Sciences humaines & sociales

  • Comment comprendre ce qui se joue autour du berceau ? Comment évaluer les souffrances et les traiter pour que tous les partenaires (le bébé, ses parents et les intervenants) puissent déployer leurs compétences ?

    Ce livre est le fruit d'une longue pratique de soin auprès des bébés exposés physiquement et psychiquement à des défaillances parentales graves (carences intrafamiliales, parents psychotiques, etc.). À travers des histoires cliniques détaillées, les auteures nous font entrer dans cet univers relationnel perturbé, en prenant en compte non seulement la souffrance du bébé et de ses parents mais aussi celle des professionnels qui les accompagnent et qui sortent souvent meurtris de ces suivis.

    Synthétisant des thématiques théoriques et cliniques, il en propose une approche globale et intégrative et offre des repères ainsi que des outils d'observation et d'évaluation aisément utilisables pour intervenir dans ces situations de souffrance familiale qui fragilisent les professionnels par leur fort impact émotionnel.

    Distingué lors de sa première édition par le Prix scientifique de la Fondation pour l'enfance, il est considéré comme une référence tant clinique que pédagogique pour les acteurs de la petite enfance et de la protection de l'enfance, ainsi que pour les étudiants dans ces domaines.

  • Tomber amoureux, enceinte, malade ; être successivement embryon, foetus, bébé, enfant, adolescent, adulte, parent, grand-parent, vieillard ; se séparer, déménager, migrer, vieillir, traverser un deuil, une épreuve existentielle, être saisi par une révélation esthétique... Toutes ces crises successives, ces passages ponctuent et sculptent nos vies. Sylvain Missonnier envisage ces mutations à travers le prisme des métamorphoses qui mobilisent les virtualités les plus fécondes de notre être mais au prix d'une commémoration, parfois vertigineuse, de notre fragilité humaine. Entre errances labyrinthiques et purges cathartiques, la condition humaine trouve dans ces métamorphoses silencieuses souvent, bruyantes parfois, la véritable signature de sa créativité indissociable de sa précarité. A partir d'expériences personnelles, professionnelles et en écho avec la littérature et le cinéma,  l'auteur explore plusieurs figures de la métamorphose et tente d'en extraire les prémices d'une clinique des processus de mutation.

  • La génétique est plus que jamais présente dans la clinique du handicap. En effet, les progrès dans l'identification des gènes permettent maintenant de déterminer les facteurs génétiques impliqués dans certains syndromes, déficiences, maladies, troubles neuro-développementaux. Mais ils  provoquent des interrogations nouvelles pour lesquelles il n'y a pas de réponses binaires. Les diagnostics prénatal et préimplantatoire, les tests présymptomatiques et la nouvelle ère de la médecine génomique nous confrontent à des dilemmes qui engagent l'intime, la liberté de savoir ou de ne pas savoir, les valeurs existentielles, l'éthique, les limites entre l'acceptable et l'inacceptable, les rapports au temps, à la vie et à la mort.

    Les professionnels sont amenés à questionner leurs pratiques auprès des personnes qui se trouvent en situation de handicap en raison d'une maladie d'origine génétique et surtout à amorcer des changements profonds dans les représentations individuelles, groupales et institutionnelles sur le handicap lui-même, sans renoncer à donner une place prépondérante aux potentialités d'évolution face à ce qui pourrait être conçu comme un déterminisme écrit dans le code génétique. Les auteurs ouvrent des pistes pour comprendre comment un nécessaire travail d'anticipation se différencie d'une prédiction génétique qui pourrait être assimilée à une parole oraculaire, dans un contexte où règnent encore beaucoup d'incertitudes.

    Cet ouvrage est issu du 14e Séminaire interuniversitaire international sur la clinique du handicap (SIICLHA).

  •  

    Voir le supplément numérique gratuit

    Cet ouvrage prend le pari que des connaissances rigoureuses sur le bébé et son environnement peuvent éclairer des pratiques professionnelles respectueuses du bébé et de ses parents. Il veut contribuer au développement de la psypérinatalité dont l'ambition est de soigner les parents souffrant de troubles psychiques pour prendre soin des bébés, et inversement.

    Pour cela, il s'appuie sur le socle fondamental qui consiste à reconnaître que les soins corporels au bébé, chargés d'émotions, sont ainsi des soins psychiques (Myriam David), que le corps est le berceau du langage (André Bullinger), qu'il y a co-naissance du langage dans l'interaction parents-bébé dès les proto-conversations (Colwyn Trevarthen).

    Favoriser la construction d'une relation indissociablement corporelle et langagière entre le bébé et ses parents, entre le bébé et ses soignants, entre les parents et les soignants exige une éthique de la considération  qui promeut le respect du bébé et des parents dans leurs corps, leurs rythmes et leur intégrité et la parole qui leur est adressée.

    Le déploiement de ces questions convoque les pratiques des professionnels des métiers de la périnatalité et leur ambition de prodiguer des soins suffisamment bons. L'alliance entre des disciplines aussi différentes que la psychanalyse, la sensori-motricité, l'histoire, l'anthropologie, la psychologie du développement et une clinique rigoureuse irrigue les réflexions et les pratiques de ces professionnels des mille et un jours, de la conception aux deux ans de l'enfant.

    Cet ouvrage comprend la traduction française du rapport « The Costs of Perinatal Mental Health Problems » édité par le Care Policy and Evaluation Centre  (CPEC) de la London School of Economics (LSE) © LSE & Centre for Mental Health

  • La prise en charge des bébés évolue, ainsi que celle des parents. De nouveaux dispositifs de soins sont mis en place. Comment envisager leur pertinence ? Comment affiner le diagnostic du soin ? Quelles méthodes utiliser ? Comment aider les parents à aller consulter ?

    Pendant de nombreuses années l'idée même de souffrance des bébés n'était pas envisageable. De nos jours des soins psychiques sont très spécialement mis en place pour eux. Comment caractériser alors la spécificité de cette prise en charge ? Est-elle vraiment différente de celle d'un enfant plus grand ? Doit-on apprendre de nouvelles techniques pour les soigner ?

    Cet ouvrage, issu du travail du groupe Waimh-France fait le point sur ces avancées, suscite des confrontations entre praticiens et chercheurs et explicite les problèmes que posent les soins parents-bébé.

  • Comment protéger un enfant, à naître ou nouveau-né, quand ses parents vivent dans l'insécurité psychologique, sans domicile et travail stables ? A cette question pressante, au coeur des politiques de protection de l'enfance, les auteurs apportent une réponse originale qui s'appuie sur le travail engagé du centre parental Aire de Famille. Pendant dix ans, celui-ci s'est attaché à créer l'alliance des professionnels et du couple autour du bébé dès la vie prénatale, construisant ainsi une véritable prévention précoce dans des situations de grande précarité.

    À Aire de famille, les jeunes parents sont les premiers acteurs de la protection de leur enfant. Ponctué par les témoignages et les récits de ces familles, l'ouvrage décrit avec précision le soutien intensif des professionnels et  révèle les trésors d'humanité que ces jeunes parents souvent stigmatisés sont capables de développer.

    L'expérience d'Aire de famille a essaimé à travers la création d'une fédération nationale de centres parentaux.

  • À côté des maternités de plus en plus centrées sur leurs missions techniques, la PMI constitue un lieu tiers où reste possible un accompagnement « sur mesure » des familles attendant un enfant. Des professionnels témoignent de l'histoire singulière de toute grossesse aujourd'hui encadrée par un ensemble de normes : médicalisation importante et discours sur la parentalité. À partir d'une clinique du terrain, notamment en service de PMI, éclairée par la psychanalyse, ils insistent sur la nécessité de rester à l'écoute de la subjectivité du vécu de chaque grossesse.

  • Le baby blues est un article très en vogue au rayon des petites contrariétés de la grossesse et des premiers jours. Toutes vous l'attendez, vous vous inquiétez si au deuxième, troisième ou quatrième jour après la naissance de votre bébé, il n'est pas au rendez-vous : vous pouvez le faire, plus, vous devez le faire ! On vous a tellement parlé de cet état si particulier qui vient assombrir de ses gros nuages d'incompréhension et de doutes vos premiers jours avec bébé. Vous faites un blues classique, banal, circulez, il n'y a rien à voir ! Ni à dire.

    En fait, le baby blues n'existe pas. Il n'existe que des mots savants ou qui se veulent tels et qui sont là pour vous faire taire. Ne les écoutez pas, vivez vos bouleversements psychiques et corporels à votre aise. La grossesse n'est pas une maladie, vous n'êtes pas une patiente , dites-leur. Et vivez votre vie avec votre bébé - et son père - sans modération ! Allegro.

    Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, praticien hospitalier à Marseille, dirige la collection Mille et Un Bébés et la revue Spirale aux Editions éres.

  • Le décès périnatal est un problème de santé publique puisque, toutes situations confondues, entre 20 % et 30 % des grossesses ne vont pas à leur terme. 86% des patientes démarrent une nouvelle grossesse dans les 18 mois suivant la perte.

    Pourtant, la question de la spécificité de cette grossesse suivante, dans un contexte de deuil, n'a retenu l'intérêt de la communauté scientifique que depuis une quinzaine d'années. Certes, la grossesse suivant une perte périnatale vient rassurer les parents dans leur capacité à procréer mais celle-ci n'est pas sans risque d'un point de vue psychologique.

    Considérée par certains auteurs comme une crise comparable à celle de l'adolescence, la grossesse est une période de remaniements psychiques où se réactualisent des conflits prégénitaux et des identifications oedipiennes entrainant une fragilisation particulière pour la femme enceinte. Si la grossesse survient à la suite d'une perte périnatale, elle est particulière du fait qu'elle condense deux crises : les mouvements identificatoires de la grossesse auxquels s'ajoute la dynamique du deuil périnatal. Nous assistons donc à une crise dans la crise : temps de crises, temps de réactivation des conflits oedipiens et préoedipiens où l'inquiétante étrangeté du foetus attendu est majorée par l'histoire précédente. Cette grossesse est source d'interrogations multiples et d'angoisse de la part des femmes enceintes.

    La littérature psychanalytique évoque fréquemment le statut d' « enfant de remplacement » pour l'enfant puîné. Diane de Wailly propose de parler plutôt de « l'enfant palimpseste » qui correspond mieux à sa clinique quotidienne en maternité. En effet, elle me montre combien la grossesse suivant un deuil peut être le temps d'une élaboration nouvelle de la perte, contribuant ainsi à donner une place à chacun des enfants, celui qui est décédé et celui qui vit.

  • Le terme « attention » peut s'entendre comme capacité de concentration de l'esprit sur un objet (la vigilance) ou comme disposition à prodiguer des soins (la prévenance ou le geste obligeant).

    Dans ses deux acceptions, l'attention, fonction psychique essentielle, est au coeur de l'interaction parents-bébé. D'ailleurs, le bébé Sapiens naît non seulement avec une socialité joyeuse, mais avec des capacités d'attention que les parents connaissent, que les soignants de la périnatalité reconnaissent et que les travaux scientifiques des psychologues du développement confirment.

    Dans une société en pleine mutation anthropologique, où l'attention (comme concentration) est sans cesse sollicitée, une attention (comme prévenance) bienveillante, continue et prévisible de la part des adultes (parents et professionnels) favorise le développement du bébé pour qu'il devienne un enfant et un adulte capable de se concentrer et attentif à lui-même et aux autres.

    Approches scientifiques, points de vue psychanalytiques, outils d'observation et observation comme outil, regards citoyens, dispositifs institutionnels et techniques, enjeux éthiques dessinent un panorama foisonnant destiné à l'ensemble des professionnels de la périnatalité et de la petite enfance (puéricultrices, sages-femmes, éducatrices, techniciennes en intervention sociale et familiale, médecins et psychologues...)

    Ouvrage publié avec l'ARIP.

  • Perdre un jumeau à l'aube de la vie est une épreuve douloureuse, souvent ignorée par les proches et la société. Cet ouvrage cherche à comprendre les enjeux de ce deuil singulier. Comment l'accompagner et trouver le ton juste, sans rendre obsédante la présence du jumeau mort au jumeau vivant, ni banaliser ou nier sa perte ?

    La perte périnatale d'un enfant jumeau constitue une crise violente, aux facettes multiples et complexes. Parfois, la douleur reste encore vive des années plus tard. Pour les familles comme pour les professionnels qui les accompagnent, il s'agit de relever le véritable défi d'affronter la douleur de la perte et de s'occuper du bébé survivant. Ce sujet est ici traité de façon vivante à travers le récit autobiographique d'une jumelle qui a perdu sa sœur à la naissance ; le portait « thérapeutique » d'une autre jumelle ; un entretien avec des parents confrontés à ce deuil particulier, une étude psychologique approfondie.

  • Le handicap est interrogé par la culture, tout comme il interroge la culture de manière spécifique. Comment la culture influence-t-elle les pratiques de soin, d'accompagnement et de traitement des situations de handicap, pour le sujet et le groupe familial ? Le traumatisme que génère le handicap affecte les liens aux autres, et plus particulièrement les liens entre enfants de la famille et entre les enfants et chacun des parents. Dans ces situations, la culture offre au sujet une manière de penser, de rêver, de fantasmer à propos des multiples expressions de la vulnérabilité humaine que représente le handicap. Elle propose ou impose un cadre pour affronter la réalité des pathologies et ses conséquences. Elle peut favoriser l'inclusion comme l'exclusion de la famille et du groupe social, favoriser ou entraver le travail de pensée de chacun des membres de la famille individuellement et collectivement. Ce livre propose des clefs pour comprendre les processus qui donnent à la culture tantôt des fonctions protectrices, tantôt aliénantes et traumatiques face au handicap d'un membre de la famille.

  • À quelles conditions le cadre psychothérapeutique de groupe avec les enfants et les adolescents permet-il d'envisager la pratique de soins ? Les techniques de groupe interrogent souvent le praticien sur l'approche à utiliser : travailler avec l'individu en s'appuyant sur le groupe ou travailler uniquement sur le groupe lui-même, faisant de l'individu le porte-parole du groupe ? Travail de groupe ou travail en groupe, la question interpelle régulièrement. Les articles proposés dans cet ouvrage tentent d'y répondre.  

  • La PMI (Protection maternelle et infantile), vieille dame de 70 ans toujours en pleine jeunesse, sera-t-elle dans l'avenir à la hauteur de son histoire ? Cet ouvrage, plus que célébrer son anniversaire, souhaite approfondir la réflexion sur les concepts et les pratiques en santé maternelle et infantile, et les confronter aux perspectives ouvertes par les lois de modernisation du système de santé et de protection de l'enfant, afin de se projeter vers la PMI du futur.

    Quelles sont les diverses approches de la santé maternelle et infantile en Europe ? En quoi les multiples expériences qui y sont menées peuvent-elles être sources d'inspiration ? Quels sont les parcours des parents et des bébés en PMI, riches de ces rencontres nouvelles avec des musiciens, des conteurs, des clowns, des danseurs, des philosophes... ? L'usage des nouvelles technologies de l'information en santé vient-il transformer les pratiques et les relations entre professionnels et avec les parents ? Comment les mutations du regard sur le bébé font-elles bouger les soins préventifs autour de la naissance et du retour au domicile ?

    Au final, les auteurs, qui rappellent les enjeux politiques de l'avenir de la PMI, livrent ici un plaidoyer ardent au service de la santé des enfants, des femmes et des familles.

  • La « fabrique » du bébé est différente d'une époque à l'autre et d'un monde à l'autre, comme l'ont montré historiens et anthropologues. Cet ouvrage propose un riche bouquet de contributions d'actualité sur cette question.

    Soigner et prendre soin du bébé et de ses parents nécessitent groupes, techniques et objets. Pipettes, paillettes, babyphones, balancelles, CEPAP (ventilateur de réanimation), biberons, blogs, sucettes, poussettes, écho-
    graph(i)es, objets du marketing et objets du monde virtuel, entourent le bébé avant, pendant et après sa naissance. Ces objets périnataux encombreraient-ils la fabrication du lien entre le bébé et ses parents ? Correspondent-ils à un progrès dans l'art d'accommoder les bébés ?

empty