• Surnommé l'avocat du vin naturel, Éric Morain a livré de nombreuses plaidoiries devant les tribunaux en faveur de ce vin jugé rebelle. Après avoir défendu des vignerons emblématiques comme Olivier Cousin ou Alexandre Bain - et gagné tous ses procès - il prend ici la plume pour nous conter, avec humour et conviction, ce combat juridico-humain pour un vin et une agriculture libérés de la chimie folle et de la pieuvre administrative... Son mot d'ordre ? Buvez nature !

    Il s'agit du premier ouvrage d'Eric Morain, avocat au barreau de Paris depuis 1997 (spécialisé dans le pénal, droit de la famille et droit de la presse). Depuis quelques années, il a défendu la cause (et remporté les procès) de nombreux vignerons naturels réputés tel Olivier Cousin, Alexandre Bain ou Sébastien Riffaut, souvent en conflit contre leur propre AOC. Il s'est ainsi fait connaître dans le milieu viticole et y occupe une place unique grâce à son regard juridique précis et vulgarisateur.


  • Par l'auteur de Un coupable idéal - PRIX POLAR INTERNATIONAL DU FESTIVAL DE COGNAC

    Eddie Flynn doit défendre un célèbre acteur accusé du meurtre de sa femme.
    Mais ce qui ressemble à un crime passionnel pourrait bien être l'énième meurtre d'un des tueurs en série les plus intelligents qui aient jamais existé.
    Le tueur se cache parmi les jurés !
    Ariella Bloom et Bobby Solomon formaient le couple le plus glamour d'Hollywood, ils avaient le monde à leurs pieds.
    Mais Ariella est morte, poignardée dans son lit, et Robert se tient aujourd'hui dans le box des accusés.
    À quelques heures du procès, la défense a appelé Eddie Flynn à la rescousse. En acceptant le dossier, l'ancien escroc s'est lancé dans la partie la plus difficile qu'il ait jamais eue à jouer.
    Car un homme l'observe, invisible, assis parmi les jurés. Tuer Ariella Bloom n'était qu'un début, son oeuvre peut véritablement commencer...
    « Les livres de cette qualité ne se croisent pas si souvent. » - Michael Connelly
    « Sacrée promesse et pari tenu ! » - Ian Rankin
    « Impressionnant. » - Lee Child
    « Un roman exceptionnel. » - Clare Mackintosh

    Mot de l'éditeur

    Steve Cavanagh est le John Grisham d'aujourd'hui. Salué dès son premier roman, La Défense, pour l'efficacité et la finesse de ses intrigues, Steve Cavanagh est avocat, comme son héros.
    Il a la justice dans la peau. Scénario bien trempé, action, intelligence des plaidoiries : il revient avec un mélange toujours aussi bien dosé.
    Laissez-vous embarquer dans ce nouveau thriller du plus américain des avocats irlandais !

  • Qui était vraiment Joseph Vacher ? Assassin de jeunes innocents, égorgeur, violeur, éventreur, récidiviste : Vacher incarne à la fois l'ogre des contes ancestraux et la figure du monstre criminel contemporain. Lorsque survient enfin l'arrestation du Jack l'éventreur français, sa renommée surpasse celle de son prédécesseur londonien. En prison, le tueur en série parle et s'explique. Affirmant être un grand martyr, bras armé d'un dieu vengeur, il a tué pour punir la France. Le cas est unique: s'agit-il d'un pervers simulateur ou d'un fou criminel ? Est-il responsable de ses actes ou malade ? Fallait-il le guillotiner ou le soigner ?
    Le livre rassemble plus de 150 documents, pour la plupart restés inédits. S'il restitue l'affaire en son temps, il éclaire les enjeux d'un cas criminel qui nous parle encore au présent.

    Marc Renneville est historien des sciences et de la justice. Il est l'auteur de Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003) et de Le langage des crânes (Empêcheurs de penser en rond, 2000), prix du meilleur ouvrage d'histoire de la Société française d'histoire de la médecine. Il dirige la plateforme Criminocorpus qui héberge le premier musée web d'histoire de la justice en ligne, une revue d'histoire de la justice et un blog d'actualité.

  • « Je jure comme avocat, d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité », tous les avocats prêtent ce serment, pourtant, la profession recouvre des activités très diverses et elle est en perpétuelle évolution. Au-delà des affaires pénales, souvent les plus médiatisées, l'avocat intervient en matière civile et commerciale, il conseille, arbitre, prépare des négociations...
    Les dix avocats réunis ici présentent chacun un profil hors du commun. Femmes et hommes de conviction, ils parlent - certains pour la première fois - de leur parcours et s'expriment sur les principaux projets de réforme de la justice, notamment la très polémique suppression du juge d'instruction. Le droit prend de plus en plus d'importance dans nos sociétés et les avocats jouent un rôle déterminant dans ce paysage, c'est pourquoi il est essentiel d'entendre leur voix, de découvrir leur analyse.

    Avocats : Rémi Barousse, Jean-Michel Darrois, Eric Dupond-Moretti, Gisèle Halimi, Cédric Labrousse, Henri Leclerc, Corinne Lepage, Olivier Metzner, Gilles-Jean Portejoie, Daniel Soulez-Larivière

    Préface de Christian Charrière-Bournazel

  • 1902 : L'École de la République supprime la "classe de rhétorique". 1995 : la rhétorique fait sa rentrée officielle au baccalauréat de français par une épreuve d'argumentation.Étrange éclipse et juste retour dans notre société de communication : entourés de messages et d'injonctions multiples, il nous importe plus que jamais de décider, plaider, négocier en toute lucidité ; autant d'actes qui supposent une maîtrise de l'argumentation et de l'art qui en traite, la rhétorique. Pour ce faire il convient de revenir aux sources. Observateur critique de la première démocratie athénienne, Aristote conçoit, dès le IVe siècle av. J.-C., le premier grand traité d'argumentation. Recensant systématiquement les formes de preuves et les modes de raisonnement persuasifs, sa Rhétorique nous ouvre la voie d'une argumentation méthodique et motivée.Dans ce parcours initiatique, la littérature ne saurait être de reste : intimement liée à l'histoire de la rhétorique, miroir critique du monde social, elle constitue un remarquable simulateur des pratiques argumentatives. C'est la raison d'être des seize études littéraires en seconde partie de cet ouvrage : montrer la valeur méthodologique de l'argumentation pour l'analyse des textes et discours, et témoigner du rôle essentiel de l'enseignement littéraire dans l'éducation moderne.

  • Ce livre sur les avocats n'est pas un livre d'avocat où seules fourmillent les anecdotes éculées et les historiettes fanées des Pas Perdus. C'est un beau, un bon livre parce qu'il raconte une histoire d'amour : celle de Pierre Temin - rappelé trop tôt au tribunal de Dieu - et d'un héros de légende, tantôt mendiant, tantôt démiurge, Émile Pollak. L'auteur se révèle un écrivain de qualité qui n'a peur ni de ses passions, ni de l'humour. Au moment où la vie n'en finit pas de finir, il a su de main de maître - bien sûr - ressusciter l'un des plus grands défenseurs du siècle, sans doute le dernier improvisateur du barreau français. Décrire Émile Pollak exige le talent de Daumier, de Brueghel et de Dubout. Pierre Temin, qui fut son collaborateur le plus intime, en trace ici un inoubliable portrait. Dompteur de mots, roi des Gitans, dictateur d'audience, Émile Pollak n'était pas un défenseur : il était la défense. Extrait de la Préface de Paul LOMBARD

  • Née en Algérie, Zohra Mahi est avocate exerçant depuis quarante ans entre Paris et Alger, après un bref passage dans la magistrature.
    Céline et son côté « déjanté », l'ont toujours intriguée et la haine féroce dont il a été l'objet, un peu interloquée. Cependant, sa qualité d'étrangère lui défendait d'être partie prenante dans ce litige « franco-français », jusqu'à cette année 2011 où il fut rayé de la liste des personnalités de la commémoration nationale et que, face à cette injustice flagrante, elle n'a pu résister à sa passion de la défense.
    Elle est alors passée outre l'obligation de réserve qu'elle s'était imposée, Céline devenant « l'orphelin » de son peuple qu'il était urgent de défendre, même contre les siens.
    Par ce livre, Zohra Mahi plaide pour la libération de la mémoire de ce géant. Car Céline, qui n'a tué personne, n'est pas plus coupable que certains pamphlétaires d'aujourd'hui qui sévissent en toute impunité et arrogance sans posséder son talent et sa sincérité.

empty