EDP Sciences

  • Cet ouvrage se veut une introduction scientifique à la connaissance de la mer, sous son aspect chimique, qui est probablement un des plus mal connus, mais aussi un des plus importants.


    La mer fait rêver. Elle invite au départ, à l´exploration. C´est d´elle qu´est venue la découverte des nouveaux mondes : jadis l´Orient des épices puis l´Amérique ; au XXe siècle, le développement de la civilisation du pétrole, du commerce mondial. Mais la mer ne peut se réduire aux espaces marins qui constituent cet irremplaçable milieu de communication : c´est un monde en soi dont les immenses profondeurs fascinent et intimident encore l´humanité - le rêve de Jules Verne. La science s´est penchée sur ce monde, au cours de la dernière génération et toujours davantage ; elle lui découvre une extrême richesse - l´incroyable diversité de la vie marine, les ressources minérales insoupçonnées des grands fonds - mais aussi d´une extrême fragilité, d´une chimie délicate. « Chimie », le mot est lâché : les équilibres chimiques et la diversité des éléments qui font la mer conditionnent au-delà de son évolution le devenir même de toute notre planète. La chimie contient les clefs qu´il nous faut connaître pour vivre en harmonie avec elle pour le bien de l´humanité. Des spécialistes de l´exploration et de l´étude scientifique de la chimie de la mer nous présentent ici comment les scientifiques peuvent : « comprendre la mer », ses courants profonds planétaires et séculaires qui jouent le rôle clef dans nos prévisions sur le changement climatique ; comment aussi les hommes peuvent « profiter de la mer » en y trouvant les ressources minérales (mais seront-elles exploitables ?) pour lesquelles nos continents nous promettent la pénurie, ou biologiques par des substances nouvelles promesses de bienfaits (médicaments par exemple). Mais ici comme ailleurs, sur mer comme sur terre, nos comportements sont bien irresponsables en matière d´environnement et une troisième partie de cet ouvrage, « la chimie pour aider la mer », appelle à l´utilisation de techniques pour lutter contre la pollution.

    Construit à partir du colloque « La chimie et la mer, ensemble au service de l´homme » présenté à la Maison de la Chimie le 22 octobre 2007, ce livre, grâce à l´enthousiasme et la grande compétence des ingénieurs et scientifiques auteurs des différents chapitres avertit le lecteur sur l´immense champ d´études - peut-être ultérieurement de conquêtes - que constitue le monde marin. Sans chercher à être exhaustifs mais en voulant d´abord sensibiliser le lecteur, les thèmes sont abordés sous l´angle des sciences chimiques qui permet de faire saisir la complexité des océans, et l´impérieuse nécessité que les hommes maîtrisent leurs interventions, sous peine de détruire ce milieu qui peut tant les aider.

  • La pollution atmosphérique est une des premières préoccupations sociétales en matière d'environnement. Les métaux émis dans l'air s'accumulant dans la biosphère et n'étant pas bio-dégradables, ces derniers peuvent se retrouver transférés le long de la chaîne alimentaire et provoquer d'éventuels effets sur la santé humaine et les écosystèmes. Les données exposées dans cet ouvrage ont été obtenues par l'exploitation de la deuxième campagne française de biosurveillance des retombées atmosphériques de métaux en pollution de fond, que soutient l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie, et qui est mis en oeuvre par le Muséum National d'Histoire Naturelle.

    Ce réseau de surveillance utilise sur plus de 500 sites des organismes bioaccumulateurs (des mousses) dans lesquels une vingtaine de métaux et d'éléments traces surveillés sont dosés (notamment, arsenic, cadmium, chrome, cuivre, fer, mercure, nickel, plomb, vanadium et zinc). Cette campagne s'est déroulée en 2000.

    La distribution spatiale de 10 métaux en France est ici représentée par des cartes qui permettent de situer ces résultats dans un contexte européen, et d'évaluer pour la première fois au niveau national quelles sont les tendances d'évolution, sur cinq ans environ, des niveaux de dépôts en France métropolitaine.

  • La pollution de lair est un enjeu environnemental majeur et une préoccupation sociétale importante. Les métaux dans lair sont à surveiller car, saccumulant dans la biosphère et nétant pas biodégradables, ils peuvent être persistants, se retrouver ainsi transférés le long de la chaîne alimentaire et, de part leur toxicité, provoquer déventuels effets sur la santé humaine.
    Le présent ouvrage expose de façon synthétique et méthodique les acquis obtenus par lobservatoire BRAMM, mis en place par lADEME dans le cadre de campagnes européennes. Il donne une évaluation indirecte et relative de la dispersion des métaux par voie aérienne et dresse limportance des surfaces du territoire métropolitain concernées par leurs retombées. Des organismes vivants comme les mousses, accumulant les métaux, ont été utilisés sur plus de 500 sites pour doser douze éléments : aluminium, antimoine, arsenic, cadmium, chrome, cuivre, fer, mercure, nickel, plomb, vanadium et le zinc.
    Cette troisième publication sur le sujet des retombées atmosphériques métalliques présente pour la première fois, les résultats dune biosurveillance sur dix années en France. Elle a été rendue possible grâce à lADEME qui soutient lobservatoire BRAMM et par le Muséum National dHistoire Naturelle, qui a mis en oeuvre la troisième campagne nationale de biosurveillance.
    Ce livre intéressera ceux qui sont concernés par la prévention des pollutions et nuisances et/ou par la lutte contre les pollutions, notamment métalliques. Sa lecture sera utile pour comprendre des problèmes environnementaux, par exemple aux étudiants en master de sciences environnementales.

empty