Sciences humaines & sociales

  • Suite aux attentats de 2015/2016, le gouvernement français conçoit dans l'urgence une réponse inédite pour détourner les jeunes du djihad. Un projet emblématique est alors au coeur de toutes les attentions : le centre de prévention et d'insertion à la citoyenneté (CPIC), vite et mal nommé « centre de déradicalisation ».

    Mais comment « déradicaliser » ? A quels professionnels confier ces jeunes ? Comment les accompagner ?

    L'ouvrage revient sur cette histoire méconnue, sur la base d'une enquête de terrain auprès des équipes du centre. Dans un style narratif axé sur les récits d'expérience, il plonge le lecteur en immersion dans le quotidien des professionnels, et tout particulièrement dans les aspects les plus ambigus et complexes de leur mission.

    Les auteurs proposent une lecture sociologique des désaccords et des conflits qui ont rendu impossibles la conception et la réalisation de ce travail de « déradicalisation ». Car derrière les murs et les grilles, se sont posés les termes d'un débat qui n'est pas clos, et qui constitue peut-être l'une des questions les plus centrales, les plus piégées et les plus mal posées de notre époque : qu'est-ce que la radicalité politico-religieuse et que peut-on faire pour la contrecarrer ?

  • Sont régulièrement réunis les professionnels (pédagogues, psychistes, élus municipaux, travailleurs sociaux, animateurs, éducateurs, ...) afin de travailler ensemble autour d'initiatives concrètes mises en place dans les lieux des enfants (écoles, lieux d'accueils, collèges...) pour prévenir les phénomènes de violence. C'est ainsi que différents dispositifs comme le « jeu des trois figures », les ateliers philos, les cafés de parents fonctionnent avec efficacité dans les quartiers difficiles.

    Des Etats généraux de l'enfance sont organisés périodiquement pour faire le point sur ces expériences lilloises et inviter des acteurs de France et d'Europe à venir témoigner de leurs inventions au sujet de la prévention de la violence chez les enfants. Ces moments sont l'occasion d'associer les parents aux travaux des professionnels et d'inviter des conférenciers autour des grandes questions sociétales actuelles (harcèlement, violence entre enfants, maltraitance, développement de l'enfant d'aujourd'hui...).

    Des cycles de formation sont également proposés aux professionnels afin de les aider à comprendre les processus en jeu dans ces problématiques complexes.

    L'ouvrage raconte les étapes de cette histoire ponctuées de chapitres théoriques sur les questions de violence dans l'enfance, sur le plan anthropologique, psychologique, pédagogique, social et politique.

  • Lire l'interview avec les directeurs de volume (propos recueillis par Audrey Minart)

    Pourquoi la consommation d'alcool augmente-t-elle chez les 18-30 ans alors qu'elle baisse pour tous les autres groupes d'âge ?

    L'allongement et la massification des études, le report de l'âge au premier enfant, la perte de confiance en l'avenir, le déclin des rites intégrateurs et l'évolution des pratiques festives sont autant d'éléments qui permettent de situer le contexte de cette consommation. Loin de souscrire à un regard stigmatisant sur les pratiques juvéniles, des spécialistes reconnus de différentes disciplines scientifiques montrent combien les facteurs externes (statut social, changements sociétaux...) et internes (personnalité, fonctionnement cérébral...) sont en cause.

    Reste la diversité des modes de consommation. Du fêtard occasionnel au jeune à risque d'alcoolisme, en passant par les profils plus ou moins modérés, il s'agit de comprendre et d'expliquer, loin des clichés télévisés, quels sont les facteurs de vulnérabilité spécifiques à cet âge, mais aussi et surtout quels sont les facteurs de protection qui peuvent faciliter l'entrée dans le monde adulte.

    Publié avec la Fondation pour la recherche en alcoologie.

  • De nombreuses modifications sociales et sociétales dans le domaine de la sexualité, de la conjugalité et de la parentalité se sont produites au cours de ces dernières années. Cet ouvrage explore ces changements et leurs conséquences en termes de santé en proposant quelques réponses à la question : que peut la prévention ?

    Les missions de PMI et de planification familiale concernent la promotion et la protection de la santé de la mère et de l'enfance. En quelques décennies, le rapport à la sexualité s'est métamorphosé, la conjugalité et le désir d'enfant connaissent des mutations anthropologiques fondamentales, les relations femmes-hommes, la/les familles et la fonction parentale ont connu des transformations majeures. La technologie bouleverse les conditions de la procréation. Ces nouveaux ordres et désordres interrogent les dimensions de permanence et d'évolution des enjeux professionnels et sociétaux pour répondre aux exigences de la prévention.

  • L'avancée continue des connaissances atteste des influences de l'environnement dans toutes ses composantes sur le développement du bébé et du jeune enfant, sur sa santé et son épanouissement et sur le bien-être des futures mères. Ainsi les problèmes climatiques, la pollution, l'habitat, les ressources, les conditions de vie et de développement sont des facteurs d'inégalité reconnus dans ces domaines où causes et conséquences entremêlent l'environnement écologique, social, psychologique et culturel. Qu'en est-il également des pressions à la performance et à l'évaluation des compétences que subissent précocement de nombreux enfants, ou encore de leur surexposition aux écrans ?

    Les auteurs, issus de divers horizons professionnels (sociologie, épidémiologie, biologie et génétique, neuropédiatrie, philosophie, psychologie...), s'intéressent aux modes d'accueil et lieux de soins, aux relations familiales, aux modes de vie et à la culture. Leur objectif est de définir des pistes concrètes pour l'organisation d'actions de prévention et d'information sur les risques pour la santé liés aux facteurs environnementaux.

    Ouvrage publié avec le SNMPMI.

  • Livre numérique au format ePub 3.0, optimisé pour une lecture sur le logiciel iBooks d'Apple.

    100 cartes et infographies pour mieux appréhender les dangers qui menacent les populations et expliquer les moyens mis en oeuvre pour prévenir les catastrophes et réduire leurs impacts.
    Tempêtes, séismes, inondations, accidents industriels : les réactions des sociétés face à ces phénomènes.
    Comment la gestion du risque s'organise-t-elle ? Quels en sont les enjeux, les acteurs, les coûts, les obstacles ?
    L'importance d'une analyse spécifique des risques naturels et technologiques selon les territoires, en métropole et en outre-mer.

    Concilier l'aménagement, développement économique des territoires et la sécurité des individus : tel est l'enjeu, depuis quelques décennies, de la « culture du risque » en France.

    Retrouvez également l'application de vente au chapitre "La Cartothèque des Atlas" !

  • Michel Lemay nous livre ici un témoignage exceptionnel. Il présente sur un mode personnel et engagé les principales approches thérapeutiques susceptibles d'aider des enfants et des adolescents en difficultés psychiques à atténuer leurs souffrances et à retrouver des forces pour créer.

    Comme dans les deux volumes précédents de cette trilogie, où il transmet ses expériences basées sur plus de cinquante ans de travail en pédopsychiatrie et en éducation spécialisée, en France puis au Canada, l'auteur montre, avec de nombreux exemples cliniques, la nécessité d'avoir une vision globale, intégrative, historique et critique des principales approches thérapeutiques. Il le fait avec clarté et rigueur, tout en exprimant ses inquiétudes et ses désaccords par rapport aux tendances actuelles à rechercher des résultats immédiats par des thérapies centrées sur le symptôme, souvent discontinues et basées sur des positions trop réductionnistes et simplistes.

    Le lecteur ne trouvera pas là des réponses toutes faites. Il est invité à penser par lui-même en réfléchissant à sa propre histoire professionnelle.

    Ce volume, qui peut être lu séparément, fait partie de la trilogie Forces et souffrances psychiques de l'enfant :
    Tome 1 : Le développement infantile
    Tome 2 : Les aléas du développement infantile
    Tome 3 : Approches thérapeutiques : espoirs et inquiétudes

  • Ce livre témoigne d'une expérience originale en Protection maternelle et infantile où médecins et psychanalystes travaillent ensemble auprès d'enfants et de leurs familles, tant dans les consultations que dans la formation et la réflexion.

    Dans les consultations en binôme médecin-psychanalyste ouvertes dès les années 1980, le corps de l'enfant, corps vivant, corps parlant et parfois corps souffrant, est au centre de l'attention. L'écoute de ce qui se dit dans les mots est doublée d'une attention intense à ce qui se montre dans le corps.  Dans ce travail exigeant auprès de familles en grande difficulté sociale, se conjuguent ainsi acte analytique et acte médical. Au-delà de la reconnaissance de l'enfant et de sa souffrance, il s'agit de laisser venir une parole qui le traverse. L'inconscient qui surgit au cours des consultations est parfois tellement bouleversant qu'il peut saisir violemment chacun dans son histoire. Prendre de l'écart, prendre le temps, accueillir, contenir, est souvent périlleux, sur un fil, tant la douleur transgénérationnelle peut être intense.

    À partir de nombreux exemples cliniques, les auteurs rendent compte concrètement de la place que la psychanalyse peut tenir dans un service public ouvert à tous, de son apport dans le domaine de la prévention précoce « prévenante », quand il existe une vraie confiance entre les professionnels de la santé, de l'éducation et du secteur médico-social sur un même territoire.

  • Plus les troubles envahissants du développement sont détectés, diagnostiqués et traités tardivement (entre 4 et 5 ans), plus graves en sont les conséquences pour l'enfant et sa famille. Les traitements qui offrent les meilleurs résultats  sont ceux effectués avec les parents pendant le premier semestre ou la première année de vie de l'enfant afin d'empêcher une installation permanente dans son jeune psychisme.

    Avec son style naturel et direct d'écriture, Juan Larbán Vera transmet sa grande expérience de diagnostic et de traitement précoces du fonctionnement autistique de l'enfant. Afin de comprendre le développement humain et sa psychopathologie, il adopte une perspective relationnelle qui est renforcée par les progrès récents des neurosciences. Ceux-ci démontrent comment les aspects environnementaux et relationnels contribuent au développement psychique cérébral, en modifiant et régulant les processus génético-biologiques de l'être humain. Ils ouvrent ainsi une voie pavée d'espoir vers une compréhension intégratrice de l'autisme.

  • Exerçant son action du cabaret au salon, du bordel à la loge maçonnique, la police de Paris serait-elle « la plus parfaite », comme certains le proclament au siècle des Lumières, pour tenir une aussi grande ville d'Europe ? La vaste réforme impulsée au temps de Colbert en 1666-1667 ne se limite pas à la création de la lieutenance générale de police. Tout au contraire, elle inaugure une dynamique de transformation des pouvoirs policiers parisiens : il s'agit d'améliorer le recrutement et les pratiques des commissaires au Châtelet, des inspecteurs et des auxiliaires, ces « mouches » et espions qui fréquentent les « petits cafés » et les lieux louches, tous métamorphosés en « bons ouvriers » de la sûreté publique. Plus préventive que répressive, la police renforce sa surveillance sur la société et son emprise sur le territoire urbain ; soucieuse du « bonheur des hommes en société », elle intervient dans les domaines de la salubrité, de la santé, de la voirie, des arts et métiers, du commerce et des marchés pour rassurer et protéger les « bons citoyens ». Mais cette « force vigilante et active » (Louis Sébastien Mercier) est là aussi pour surveiller, évincer, enfermer, sans faiblesse, les « indésirables » et faire taire le « peuple murmurant ». Aussi nourrit-elle constamment des tensions : les résistances ne cessent jamais et la cristallisation des critiques autour du « despotisme » de la police est un puissant ferment de l'effervescence pré-révolutionnaire. À partir des années 1760, la philosophie du droit naturel, une nouvelle idée de la liberté et de la souveraineté politique rendent l'arbitraire policier de moins en moins acceptable. Ces critiques rencontrent le vécu ordinaire des hommes et des femmes à la vie fragile, qui savent la police dure aux pauvres et à tous les laissés-pour-compte du « beau XVIIIe siècle ». En 1789, la dénonciation du despotisme de cette police qui a prétendu se mêler de tout, qui a voulu tout connaître, tout prévoir, érige les services de la lieutenance générale en emblème de la tyrannie, une Bastille à abattre pour qu'enfin triomphent l'état de Droit et l'égalité de tous devant la Loi. Vincent Milliot, ancien élève de l'ENS (Saint-Cloud), est professeur à l'Université de Normandie-Caen. Justine Berlière qui collabore à ce volume, ancienne élève de l'Ecole nationale des Chartes, est directrice des Archives départementales de Corrèze.


  • "Avec le vendredi 13 novembre 2015, le citoyen occidental a compris que la guerre était ailleurs que sur son écran de tablette ou de smartphone, qu'il lui suffisait d'ouvrir la fenêtre ou de marcher dans la rue pour se retrouver sur un théâtre d'o

  • La violence sexuelle est un grave problème de santé publique qui touche chaque année des millions de personnes dans le monde. Elle est due à de nombreux facteurs, se manifestant dans des situations sociales, psychologiques, culturelles et économiques très variées. La violence sexuelle a de profondes répercussions sur le bien-être physique, émotionnel, mental et social des victimes, en plus de générer un grand coût pour la société.

    Le présent ouvrage, rédigé par une trentaine de chercheurs et d'intervenants issus de disciplines diverses, propose plusieurs approches pour la compréhension du phénomène et une critique réflexive pour l'affronter. Les auteurs définissent les violences sexuelles, analysent leurs nombreuses facettes - médiatisation, prise en charge par les centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, typologie et fonctionnement psychorelationnel des agresseurs, spécificités dans la relation conjugale, complexité dans les communautés autochtones, présence sur les campus, traitement judiciaire et rôle du corps policier - et décrivent différents types d'intervention.

    Adressé aux chercheurs, aux étudiants et aux intervenants, ce livre montre que les vio­­lences sexuelles désignent une réalité complexe qui résulte d'un ensemble de problématiques et qui nécessite une approche pluridisciplinaire.

  • Cet ouvrage est un manuel complet de thérapie familiale pour les troubles du comportement alimentaire de l'enfance et de l'adolescence. Il est le fruit de l'expérience clinique, d'enseignante et de chercheure de l'auteur. L'auteur se propose de réhabiliter la famille de l'enfant ou de l'adolescent souffrant de troubles du comportement alimentaire avec l'ambition que celle-ci quitte son rôle de copatient pour trouver sa place du côté des soignants en tant que cothérapeute dans le long parcours qu'elle va partager avec eux. Son modèle de thérapie familiale intégré tient compte des recherches les plus récentes et s'appuie sur différents courants théoriques et pratiques.

  • L'auteur considère l'exercice de la prévention comme un défi humaniste sur les chemins du développement des tout-petits qui s'appuie sur l'engagement éthique du monde professionnel et institutionnel, en résonance avec le droit et la culture. L'ouvrage vise à clarifier les acquis, les enjeux et les écueils de l'exercice d'une prévention précoce qui renvoie à diverses conceptions du développement de l'enfant. Ce faisant, il invite à formuler plus avant une philosophie pratique de la prévention en petite enfance. En dégageant des pistes et des perspectives pour une prévention contextualisée mais affranchie de l'emprise absolue des déterminismes, cette réflexion conduit à la recherche des points de passages et des rencontres à opérer avec le droit, la culture et une approche résolument humaniste de l'enfance.

  • Du stress à la confiance en soi Si le stress a souvent de lourdes conséquences, tant sur les performances que sur la santé mentale et physique, il est aussi le précieux porte-voix de notre intelligence cachée. En effet, des recherches scientifiques récentes nous montrent qu'il n'est autre qu'un signal d'alerte que nous adresse le préfrontal, sommet paradoxalement peu conscient de l'intelligence humaine.

    C'est donc en apprenant à identifier notre stress et comprendre le sens profond de son message que nous parviendrons à le dompter et à développer notre mode préfrontal (ouverture, souplesse, nuance, vision globale, relativité, créativité, rationalité, altruisme...).

    Avec des outils simples, des exercices et des exemples concrets, les auteurs nous fournissent les clés universelles pour changer d'état d'esprit et retrouver sérénité et confiance en soi.

  • Du fait des transformations du travail (intensification, individualisation, précarisation...), nombreux sont ceux qui utilisent des substances psychoactives pour être en forme au bureau, traiter des symptômes gênants ou encore pour se détendre après une journée difficile. Devant ces nouveaux usages et la multiplication des produits utilisés (alcool, tabac, amphétamines, cannabis, cocaïne, héroïne, caféine, psychostimulants, analgésiques, médicaments psychotropes), les auteurs, universitaires, chercheurs, syndicaliste et acteurs du soin et de la  prévention s'attachent à comprendre les fonctions de ces consommations en milieu de travail.

    Pour eux, il est aujourd'hui important de se déprendre des représentations sociales qui externalisent les sources du problème, comme les jugements moraux, et d'engager un travail réflexif sur les actions et les pratiques concrètes.

    Alors que les politiques publiques tendent à prescrire ou interdire, cet ouvrage ancre la prévention des addictions dans l'analyse du travail réel et des usages tels qu'ils existent et non tels qu'ils sont fantasmés. Il met à l'épreuve de la recherche et de l'action les liens multiples entre travail, santé et usages de substances psychoactives qui peuvent être, dans certaines conditions, des instruments de la production et prévenir d'autres risques au travail.

  • Bien manger, vivre longtemps, aimer mieux et plus fort ; voilà les préoccupations des temps modernes. Qui passent par la nourriture !
    Mais entre les peurs alimentaires relayées par les médias, les craintes quant à la qualité des plats et des messages de prévention inapplicables, plus personne ne s'y retrouve. Résultat : chacun se concocte ses propres menus ou régimes... à ses risques et périls.
    Ainsi, de nouvelles « religions alimentaires » se développent. Végétariens, végétaliens, partisans du sans gluten et du bio, ennemis des aliments cuits, du lait ou des produits de synthèse, tous défendent leurs croyances avec passion. Mais leurs pratiques, loin de nos traditions, suscitent débats, polémiques et interrogations. Et ces modifications alimentaires, sont-elles bonnes pour la santé, efficaces même ?
    Pour vous aider à y voir clair, à balayer mensonges et idées reçues, le Dr Jean-Michel Cohen a enquêté. Il décrit les raisons de l'apparition de ces modes de vie, dévoile leurs répercussions sur nos organismes, indique leurs conséquences sur nos manières d'être. Tout en livrant des recommandations pratiques à la fois scientifiquement étayées et de bon sens.
    Bien manger, vivre plus vieux, aimer plus fort est possible. Dans cette ordonnance santé riche en surprises, mises en garde et conseils, le Dr Jean-Michel Cohen le prouve.

  • Le livre Conçu pour sadresser aux professionnels en formation et aux cliniciens dexpérience, cet ouvrage, présenté en deux parties, porte sur les approches cliniques de la délinquance sexuelle des mineurs. La première partie traite dévaluation, la seconde de traitements: prévention, gestion des émotions, éducation, réinsertion sociale et rapports familiaux, entre autres sujets. Il sagit du premier tome du collectif.

    Les auteurs Emmanuel Aubert, Nathalie Auclair, Ian Barsetti, Stéphanie Blondeau, Carole Boucher, Julie Carpentier, Yves Claveau, Anne Dallaire, Martine Jacob, Benoît Leclerc, Denis Lafortune, Samuel Lemitre, Gina Madrigrano, Jean Proulx, Robert Quenneville, Véronique Sion et Monique Tardif, Marc Tourigny.

    Le public cible : les étudiants en criminologie, les professionnels en formation et les cliniciens dexpérience dans les disciplines en sciences humaines et de la santé qui sont rattachés à différents milieux de pratique.

  • En une cinquantaine d'années, le champ de la prévention a pris une place centrale dans les interventions publiques concernant les problèmes sociaux comme la toxicomanie. En ce domaine, l'évolution de la prévention a suivi les grands courants d'intervention que sont la réduction de l'offre et de la demande, la promotion de la santé et la réduction des méfaits. Aux perspectives traditionnelles, essentiellement contraignantes ou dissuasives, ont ainsi succédé des approches éducatives, de responsabilisation et d'autogestion, nourries par le progrès des connaissances en sciences humaines et sociales, et adaptées aux transformations de l'environnement culturel contemporain.
    L'action en prévention ne s'improvise pas. De la clarification des valeurs et des besoins à l'énoncé d'objectifs précis, de la compréhension des causes à la planification d'activités mesurables, une méthodologie s'impose, qui conduit à la mise en oeuvre de moyens d'action possédant leurs propres conditions d'efficacité. Dans ce contexte, les recherches évaluatives et la prise en compte des pratiques exemplaires dans le domaine sont devenues incontournables. Les concepts, la méthode et les stratégies de prévention de la toxicomanie proposés dans cet ouvrage s'appliquent à d'autres secteurs. Qu'ils soient en formation ou établis dans leur pratique, les criminologues, organisateurs communautaires, intervenants en santé mentale, psychoéducateurs et travailleurs sociaux trouveront ici une précieuse introduction au champ de la prévention et à ses enjeux actuels.

    Pierre Brisson est responsable de formations à l'Institut national de santé publique du Québec. Il se consacre à l'enseignement universitaire dans le domaine des toxicomanies depuis le début des années 1980 et a dirigé plusieurs ouvrages multidisciplinaires sur le sujet.

  • C'est peu dire, la guerre fait retour. Elle n'est plus une affaire d'États en faillite qui guerroient en périphérie de la démocratie et du droit, mais implique désormais les puissances occidentales.
    Et lorsque les États-Unis partent en guerre contre l'Irak, lorsque Israël frappe le Liban en 2006 puis Gaza en 2008, les armes donnent une nouvelle jeunesse à la vieille idée de la guerre préventive. Pourtant celle-ci demeure bien mystérieuse. Il est donc urgent d'accorder attention et réflexion à la guerre préventive pour reconsidérer la condamnation a priori et sans appel de l'action américaine fondée sur l'idée qu'elle ne serait que l'émanation de la volonté de puissance. Comprendre la guerre préventive, c'est avant tout faire l'analyse de sa justification.
    Pour des raisons évidentes, la guerre préventive se veut juste et pourtant elle n'est pas strictement défensive. Les États-Unis sont une grande puissance, un hegemon. Israël est une puissance régionale, pourtant ils ont tous deux besoin de convaincre et élaborent une doctrine de la prévention dont les termes se recoupent.
    Ce livre montre comment la guerre préventive est indissociable de sa justification en relevant de nombreuses occurrences historiques qui font mieux comprendre les problèmes contemporains posés par la politique de prévention. Il fait voir quel est le trajet de cette idée en suivant les méandres de la tradition de la guerre juste et les âpres querelles juridiques qui opposent les défenseurs des droits de l'homme aux juristes militaires. Dans les faits, il montre comment la tentation de justifier l'action préventive est plus forte aujourd'hui, alors même que les armes sont plus précises, ce qui rend le calcul des chances d'obtenir un succès militaire à moindres frais plus engageant.
    Cette tendance actuelle à saisir sa chance au jeu de la guerre laisse entrevoir une question aussi simple que forte : la guerre est envisagée comme un pari, dans sa réalisation comme dans sa justification. Mais peut-on vraiment faire le pari de justifier une guerre qui parmi les guerres est la plus hasardeuse qui soit?

  • "Depuis des années, les bébés sont entrés dans ma vie : bébés de l'observation, avec lesquels je fais connaissance au cours des séminaires que j'anime, ou bébés que je rencontre en consultation avec leurs parents. En même temps ces bébés restent pour moi mystérieux, chaque fois a découvrir, avec eux, chaque
    fois, une nouvelle aventure commence. A partir de l'observation du nourrisson, Rosella Sandri nous entraîne dans le monde passionnant des premieres formes de vie psychique et relationnelle du bébé.

    La méthode d'observation qu'elle pratique, est celle introduite par Esther Bick, psychanalyste d'origine polonaise, ayant travaillé notamment en Grande Bretagne. Dans la première partie du livre, a travers une réflexion méthodologique, l'auteur s'interroge sur les fondements de l'observation, la capacité d'attention et de
    rêverie qui la caractérisent, et la dynamique du groupe-séminaire qui lui donne l'espace nécessaire a son élaboration. Dans la deuxième partie du livre, le theme central est représenté par la construction de l'espace psychique avec, en toile de fond, le lien entre l'observation du bébé et la psychanalyste. La reconnaissance
    du monde psychique du bébé, qui émerveille les professionnels de la petite enfance et les parents, intéresse également les psychanalystes, car elle éclaire les niveaux plus primitifs du fonctionnement psychique. Dans les derniers chapitres, Rosella Sandri retrace d'une part une géographie de l'espace psychique interne a partir de l'observation du bébé, et d'autre part ouvre de nouvelles pistes de réflexion pour le travail psychanalytique avec des adultes. La "matiere première" de ce travail est constituée principalement par des rêves, dans lesquels on retrouve des "parties bébé du patient qui étaient en attente de pouvoir se développer, ou, parfois, de pouvoir s'exprimer pour la premiere fois au sein de la relation thérapeutique.
    L'observation du nourrisson apparaît ainsi une des voies les plus suggestives pour comprendre le monde du bébé et, dans la clinique, pour s'approcher de la "partie bébé" de chaque patient.

  • Le livre

    Une problématique à la fois médicale et sociale met particulièrement à mal les services d'obstétrique : la toxicomanie chez les femmes enceintes. Les peurs mutuelles violentes paralysent les relations et la prise en charge médicale se résume souvent à un malaise. Les placements d'enfant en urgence laissent toujours un sentiment d'insatisfaction. Là plus encore qu'ailleurs, l'intérêt d'une coordination, d'un accueil, d'une revalorisation des futures mères apparaît primordial. Comment mobiliser chez les soignants et les acteurs sociaux les représentations négatives sur ces parents, qui paralysent leur propre engagement et provoquent en miroir des passages à l'acte tels que le retrait non préparé d'enfant ?

    En 1995, une sage-femme du service d'obstétrique du Centre hospitalier régional de Montpellier, aidée par un obstétricien, un pédiatre et un pédopsychiatre, élabore un projet d'accueil personnalisé pour les futures mères toxicomanes à l'hôpital : ainsi naît en 1997 la cellule Parentalité et usage de drogues . Pour la première fois, une sage-femme anime une prise en charge globale visant à intégrer, au titre d'une naissance à venir, les registres somatique, social et psychologique. Elle pense son action de l'anténatal au post-natal, de l'intra à l'extra-hospitalier, anticipant d'emblée la place des professionnels à venir, et le processus de séparation/individuation que les parents doivent permettre à leur enfant au cours des premières années.

    Avec ce premier titre de la collection Prévention en maternité, Françoise Molénat et son équipe rendent compte de cette expérience pratique et théorique d'un fonctionnement en réseau habité , étroitement moulé sur l'expression des attentes et des peurs des parents. S'appuyant sur leur travail clinique et sur les formations pluridisciplinaires dispensées au sein de l'Afrée*, elles proposent des points de repères pour les professionnels de la périnatalité et militent pour une certaine manière de penser ensemble. Le témoignage filmé** de parents vient à la fois illustrer et étayer la réflexion tout en offrant une bonne garantie à l'encontre des dérives inévitables dans toute transmission psychologique prise au pied de la lettre.


    *Association pour la formation et la recherche sur l'enfant et son environnement.

    ** La cassette vidéo correspondant à cet ouvrage est actuellement disponible, voir dans cette collection Enceinte et toxicomanie.

  • "La privation de milieu familial normal, notamment celle d'une image maternelle satisfaisante, entraîne, on le sait, des conséquences qui peuvent être fort dommageables pour le développement d'un être humain et retentir, à travers son enfance et son adolescence jusque dans la vie adulte.
    Le Professeur Michel Lemay, qui joint à ses compétences psychiatriques et psychanalytiques une expérience en éducation spéciale, ouvre des perspectives constructives thérapeutiques. Sans tomber dans un excès de pessimisme, il attire l'attention sur les dangers de minimiser la gravité d'un problème, sans doute plus actuel que jamais et qui requiert instamment l'attention des spécialistes, des parents eux-mêmes et de l'opinion publique toute entière. Les uns et les autres trouveront dans ces pages des motifs pour être vigilants, des orientations pour agir et des raisons d'espérer. "

  • Un ouvrage en deux tomes, autonomes et complémentaires, qui tient compte de paramètres actuels comme la mutation des valeurs, le retrait de l'État-providence, la précarité de l'emploi ou la mondialisation dans l'analyse des nouvelles formes d'expression des problèmes sociaux. Un ouvrage multidisciplinaire où se côtoient philosophes, anthropologues, monde médical, politologues, psychologues, sociologues et travailleurs sociaux.Les cadres théoriques d'interprétation: concept et classification; sociologie interactionniste; constructivisme; prévention des problèmes psychosociaux; promotion de la santé; déficience intellectuelle; alcoolisme; handicap; médicalisation; mondialisation, exclusion et intervention.Les outils méthodologiques: soutien social; théorisation; analyse quantitative; évaluation de programme; approche épidémiologique; troubles mentaux et suicide; colonisation; milieu associatif; immigration; héritage philosophique.

empty