Presses universitaires François-Rabelais

  • Nos sociétés modernes n'ont cessé de se questionner sur la place et le sens du travail. Cette très ancienne question est récemment encore réapparue dans le débat public : ce débat concerne la place du travail dans nos vies, le manque de travail pour les uns, la surcharge de travail pour les autres, les formes que revêt celui-ci, plus récemment la nature des transformations de la relation d'emploi et du rapport salarial. Une mise à distance par l'histoire des faits et des idées peut permettre de décentrer notre regard du vécu immédiat pour resituer le débat sur le travail dans l'univers riche et complexe des possibles. Revisiter à ce sujet les auteurs classiques ou plus contemporains, analyser leurs interrogations relatives à l'action, au faire, à l'effort, à l'oeuvre et au travail, est une voie privilégiée pour interroger le devenir de nos sociétés. C'est l'hypothèse que veut valider le présent ouvrage, recueil de contributions d'universitaires et de chercheurs spécialistes de l'histoire de la pensée et des faits économiques et sociaux. La première partie consacrée à l'invention du travail illustre divers aspects de la réalité du travail avant la révolution industrielle, puis réinterprète la pensée de Locke, de Rousseau et des physiocrates. La deuxième partie aborde le double problème de l'aliénation et de l'exploitation, au coeur des réflexions des philosophes et des économistes du xviiie et du xixe siècle. La troisième partie aborde plus largement la question sociale et en particulier les aspects du droit au repos et de l'organisation du marché du travail.

  • Doit-on parler de double vie ? Grand dramaturge du monde du travail moderne, récent prix Molière, Michel Vinaver s'est également confronté personnellement à l'âpreté du monde professionnel contemporain, en menant de front écriture et management en entreprise. Dans les années 1960 et 1970, il travaille en effet pour Gillette, qui lui confie ensuite la direction générale de l'entreprise S.T. Dupont. Aux sociabilités artistiques et parisiennes font alors suite les rugueux rapports de force du monde social et provincial. Ce récit relate la réaction du dramaturge face au conflit social avec occupation d'usine, survenu en 1976 alors qu'il était PDG de l'entreprise. Après avoir suivi la chronologie de cet événement, qui bouleverse les relations sociales au sein de l'entreprise, cet ouvrage revient sur les enjeux majeurs qui animent le conflit - et qui en expliquent en partie l'ardeur et les interprétations concurrentes. S'agit-il d'un carnaval, ou d'un véritable événement ? De l'éruption éphémère de velléités perturbatrices, ou Mai 68 à retardement en milieu paysan et catholique ? Qu'est-ce que diriger des hommes en milieu privé ? Le monde de l'entreprise fonctionne-t-il en vase clos préservé de l'histoire, ou est-il soumis aux bourrasques de celle-ci ? Autant de questions qui éclairent l'oeuvre d'un dramaturge majeur de notre temps.

empty