Littérature générale

  • " Celui qui l'a écrit était bien un maître "aristocrate et païen' pour donner autant de vraisemblance à cette assemblée londonienne qui jette avec ses habits sa vertu, se baignant dans le péché avec l'appétit et l'innocence de jeunes loups au plus fort du carnage. " Le Nouveau quotidien (Suisse)

    Dans le salon très mondain de Lady Helling, toute la gentry écoute le sulfureux colonel Boldman exposer avec complaisance ses théories et pratiques quant à l'usage de la fessée et du fouet appliqué à l'éducation des jeunes filles. À l'écart, l'hôtesse se prend à rêver de l'époque où le jeune et trop pauvre lieutenant Boldman ne pouvait prétendre l'épouser, elle, la richissime héritière des Robson.

    Quelque temps plus tard, le bel officier révélera à la très vertueuse lady sa véritable nature...

    En 1905, à la fin de sa vie, un dénommé Jean de Villiot, pseudonyme de Hughes Rebell, publie ce
    Fouet à Londres chez Charles Carrington, connu pour son catalogue sadomasochiste et ses publications d'Oscar Wilde parues sous le manteau. Sans conteste, le romancier écrivit ce livre – où l'hypocrisie et la perversité sont le lot de tous – dans la jubilation et avec une distance qui force le rire

  • Thérésa vit à l'Estaque, dans la banlieue de Marseille. Son mari, au chômage, la délaisse. Elle décide de trouver un petit job, et répond à une annonce. Il s'agit de taper des textes sous la dictée d'un écrivain. Le problème... c'est qu'il s'agit d'un auteur très spécialisé. Un de ceux qui écrivent les livres que nous vous proposons ! Jugez du remue ménage qui s'opère en Thérésa. Maryse, la bonne, une vraie pétasse marseillaise, un peu gouine sur les bords, a vite fait de la mettre au pas, en lui révélant que son employeur est un voyeur indécrottable. Il aime puiser dans la réalité les scènes qu'il écrit dans ses livres. Et n'hésite pas à demander à Maryse, et bientôt à Thérésa elle-même... de nourrir son inspiration.

empty