• Peut-on parler de « totalitarisme » quand il s'agit de nommer le pouvoir des multinationales tel qu'il s'est construit et imposé depuis le début du xxe siècle ? Alors que la pratique politique moderne voudrait que les sujets d'une collect ivité obéissent aux lois, non aux puissants, on assiste à un renversement pervers . Ce sont les multinationales, aujourd'hui, qui soumettent la délibération des assemblées politiques à d'autres « lois », leurs lois, qu'elles s'assurent de rendre efficaces : la « loi » du marché, la « loi » de la concurrence, la « loi » universelle de l'offre et de la demande. L'entreprise Total est un cas d'école en la matière. Ce livre étudie la façon dont cette pétrolière s'est constituée telle une autorité souveraine de nature privée, imitée en cela par d'autres multinationales. Se présenter comme la « huitième des Sept Soeurs », en référence aux majors du pétrole, et se dire « total » pour bien marquer cette prétention, c'était, au milieu du xxe siècle, chercher à s'imposer à son tour dans un ordre où les sociétés multinationales se développaient indépendamment des États qui les avaient créées, à la manière d'un Frankenstein.

  • Plaidoyer pour une mondialisation humaine... Le monde est entré en ébullition. Qu'il s'agisse des printemps arabes ou d'Occupy Wall Street, les occupations contestataires des places publiques de grandes villes se multiplient. Après le Brexit, l'Union européenne est menacée de démembrement. Front national en France, poussée de Donald Trump aux Etats-Unis : les mouvements anti-immigration montent dans presque tous les pays riches. Et tandis que Moscou et Washington s'affrontent à nouveau en Ukraine ou en Syrie, la Chine exige d'être reconnue comme l'égale des Etats-Unis d'Amérique, transformant la Mer de Chine en poudrière. Tout ceci a une cause globale : la mondialisation malheureuse. Contrairement à ce qu'affirment ses partisans, la mondialisation sous sa forme actuelle n'est pas ''heureuse''. Elle aggrave les inégalités. Elle précarise des milliards d'humains. Elle réduit en esclavage des dizaines de millions d'autres. Elle génère une crise mondiale des flux migratoires, qui en retour fait flamber la xénophobie. Elle pressure l'écosystème jusqu'à mettre en danger la survie de l'humanité. Thomas Guénolé soutient que si la grande connexion mondiale des peuples, des économies et des cultures est irréversible, en revanche cette mondialisation malheureuse n'est pas inévitable. Solutions concrètes à l'appui, il propose de la remplacer par l'altersystème : une mondialisation à visage humain. En conclusion de son livre, il affirme que la victoire prochaine d'un parti altersystème dans une grande puissance économique mondiale est inéluctable.

  • Août 2029, M. Briton, inspecteur des impôts à la vie ordinaire est retrouvé mort chez lui à Paris. Mersen, tout jeune inspecteur de police de la criminelle, se fie à son instinct et demande une autopsie. Un mystérieux code laissé par le défunt conforte ses soupçons. Fausse piste ou origine de ce qui paraît être de plus en plus un crime, l'inspecteur parviendra-t-il à lever le voile sur cette affaire ?

    Accompagné par le commissaire Anouilh, flic intègre mais quelque peu empêtré dans ses problèmes de couple, Mersen découvre non sans difficulté que cet assassinat est lié à différentes sphères d'influences et de pouvoir.

    Dans une France agitée où l'insécurité est grandissante et l'État impuissant, certains groupes d'intérêts semblent décidés à user de la force pour neutraliser tout élément perturbateur. En se frottant à la corruption et au cynisme des milieux financiers et politiques, les deux policiers ne franchissent-ils pas la ligne rouge ?

empty