Denoël

  • On croit que la mort éloigne, mais c'est le contraire : la mort rapproche. C'est un peu comme si en parlant de ma mère avec Anne, en repensant à elle sans cesse, je l'aimais plus et, en l'aimant plus, je la faisais revivre.

    Une enfance dans les années cinquante au sein d'une famille placée sous l'ombre tutélaire d'un père passionné de littérature et d'une mère à la fois crainte et admirée, peintre prometteuse tour à tour fantasque et ombrageuse. Les instants du passé remontent à la surface, entre la maison familiale au charme baroque de Neauphle-le-Château et les incursions dans le Saint-Germain-des-Prés de l'époque.
    Un récit intimiste et cathartique sur les non-dits et les zones d'ombre d'une figure maternelle énigmatique. Une élégie à la mère disparue qui dessine le puzzle d'une enfance de l'après-guerre.

  • L'aiguille

    Arrigo Lessana

    Les chirurgiens pourraient être des gens dangereux, des assassins en puissance : il faut être un peu fou pour faire ce métier ; un grain de plus, et la scène bascule. Leurs mains se confrontent à cette particularité : le même geste peut guérir, il peut tuer aussi. Ainsi les chirurgiens suscitent-ils un sentiment où la défiance - car leurs décisions leur appartiennent ; stratégiques, dangereuses, elles commandent à leurs mains - se mêle à l'admiration - car leur expérience est unique, ils connaissent le secret de la scène de l'intérieur, sous l'enveloppe de la peau, lieu de fantasmes, d'élaborations imaginaires..

    Ouvrir le coeur, coudre, recoudre, réparer...
    Acteur et témoin de premier plan, Arrigo Lessana nous plonge dans son aventure personnelle de chirurgien, à travers une réflexion sur l'expérience médicale et l'invention, nouée au fil de l'expérience quotidienne de la vie. Un texte où l'émotion et la science, le corps et l'écriture se lient naturellement.

  • 'Aujourd'hui je suis plus vieille que toi alors que j'avais neuf ans de moins que vous...' Ainsi commence La Fausse Veuve. Tutoyant et vouvoyant dans la même phrase son amant disparu, l'héroïne lui raconte, et nous raconte, dix ans après, l'histoire qui leur a été volée. Ce que furent leur amour, leurs moments de bonheur, et aussi le désespoir, leurs muets tête-à-tête à l'hôpital quand, victime d'un grave accident cérébral, il s'écroule, et se réveille paralysé et privé de parole. Face au drame du 'locked-in syndrome', face à la destinée légendaire d'un personnage que les médias se sont approprié, une femme n'oublie pas qu'il était un homme. Comment se parler d'un souffle? Comment s'aimer sans se toucher? Comment lire les battements d'un coeur au rythme d'un battement de paupières? C'est ce chemin escarpé, compliqué, et parfois très éloigné du deuil, qu'on suit dans ce roman en s'arrêtant sur les cases de l'enfance, en reculant sur celles de l'amour et de la religion, et en sautant à pieds joints sur celle de la mort comme au jeu de la marelle.

empty