Piarce meurt empoisonnée d'un vin servi à la demande du sénéchal. Les suspicions, encouragées par son ennemi Othon de Ligias, convergent virulemment dans sa direction. Il faut dire qu'il n'est pas aidé par sa condition de roturier à la cour. Seule son amitié indéfectible avec le roi le préserve de la déchéance. Mais le sénéchal devra faire preuve de lucidité et d'ingéniosité pour défendre la ville dans ce contexte étouffant d'intrigues de palais. Un tour de force, une maîtrise hors pair.

  • Tissu démodé, garniture avachie, siège défraîchi... une réfection s'impose !
    Pour procéder avec méthode, laissez-vous guider par un professionnel. Toutes les étapes sont précisément expliquées et illustrées : outils et matériaux, préparation de la carcasse, sanglage, pose des ressorts, mise en crin, jusqu'à la pose du tissu de couverture et aux finitions.
    À chaque type de siège correspond une garniture spécifique : toutes les particularités sont donc prises en compte. Quel que soit votre siège, vous pourrez ainsi lui donner une nouvelle jeunesse... pour de longues années.

  • « Remarquable. Si vous aimez David Gemmell, vous trouverez du charme à Stephen Aryan. » Lanfeust Mag La Fantasy épique à son sommet ! Voechenka est une cité dévastée par la guerre. Dans ses ruines, à la nuit tombée, les morts-vivants s'attaquent aux rescapés ou les appellent par leur nom, les implorant de les rejoindre. Tammy Baker est une Protectrice de la Paix chargée d'enquêter sur la ville afin que les autorités puissent décider de sauver celle-ci, ou de l'abandonner à son sort. Zannah fait partie des parias de Voechenka. Décidée à racheter les crimes de guerre de son peuple, elle protège des réfugiés qui la haïssent plus encore que leurs agresseurs revenus du tombeau. Balfruss est un érudit, un voyageur... et un Mage de Guerre célèbre pour avoir à lui seul mis un terme à la guerre. Dans une cité en quarantaine, les survivants épuisés, coupés de tout, sont livrés aux ténèbres. Leur seule certitude, c'est que la fin est proche. Et qu'elle sera terrible. « Cette nouvelle saga vous accrochera immédiatement. Les éditions Bragelonne ont fait de Mage de Guerre leur nouveauté de l'année, et c'est parfaitement mérité. » Gold

  • Un an a passé depuis la défaite de Taïkon et son âme damnée le Nécromancien. En Seveldrom, la nouvelle souveraine Talandra multiplie les stratégies diplomatiques pour éviter qu'un nouveau conflit éclate. Face à cette menace se dressent également le jeune mage Fray et l'ancien champion de lutte Choss.

  • Restonica est une ville paisible, entourée de collines, préservée des violences urbaines et des pollutions. Mais elle est aussi le fruit de l´histoire et, quand éclate une guerre civile, devient l´enjeu symbolique et militaire nécessaire à la folie du Général Brûlé. Du jour au lendemain, la ville est assiégée, prise sous les bombes et les snipers. Des enfants, partis donner l´alerte, sont exécutés. Le génocide prend ses marques. Terreur, ennui, viols et aberrations s´accumulent, sans haine des exécutants, simple succession d´histoires anonymes, de témoignages d´assaillants comme d´assiégés, le dedans et le dehors, le face à face, un massacre sans exotisme nourrit d´histoires singulières, pudiques, universelles. Ce pourrait être à Briançon, Sarajevo, Kinshasa. Le chaos a fait son nid. Un des malheurs, c´est la guerre. La guerre est l´un de ces malheurs. Les personnages se nomment Jules, Joseph, Lorette. Ce pourrait être nous...
    Prix Charles Brisset 2003 « Un sens dramatique remarquable, un souffle, une violence sans complaisance ni concession. » Patrick Kéchichian, Le Monde.
    « Deux cents pages brûlantes et hallucinées. » Jean-Baptiste Harang, Libération.

  • Il abaissa sa baguette tandis que les premiers accords, pleins et assurés, sélevaient dans la salle poussiéreuse. Les trompettes et les timbales dominèrent la ligne mélodique des cordes, avec leur motif de deux notes, lancinant et répétitif Puis il y eut des entrées loupées, quelques solos bâclés. Elias fut saisi de panique. Un musicien blêmit et saffala sur sa chaise. Mais portée par son élan, la musique roulait comme un rocher sur une pente douce. Il se contentait de la guider, la retenir, lempêcher de semballer La symphonie menait sa propre vie En juin 1941, après la brutale rupture du pacte germano-soviétique, Leningrad va être assiégé. Au fil de plus de neuf cents jours, une terrible pénurie sinstalle, les bombardements se multiplient. Les habitants meurent de faim par milliers. Dmitri Chostakovitch, qui vit à Leningrad, travaille alors à sa Septième Symphonie, dans laquelle il va magnifiquement intégrer le bruit des canons, des bombes et des sirènes dalarme. Et Staline, qui surveille étroitement les artistes, a une idée : la faire jouer en disposant des haut-parleurs en direction de la ligne de front, afin que les Allemands pensent que si les Russes sont encore capables de faire de la musique, cest quils ne sont pas près de se rendre. Hâves, décharnés, les musiciens doivent trouver lénergie nécessaire pour donner ce concert exceptionnel

  • Bogotá est assiégée depuis des mois. Le gouvernement a fui à Carthagène, la guérilla contrôle le sud de la ville et affronte l'armée et les paramilitaires.
    Tandis que les obus pleuvent sur la ville, deux journalistes étrangers, la belle Islandaise Bryndis Kiljan et le Maltais Olaf K. Terribile enquêtent sur une sombre histoire de trafic d'armes entre la guérilla et l'armée, dont les ramifications les guideront à travers une Bogotá clandestine jusqu'aux clés d'un conflit inextricable.
    Dans une deuxième histoire un jeune homme facile se laisse séduire par des hôtesses de l'air qui vont faire de sa vie un enfer.
    De l'humour à l'érotisme en passant par le suspense, Santiago Gamboa maîtrise les registres les plus divers et montre une fois de plus son originalité irréductible

  • En l'an 904 les pirates Sarrasins de Crête surgissent devant Thessalonique, pillent la ville et réduisent ses habitants en esclavage ; en 1185, ce sont les Normands de Sicile qui sèment la ruine et la désolation ; en 1430 enfin, les Turcs mettent la ville à sac et en prennent définitivement possession.

  • En 1914, la résistance de la place-forte de Maubeuge fut la plus longue. Elle suscita une vive polémique politico-militaire autour du gouverneur Fournier, laissant cours à deux légendes : l'investissement par 60 000 Allemands et si « Maubeuge avait tenu 24 h de plus » le sort de la guerre eut été changé. Le journal du viie CAR de von Zwehl publié en 1921, ignoré pendant un siècle et retrouvé à Zurich consultable grâce à une traduction et une étude critique, met en évidence les erreurs d'estimation du plan Schlieffen, la présence de 25 000 Allemands, les retards d'approvisionnement en munitions, la perte de 25 à 30 % des effectifs du viie CAR à l'issue de sa marche forcée le 13 septembre au matin sur le Chemin des Dames. L'édition de cette source, ignorée pendant un siècle, est complétée par des extraits des rapports des généraux von Bülow et von Kuhl sur le contexte militaire et deux articles de journaux mettant en avant la puissance de l'artillerie lourde. Il appartiendra au public de mesurer la réflexion de Jean Jaurès : « Dans les grandes plaines du Nord... qu'y-a-t-il pour répondre ? Le seul camp retranché de Maubeuge, un îlot surnageant dans une grande nappe d'invasion ! »...

  • Pour aller voir son oncle, Tom va prendre le train. Avec papa, maman et Inès, il traverse la gare, trouve le quai et monte trouver sa place. C'est le début d'un long voyage et de multiples découvertes. Attention au départ !

  • Cet ouvrage étudie la signification des meubles et s'attache spécialement à la chaise. Pour cela, il explore les catégories d'objets. En quoi la présence d'une chaise diffère-t-elle de celle d'une sculpture ? En quoi la chaise se distingue-t-elle d'un autre siège ? Comment les scènes domestiques s'organisent-elles dans la maison ? Quel supplément de sens le designer confère-t-il à l'objet de design ? En déclinant ces diverses facettes des objets, l'ouvrage dévoile une à une les contraintes du designer en même temps qu'il situe les points d'appui de la créativité. Pour caractériser la chaise, on mobilise ici des notions fondamentales de la sémiotique, telles la présence, la valeur et la factitivité afin de concevoir la relation qu'entretiennent les corps et les objets et de saisir quelques ressorts essentiels de la créativité. Sortie de la familiarité qui nous empêchait de la voir, la chaise rendue à la signification offre ainsi quelques précieux prolégomènes à une sémiotique du design.

  • Alors que Rome étend son empire, la République est menacée par de violentes guerres civiles. Les imperatores rivaux Sylla et Marius se livrent une bataille acharnée pour prendre le pouvoir au sein de la mythique cité.
    C'est au cours de cette montée de violence que la femme et le fils du légat Quintus Lucretius Ofella sont brulés vifs dans leur demeure. Ivre de colère, Ofella choisit de rejoindre Sylla pour se venger de Marius et libérer Rome de ses manigances. Cependant, la situation s'avère plus complexe et les enjeux dépassent le légat qui découvrira que Rome, la ville qu'il chérit autant que sa famille, est au coeur d'un conflit qui oppose les dieux du panthéon.
    Son voyage, qui le mènera de Rome à Athènes, en passant par Thèbes et Préneste, mettra à rude épreuve ses convictions, sa fidélité à Rome, à Sylla et ses amis légionnaires. Qui choisir entre Vénus et Artémis ? Qui peut sauver Rome, quand les divinités font des deux imperatores rivaux leurs généraux sur Terre ? En qui avoir confiance ?
    Entre guerres et combats, amitié, loyauté et désillusions, Ofella n'aura de cesse de vouloir la tête de Marius, tout en cherchant à préserver et protéger Rome de ses ennemis les plus puissants.
    Ce roman comporte également 3 illustrations intérieures réalisées par Didier Normand.

  • Depuis 1993, un groupe interdisciplinaire réunit à l'Université de Provence d'Aix des chercheurs travaillant tous sur le XVIe siècle et dans des domaines différents : histoire, littérature française, histoire des arts, littérature italienne, littérature espagnole. Ils livrent ici leurs regards croisés sur le thème « Prendre une ville au XVIe siècle ». Il ne s'agit pas d'un traité d'art militaire ou de poliorcétique, mais d'une réflexion sur un champ vaste qui va du factuel à l'imaginaire : une façon de rompre le carcan du cloisonnement en disciplines et de restituer, si possible, la richesse d'une réalité toujours difficile à saisir et toujours grosse de promesses : ne reste-t-il pas encore bien des citadelles à prendre ?

  • Dans ces Cévennes rattrapées par la révolution, le destin du comte François de Millepertuis et des siens ne tient qu'à un fil. Le seigneur décide de se barricader en son château et se prépare à tenir un siège, si besoin. À travers cette chronique de la Terreur, ...

  • Paru en 1926 en trois tomes, ces Lectures d'histoire locale sur le Tarn-et-Garonne étaient destinées aux maîtres des écoles afin de sensibiliser leurs élèves à l'histoire locale et pas simplement à la grande histoire nationale et jacobine telle que l'avaient pensée les historiens du XIXe siècle : Michelet, Lavisse ou Henri Martin.
    Moins d'un siècle plus tard, l'ouvrage prend une autre dimension : celle de faire découvrir au plus grand nombre - et d'une manière simple et agréable - l'histoire locale et générale de son département d'origine ou de domicile. La gageure n'était pas des moindres : le département du Tarn-et-Garonne, décrété par Napoléon Ier en 1808, est composé de portions de territoire détachées des départements limitrophes et donc au carrefour des anciennes provinces de Guyenne, Gascogne, Quercy ou Languedoc.
    Rééditée en deux tomes (tome Ier : des origines au XVe siècle ; tome II : de la Renaissance à la création du département), voilà une histoire à s'approprier pour tous les Tarn-et-Garonnais.

  • En 1883, Quatre-vingt-dix exilés politiques conduits par Boyer Bazelais, chef du Parti Libéral, débarquent à Miragoâne avec l´espoir de soulever le pays et de renverser le Président Salomon. S´ensuit un siège de dix mois au cours duquel les deux tiers d´entre eux, ainsi qu´une grande partie de la population de Miragoâne, périssent. Vingt-cinq ans après les faits, le romancier miragoânais Fernand Hibbert, s´appuyant sur divers témoignages, dépeint la défense héroïque des assiégés.

  • 1597. La compagnie du Chariot a été embauchée pour participer au siège d'Amiens. Au milieu de la guerre et des combats éclot un amour fragile entre le capitaine N'a-qu'un-oeil et Fatima, la chroniqueuse particulière d'Henri IV. Mais comment aimer quand la mort rôde ? "Le vert est éternel" se déroule dans l'univers de Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent del Socorro.

  • Nouvelle édition (entièrement recomposée) de ce monumental ouvrage sur le folklore de la France. Ce tome (4-b sur 4) reprend la partie consacrée au Peuple et à l'Histoire : successivement : Gens d'Eglise (prêtres, moines, religieuses, templiers, etc.) ; Noblesse et Tiers-Etat ; les Guerres ; l'Histoire de France dans la tradition populaire (des Gaulois à la légende napoléonienne) et les souvenirs, contes, légendes ou croyances qui s'y rattachent. On reste toujours surpris de la richesse du folklore recueilli, de sa diversité : on se prend à rêver tout au long des pages de ce livre, classique parmi les classiques du genre.
    Paul Sebillot, né à Matignon (Côtes d'Armor) en 1843 (il meurt en 1918), est une des figures majeures du folklore breton et français dans son ensemble. Auteur de nombreux ouvrages, dont la Littérature orale de la Haute-Bretagne, et surtout auteur de ce vaste Folklore de France, édité en 4 fort volumes entre 1904 et 1907.

  • L'histoire de nos guerres religieuses n'a jamais été faite. Le jour où il se trouvera un homme assez vigoureux de génie pour l'écrire, cette histoire se dégagera du chaos actuel, comme une gerbe lumineuse ; tout y paraîtra nouveau, car les contemporains effleurent le sujet à peine, faute d'avoir puisé aux véritables sources. L'oeuvre reste donc à faire, et, bien souvent, depuis trente ans que nous fouillons, rude et silencieux travailleur, dans le champ du passé, elle a tenté notre ambition. Pour peindre avec l'énergie et la chaude couleur qu'elles exigent ces longues et diverses séries de scènes pleines d'action, de mouvement, d'intérêt puissant et de drame, nous nous étions pénétré fortement de l'esprit des temps où elles se jouèrent. Durant plusieurs années, nous avons ainsi recueilli et classé avec patience les éléments de notre travail, attendant un moment favorable pour le mettre au jour. Ce moment n'est pas venu. Nous avons remis nos projets à des temps plus heureux, et nous nous sommes borné à faire une page du livre préparé avec tant de soins et si longtemps étudié. Grâce au fond même du sujet, ce livre immense se résume, avec ses parties principales et ses points les plus lumineux, dans Montauban, l'histoire d'une ville protestante. Il n'est pas inutile, en effet, de remettre sous les yeux de cette génération flasque, énervée, rongée jusqu'à la moëlle par l'égoïsme et le mal de l'or, les prodiges de vigueur, de constance et de dévouement accomplis par nos pères, pour achever l'émancipation de l'esprit humain et la conquête de la liberté religieuse (Extrait de l'Avant-propos, édition originale de 1862). - Cette monographie historique sur la ville de Montauban court des origines à la Révolution. Cette nouvelle édition, entièrement recomposée, permettra aussi de redécouvrir un historien « occitan » un peu trop oublié jusqu'à présent et l'histoire ancienne d'une ville passionnante.
    Jean-Bernard Mary-Lafon (1810-1884), né à Lafrançaise (Tarn-et-Garonne). Il est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques sur le Midi et sur la langue d'oc. On lui doit notamment Histoire politique, religieuse et littéraire du Midi de la France ; Le Languedoc ancien et moderne ; Histoire illustrée des principales villes du Rouergue ; Histoire littéraire du Midi de La France ; La croisade contre les Albigeois : épopée nationale ; Bertrand de Born (roman historique), Le Roman de Gérard de Roussillon, etc.

  • Le cimeterre et l'epee Nouv.

    Malte, 1565 : un avant-poste vital entre les nations divisées d'Europe et l'Empire ottoman, en constante expansion. Les chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem affrontent les Turcs en de violents combats qui pourraient bien conduire à leur anéantissement.
    Parmi les hommes venus les soutenir, se trouve Sir Thomas Barrett, un ancien soldat en disgrâce. Bien que sa loyauté et son instinct le poussent à faire passer l'Ordre avant tout, son allégeance est partagée. Sur ordre de la reine Élisabeth, il doit retrouver un manuscrit caché, gardé par les chevaliers, qui menace le règne de la souveraine. Alors que Sir Thomas affronte un passé qui lui a coûté son honneur et un secret resté longtemps enfoui, une vaste armée ennemie se prépare à assiéger l'île...
    « Palpitant et poignant. » The Times
    « Le captivant récit du Grand Siège de Malte. Violente et fascinante, une histoire de sang, d'amour et de sacrifice. » Daily Express
    « Un roman plein de bruit et de fureur... parfait pour les amateurs de Bernard Cornwell, qui apprécieront l'attention portée aux détails historiques et l'action au rythme haletant. » Good Book Guide

  • Personne ne connaît réellement ces hommes en noir qu'un hélico vient de déposer aux abords d'un petit village d'Afghanistan. Et ces autres qui sortent d'un marais pour abattre un criminel de guerre en Croatie; qui assurent la garde protégée d'un général canadien au Rwanda; qui sévissent contre des preneurs d'otages au Pérou ou qui font mentir le président Milosevic, en faisant la preuve, sur place, du non-désarmement de la Serbie.

    DENIS MORISSET a fait partie des seize premiers membres de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (FOI2 ou JTF2) de 1993 à 2001. Sa formation et son parcours stupéfiant en secoueront plus d'un et il tient du miracle qu'il soit encore là pour tout raconter. Sept de ses compagnons ne peuvent en faire autant.

    Plus encore et pour cause, le Canada ne rendra jamais hommage à ces combattants anonymes dont les vraies médailles de bravoure se résument aux nombreuses marques encore visibles sur leur veste pare-balles.

empty