• Et si tout n'était qu'une question de liens ? C'est l'hypothèse de laquelle sont partis Damien Deville et Pierre Spielewoy pour élaborer le cheminement théorique et politique de l'écologie relationnelle. Fils de la fin du XXe siècle, les auteurs font partie de cette génération qui a vécu à la fois la diversité du monde et sa destruction précipitée. S'ils formulent une puissante critique de l'uniformisation des territoires et des paysages actuellement à l'oeuvre, c'est pour mieux dynamiter les barrières qui nous empêchent de penser pour et par la diversité, et nous inciter à redécouvrir la complexité du vivant, des individus et des cultures, ferment d'une société empreinte de justice et riche de rencontres. En renouvelant notre façon d'habiter la Terre et en définissant avec justesse la place de l'humanité dans la grande fresque du vivant, l'écologie relationnelle devient une ode à la pluralité et à la solidarité. Elle est le point de départ d'un projet politique qui porte avec fierté des métissages territoriaux par-delà les individus et par-delà l'Occident.
    Ouvrir la voie d'un monde enrichi et fier de ses diversités.

  • Pour nous inviter à comprendre comment une certaine idée de nation argentine s'est construite à Buenos Aires au XIXe siècle, l'auteur nous montre en quoi les formes de sociabilité associative, tissées dans le cadre de manifestations socio-culturelles particulières, se sont imposées aux élites de la ville comme étant les plus aptes à promouvoir le projet politique de nation. Courtoises, policées et pacifiées, ces relations se sont inscrites dans des pratiques diversifiées qui ont permis à ces élites d'appréhender progressivement la société civile et la nation comme communauté d'appartenance. Pilar González Bernaldo de Quirós met ainsi en lumière une configuration de l'imaginaire national dans le Río de la Plata postcolonial. Elle dévoile, dans le même temps, comment la notion de « sociabilité», comprise comme l'expression d'une société policée, s'est enracinée dans l'idée civique de nation, idée qui sera prise comme modèle par les jeunes républiques hispano-américaines.

  • La problématique générale de l'implantation sert de point de départ et permet une réflexion sur le phénomène communiste. Pour comprendre la nature des mutations qui traversent le communisme français, un des modèles possibles parmi les communismes mondiaux, il faut établir des liens forts entre le milieu, les idéologies, les phénomènes culturels, les systèmes politiques, les individus, les impulsions nationales et internationales. Autant de composantes qu'il faut analyser dans leur globalité en dégageant les rapports entre les groupes sociaux dans des cadres précis, les projets politiques, les influences réciproques. Un ensemble de points forts apparaissent: les contraintes d'un héritage, les luttes plus englobantes, les effets des pratiques locales, le ter­ritoire social comme enjeu politique, les questions nouvelles posées par l'inscription nationale dans un cadre fortement internationalisé, le rôle de l'en­treprise, le groupe enseignant. Les valeurs communistes occupent une position variable et laissent la place pour d'autres orientations car le communisme ne fonctionne jamais en vase clos.

  • Désormais, en s´appuyant sur trois tentatives de Code civil - une réussie, deux manquées - un livre pose pour la première fois aux philosophes du droit et, par delà, au monde des juristes et des politiques, une question fondamentale : comment expliquer qu´entre un Code civil et une nation, un couple - un mariage, bien sûr - se forme (ou ne se forme pas) ? Rien de semblable pour une loi, même une grande loi. C´est qu´un Code civil est tout autre chose qu´un ensemble, un recueil, un album de textes. D´une loi les spécialistes de la « légistique » sont capables de déterminer si elle est ou non adaptée au milieu pour lequel elle a été fabriquée et, réciproquement, si celui-ci est apte à la recevoir, c´est-à-dire à la comprendre et à l´appliquer. Mais l´adaptation et la réception sont des phénomènes objectifs, mesurables par des procédés quasi mécaniques, telles des enquêtes d´effectivité/ineffectivité. La relation d´un Code civil avec sa nation appelle à plus de romantisme : c´est un peu une relation d´amour. La fièvre de législation est portée à son paroxysme en un désir d´embrasser, d´étreindre, entre ses bras la nation tout entière, son passé et son futur, ses qualités et ses vices, ses décors et ses paysages, tandis qu´en face la nation palpite en attente de commandements à quoi se soumettre d´un seul coeur, en espérance d´une norme de vie qui sera dorénavant sa respiration.

  • Les 12 travaux de l'opposition

    Collectif

    Benoist Apparu, François Baroin, Xavier Bertrand, Jean-François Copé, François Fillon, Brice Hortefeux, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Valérie Pécresse, Jean-Pierre Raffarin, Laurent Wauquiez.

    Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles, disait Sénèque.
    Une sentence d'actualité quand on songe à l'état de la France et à la politique menée par François Hollande. Dès lors, une question essentielle se pose : quelle opposition souhaitons-nous incarner ? Eh bien, nous la voulons constructive et courageuse. Constructive car s'opposer c'est aussi, et surtout, proposer. Courageuse car s'opposer en période de crise implique de se montrer audacieux. Notre responsabilité est d'assumer le choix du courage, d'impulser des initiatives à la hauteur des enjeux et des espérances de tous. Pour, au final, redonner aux Français la confiance en l'avenir.
    Né d'une initiative commune, réunissant 12 personnalités de l'UMP, cet essai nourri de réflexions et propositions concrètes montre combien notre famille politique, parce qu'elle aspire à préparer l'avenir, parvient à s'exprimer d'une même voix lorsque le destin du pays est en jeu.
    Grâce à cet ouvrage, chacun constatera que le premier parti d'opposition porte collectivement un projet appuyé sur une vision à long terme. Ces 12 travaux de l'opposition, rédigés par d'anciens ministres et Premiers ministres, exposent en effet une autre vision de notre pays, proposent un nouveau regard sur sa place en Europe et dans le monde, livrent les pistes d'une reconstruction ambitieuse de son économie, de son éducation, de sa justice...
    À nous, avec vous, de bâtir ensemble la France nouvelle.

    Couverture : Création Studio Flammarion © Flammarion, 2014.

empty