• Les migrations internationales constituent aujourd´hui, dans toutes les régions du globe, un enjeu majeur du politique. Elles font l´objet d´accords internationaux, engendrent des litiges diplomatiques et, surtout, défient en permanence l´ordre du « national ». L´immigrant se heurte à des frontières, spatiales et administratives ; l´émigrant renégocie en permanence ses relations à son pays d´origine. Aussi les migrations obligent-elles sans cesse à repenser les frontières, les manières de conceptualiser un territoire et, plus largement, la souveraineté politique d´un État-nation. Dans un Moyen-Orient arabe en pleine crise sociale, économique et politique, l´intensification des mouvements d´immigration et d´émigration, mais aussi celle des migrations de transit, est porteuse, en ce tournant de siècle, d´enjeux politiques spécifiques. L´implication accrue des diasporas dans les pays de départ, l´exploitation persistante des migrants dits « de travail », la présence des réfugiés de Palestine et, depuis peu, d´Irak ou du Soudan, les débats populaires que suscitent ces sujets, y posent de façon renouvelée la question du politique, des définitions de la nation à l´inscription régionale et internationale des États. Dans ce contexte émergent de nouveaux modes d´instrumentalisation, par les acteurs du politique, des mouvements migratoires intra-régionaux et internationaux, dont ce livre explore des exemples significatifs : « mobilité du travail et du capital » comme stratégie de politique intérieure et étrangère en Jordanie, rôle des États dans les migrations de travail (travail domestique en Jordanie et dans les pays du Golfe ; main-d´oeuvre syrienne au Liban), gestion des réfugiés palestiniens dans les pays arabes, défi posé par les membres de cette diaspora à la rigidité des concepts de frontière et de citoyenneté portés par les acteurs du processus de paix, sort des réfugiés non palestiniens au Liban, caractère éminemment politique des débats sur la nationalité dans ce pays, rôle de l´Église maronite, acteur désormais transnational, sur la scène politique libanaise... Discours sur, représentation d´une identité nationale, instrument de politique intérieure mais aussi stratégie de relations internationales, les mesures de contrôle et de gestion des flux migratoires mettent en relief la pluralité croissante des notions de nationalité, de population nationale, de territoire, de même que les changements qui affectent les modalités du « contrat social ». Elles montrent la résilience des États et l´émergence de nouveaux acteurs dans la sphère du politique : réseaux ethnico-nationaux, religieux, réseaux d´affaires transnationaux... Les politiques migratoires éclairent ainsi de façon particulière les processus de construction nationale et de restructuration géopolitique à l´oeuvre dans la région.

  • Les migrations internationales sont devenues l'un des enjeux majeurs des rapports entre les États. Dans ce cadre, les mouvements de réfugiés et de déplacés liés aux conflits politiques, identitaires ou territoriaux témoignent de la fragilité de constructions nationales encore si souvent contestées. Les principales modalités d'accueil des réfugiés montrent bien les obstacles à l'intégration comme les limites d'une assistance humanitaire dont l'action reste plus curative que préventive. Mais la paix revenue, le retour et la réintégration des réfugiés dans leur pays d'origine se heurtent encore à des difficultés politiques, juridiques et économiques qui sont autant de freins à la reconstruction nationale et qui, par là même, dessinent les migrations internationales du futur. Tels sont quelques-uns des grands thèmes évoqués dans les différentes contributions de cet ouvrage, dont certaines, comme celles sur les camps palestiniens du Liban, sur la revendication territoriale des Sahraouis ou encore sur le difficile retour des réfugiés cambodgiens, sont d'une actualité toujours brûlante. International migration has become one of the major issues in relations between states. Within this framework, movements of refugees and displaced persons resulting from political, identify or territorial conflicts show the fragility of national constructions that are still so frequently contested. The main procedures for hosting refugees clearly show the obstacles to integration and the limits of humanitarian aid, whose action is more curative than preventive. However, when peace is restored, the return and re-integration of refugees in their home countries still corne up against political, legal and économie difficulties that ail hinder national reconstruction and also indicate the pattern of future international migration. These are some of the major themes mentioned in the various contributions to this study, some of which are still extremely topical, such as those concerning the Palestinian camps in the Lebanon and the territorial daim of the Sahraouis.

empty