La Gibecière à Mots

  • Guy de Maupassant (1850-1893)
    "Lorsqu'il fut sur le trottoir, il demeura un instant immobile, se demandant ce qu'il allait faire. On était au 28 juin, et il lui restait juste en poche trois francs quarante pour finir le mois..."
    Georges Duroy, arrivé à Paris depuis peu, veut réussir à tout prix. La rencontre fortuite d'un camarade de régiment lui met le pied à l'étrier, en l'introduisant dans le journalisme.
    Georges, étant arriviste, comprend très vite que, pour arriver à son but, il doit se servir des femmes. Aussi il n'hésite pas, quitte à paraître amoral et cupide.

  • Officier de marine et grand voyageur, Pierre Loti fut énormément inspiré par l'Orient.
    C'est en 1894 qu'il relate son séjour à Jérusalem, la ville sainte, qui était alors en Palestine ottomane. Lui qui était agnostique pensait, et même espérait, y trouver la trace d'un Messie qui lui redonnerait une "espérance unique" contrairement au Messie des "religions humaines"...
    Est-ce à cause de sa déception spirituelle que certains de ces propos sont à la limite de l'antisémitisme ? Il est vrai que ce sentiment éait courant à l'époque.


  • Eugène Loudun (1818-1898)


    "
    A une époque où les nations européennes se transforment si rapidement et tendent à une unité qui leur imprimera une physionomie uniforme, c'est un spectacle digne d'intérêt que celui d'un peuple qui a gardé son caractère propre, et, au milieu d'un changement général, est demeuré le même. C'est le spectacle que présente la Bretagne..."



    Eugène Loudun, de son vrai nom Eugène Balleyguier, fut journaliste, critique d'art, historien et écrivain. Dans cet ouvrage, l'auteur semble vouloir laisser un témoignage de cette Bretagne déjà ballottée entre la tradition et le progrès. Descriptions : paysages et êtres humains, scènes de vie, scènes historiques... une balade au bout du monde.


    Edition 1864.

  • Armand Jusselain. "Ma foi, pensai-je, puisque le sort contraire me force de quitter la France en ce moment, colonie pour colonie, autant être déporté à Cayenne qu'ailleurs." Armand Jusselain ne raconte pas les souvenirs d'un transporté comme pourrait nous faire penser le titre. Ce sont les récits d'un officier sur la Guyane et les débuts chaotiques du bagne. Jusselain était lieutenant d'infanterie marine et séjourna de 1854 à 1857 en Guyane. Il fut chargé de la "colonisation" de la Comté, lieu malheureusement peu apte à la rédemption des transportés !


  • Pierre-Napoléon Bonaparte (1818-1881)



    "La France, la République, les Armes, voilà les aspirations de toute ma vie de proscrit..."




    Neveu de Napoléon Ier et fils de Lucien, Pierre-Napoléon Bonaparte fut plus connu pour un fait divers : le meurtre du journaliste Victor Noir. Dommage car le personnage est beaucoup plus intéressant !




    Dans "Un mois en Afrique", il relate ses efforts, en tant que proscrit, pour entrer dans l'armée, son court séjour en Algérie et tente de se justifier d'une soi-disante désertion.

    />


    C'est également un véritable playdoyer en faveur des officiers étrangers de la Légion Etrangère.


  • Edouard Auger

    "La Californie, dont l'appel s'est fait entendre au-dessus du cri révolutionnaire de 1848, attirait à elle, depuis deux ans déjà, les émigrations du monde entier..."
    L'auteur, en 1852, part au pays des chercheurs d'or : la Californie. Il nous raconte son périple, ses tribulations de Southampton (Angleterre) à San-Francisco (Californie) en passant par Panama.
    Un véritable document objectif qui nous éloigne des westerns hollywoodiens !

empty