• Le dogme est immuable, mais l'Église ne cesse de se réinventer. Contre l'illusion de la fixité, ce livre montre que la Tradition a toujours été créatrice et la réforme continue. C'est aux hommes réels dans leur temps que, de siècle en siècle, s'adresse l'Évangile. Une démonstration révolutionnaire.
    Réformer ? Parce qu'on associe ce mot à la
    restructuration, au
    réaménagement, au
    dégraissage, le mot fait peur, évidemment. Voilà pourquoi il importe aujourd'hui de préciser la finalité et les fondements d'une véritable réforme de l'Église. C'est le but de cet ouvrage écrit par Joseph Famerée et Gilles Routhier.
    Songeant aux siècles à venir, comme à ceux qui se sont écoulés, les deux professeurs d'ecclésiologie démontrent que la fin de toute réforme serait de rendre l'Église plus apte à annoncer l'Évangile, et d'une manière authentique et crédible -; non seulement en discours et par le témoignage de ses membres, mais par son être même, jusque dans ses dimensions pratiques, juridiques et institutionnelles.
    On comprendra donc, en lisant ce livre plein d'espérance, que toute réforme ecclésiale ne pourra se réduire à une simple réorganisation en vue d'une plus grande efficacité. Ce qu'il faudrait, et qu'annoncent les auteurs, est une véritable " conversion pastorale ", ce qui indique tout du caractère spirituel et évangélique de la réforme, sans en taire les exigences institutionnelles.
    N'ayons pas peur de nous réformer !

  • Dans ce récit très personnel sur sa propre genèse spirituelle, le fondateur de Sant' Eggidio raconte la rencontre entre le patriarche Athénagoras et Olivier Clément et l'importance de leurs dialogues pour l'esprit de Vatican II.
    1968 Au coeur de l'ancienne Constantinople, la " seconde Rome ", aujourd'hui Istanbul, le professeur Olivier Clément va au-devant du patriarche Athénagoras. Le plus créatif des théologiens orthodoxes rencontre le plus libre primat qu'a jamais connu l'orthodoxie. En sortiront des Dialogues promis à un retentissement universel. Au même moment, à la périphérie de la " première Rome ", à deux pas du Vatican, Andrea Riccardi fonde la communauté de Sant'Egidio, appelée à redynamiser le catholicisme au nom de la catholicité. L'amitié qui liera bientôt les deux théologiens et intellectuels, le Français et l'Italien, illustrera l'esprit de charité recouvré entre l'Orient et l'Occident chrétien.
    Explorant les carnets inédits d'Olivier Clément, Andrea Riccardi éclaire les défis de demain à la lumière des intuitions d'hier. Qu'il s'agisse des mouvements oecuméniques ou interreligieux, de la tradition et de la sécularisation, de la prédication et du martyre, de la mondialisation et des cultures, des guerres et de la paix, ce plaidoyer, à rebours de la tentation identitaire, montre comment, en se conformant à l'évangile de la liberté, la foi ne fait que commencer.
    Un rendez-vous avec un triple témoignage vivant à ne pas manquer.

  • Un document majeur de la Commission théologique internationale sur le gouvernement, la structure et la nature de l'Eglise.
    " Le monde dans lequel nous vivons, et que nous sommes appelés à aimer et à servir même dans ses contradictions, exige de l'Église le renforcement des synergies dans tous les domaines de sa mission. Le chemin de la synodalité est justement celui que Dieu attend de l'Église du troisième millénaire. Ce que le Seigneur nous demande, en un certain sens, est déjà pleinement contenu dans le mot ''Synode''. Marcher ensemble - Laïcs, Pasteurs, Évêque de Rome - est un concept facile à exprimer en paroles, mais pas si facile à mettre en pratique. "
    Pape François

  • Depuis 1989, les Églises de l'autre Europe ont accompli un retour fracassant. Quelles sont-elles ? Que disent-elles ? Avec quelles réussites et avec quels risques ? Par le meilleur spécialiste de la question.
    Depuis 1989, les Églises de l'Est ont accompli un spectaculaire retour. Quel a été leur rôle dans l'ébranlement des régimes totalitaires ? Et comment se manifeste leur renaissance inespérée ?
    Aujourd'hui, leur influence explique en grande partie la méfiance des populations d'Europe centrale et orientale à l'égard du projet européen, perçu comme une menace pour leur identité culturelle et spirituelle. De leur côté, les Occidentaux ignorent bien souvent les particularités de ces communautés chrétiennes.
    Trente ans après la chute du Mur de Berlin, Hyacinthe Destivelle propose une présentation synthétique de l'évolution récente et des défis des chrétiens de l'Est : leur inégale vitalité, le réveil des Églises nationales, leurs tensions, mais aussi leurs rapprochements oecuméniques prometteurs.
    Un indispensable manuel de géopolitique religieuse.

  • Benoît XVI partage son histoire pour la première fois depuis sa renonciation. Joseph Ratzinger est largement reconnu comme l'un des plus brillants théologien et dirigeant spirituel de notre époque. Il est né en Allemagne en 1929 et la montée du nazisme et de la guerre ont profondément marqué sa vie. Ratzinger a été élu pape en 2005, prenant le nom de Benoît XVI. Il a ouvert un chemin de purification pour l'Église catholique romaine à un moment où elle a été secouée par des scandales financiers et des scandales de violences sexuelles. Il a répété à plusieurs reprises que l'Europe devait retrouver ses racines chrétiennes et construire un nouvel humanisme pour le XXIe siècle. Benoît XVI a été mal compris par beaucoup et, en 2013, il a étonné le monde en démissionnant de la papauté. Beaucoup ont vu dans ce geste comme un signe du déclin du catholicisme, mais c'était le contraire : c'était une graine nécessaire pour ouvrir l'Église à une dimension vraiment universelle et au renouvellement entrepris par son successeur.
    Ce livre est préfacé par le pape François et contient le premier entretien de Benoît XVI depuis la fin de son pontificat.


  • Au début des années 1980, frère Roger propose aux jeunes qui viennent de plus en plus nombreux à Taizé de se faire pèlerins de confiance et de réconciliation : accomplir de multiples petits pèlerinages d'une personne à une autre, d'un groupe à un autre, aller rencontrer ceux qui sont différents d'eux, en nourrissant de temps en temps leur vie intérieure lors de rassemblements de prière et de partage. Dans ce livre on le voit en donner lui-même un signe, se mettre en route à Séville, au sud de l'Espagne, remonter l'Europe, franchir le « rideau de fer », traverser l'Atlantique. On assiste aussi aux rencontres européennes de Rome, de Londres, de Paris.
    Ce huitième volume des Écrits de frère Roger reprend la deuxième moitié de « Passion d'une attente » puis présente des récits qu'il fait aux frères, des paroles qu'il prononce lors de certaines étapes du pèlerinage, quelques-unes des lettres annuelles qu'il adresse aux jeunes. Une partie de ces textes étaient jusqu'ici restés inédits.

  • Ce second recueil de sermons inédits de M. Zundel fait suite au premier, paru en 1987 sous le titre: Ta parole comme une source. Il en a l'originalité et les qualités, présentées déjà en ces termes dans l'Introduction de ce premier ouvrage.
    "Les homélies de l'abbé Zundel, comme les autres prédications - conférences, récollections, retraites - n'étaient pas destinées à la publication. Elles ont toutes été improvisées, telle une méditation publique, et données sans notes, sauf dans le cas de longues citations. Publier lui semblait figer dans le passé une pensée qui se voulait avant tout prospective et en créativité continue. Il était avant tout soucieux de relation personnelle et donc homme de parole, jusque dans les silences". Le but de cet ouvrage en quelque sorte a posteriori, comme le sont les nombreux textes du même auteur publiés en livres, est de recréer, par la lecture cette fois, les conditions de cette relation privilégiée avec un homme de Dieu étonnamment moderne; homme de Dieu qui sut être aussi, et combien, par la qualité de sa présence chrétienne au monde contemporain, l'homme des hommes.

    On sait que Paul VI admirait grandement M. Zundel, qu'il invita en 1972 à prêcher la retraite annuelle au Vatican. De celle-ci, il convient de connaître les premiers mots, qui résument admirablement l'esprit sacerdotal et la démarche spirituelle de l'auteur: "Très aimé et Très Saint Père, le 17 février 1967, Votre Sainteté daignait me faire écrire pour m'inciter à étudier la problématique de notre temps et, éventuellement à écrire à ce sujet. Il m'était facile d'obéir puisque, toute ma vie, j'ai cherché à être à l'écoute de mon temps. Mais il faut avouer qu'à l'époque où je reçus la lettre de la Secrétairerie d'État, les choses avaient bien changé. Je veux dire que cette problématique s'était terriblement compliquée, et elle est devenue encore plus difficile aujourd'hui. C'est une raison de plus de l'affronter puisque ce sont les hommes de notre temps qu'il s'agit d'évangéliser. Il faut donc les connaître et il faut essayer de voir par où il est possible de les atteindre".


  • « À vous de commencer ». Pour Kierkegaard, c'est le message que le Christ adresse à l'humanité. Ressuscité, il convie les humains à l'initiative et aux combats. Sa présence et sa vie « autorisent » des commencements neufs. C'est le désir de chercher la fraîcheur des commencements qui caractérise les textes qui sont ici rassemblés. Fraîcheur qui distingue nombre d'écrits des premiers chrétiens, mais qui ne cesse de refaire surface tout long de l'histoire chrétienne, parfois à des périodes les plus improbables. La fraîcheur des commencements côtoie souvent la « vieillesse » d'un monde divisé qui exténue ses habitants. On pourrait y voir une contradiction. L'auteur de ce livre s'efforce d'y discerner un appel. La foi somme de voir le monde tel qu'il va, à ne pas détourner les yeux de sa dureté implacable et, en même temps, elle demande d'avoir des yeux pour voir le ferment qui le travaille, le traverse et le renouvelle, à chercher, comme le dit Hopkins, « l'exquise fraîcheur vivant au plus profond des choses ».

  • La pensée de frère Roger, fondateur de la communauté de Taizé (1915-2005), se nourrissait de la prière commune et de la vie quotidienne avec ses frères. Elle évoluait au contact des dizaines de milliers de jeunes de tous les continents qui, semaine après semaine, se rassemblent à Taizé. Elle était souvent formulée de manière poétique.
    Dans ce livre publié en 2001, il a réuni les grands thèmes de sa réflexion et aussi les récits - parfois très personnels - d´événements ou de rencontres qui l´ont marqué. Il dit pourquoi, à ses yeux, la vie intérieure et les solidarités humaines ont une seule et même source : Dieu qui ne peut que donner son amour.
    Frère Roger est mort tragiquement le 16 août 2005, à l´âge de 90 ans, tué pendant la prière du soir. Ce petit volume est le témoin d´une pensée qui demeure vivante.

  • "Je désire une Église qui sait entrer dans les conversations des hommes, qui sait dialoguer. C'est l'Église d'Emmaüs où le Seigneur « interviewe » les disciples qui cheminent, découragés. L'interview m'apparaît comme un élément de la conversation de l'Église avec les hommes d'aujourd'hui."
    Pape FrançoisCette série de huit entretiens, dont sept inédits, rassemblés par le jésuite Antonio Spadaro, vient éclairer les cinq premières années du pontificat de François. Des textes forts qui aideront les uns et les autres dans leur vie chrétienne, dans leur amour de l'Église et dans leur manière de se mettre au service du monde.Titre original : Adesso fate le vostre domande

  • Frère Roger est arrivé seul dans le petit village de Taizé en 1940, à l´âge de vingt-cinq ans. Soixante-cinq ans plus tard, le fondateur de la Communauté de Taizé retrace ici quelques étapes de son itinéraire et de sa réflexion.


    Passant de ses souvenirs d´enfance à ses rencontres avec Mère Teresa, de ses relations avec Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II à ses visites dans les pays d´Europe de l´Est aux temps difficiles, de la vie parmi les déshérités des continents du sud à l´accueil des jeunes à Taizé, sa méditation évoque les multiples démarches entreprises pour poser des signes de communion et de paix, en particulier dans les lieux de fracture de l´humanité.


  • Le portrait d'un dieu courroucé et avide de condamner, qu'on croit trouver dans les pages de la Bible, est sans doute l'un des obstacles les plus forts à la foi. Rien de plus compréhensible, alors, que de vouloir effacer toute trace de colère dans notre image de Dieu. Mais cette entreprise va-t-elle mutiler le visage authentique du Dieu de la Bible ? Si le thème de la colère divine, bien compris, loin d'être un vestige primitif ou une aberration, se révélait comme une clé pour l'intelligence d'un Amour « fort comme la mort », une porte ouvrante sur le mystère de notre rédemption dans le Christ... C'est le pari que ce livre tente de relever.

  •     Parmi tous les textes, livres et lettres de frère Roger, ceux-ci occupent une place à part. Ils sont adressés à chaque lecteur mais aussi en particulier à chaque frère de Taizé. Ils ont été rédigés « pour toi qui veux construire ton existence en communion avec le Christ qui est amour. Tu seras d´autant plus libre pour passer d´un provisoire à un autre provisoire que tu te référeras, ta vie durant, à quelques valeurs essentielles. » Quand il formulait ces valeurs essentielles, le fondateur de Taizé était préoccupé de ne pas écrire un seul mot qu´il n´ait d´abord vécu lui-même. Il espérait que chaque parole tombe directement dans le coeur du lecteur.
    Ces textes, qu´ils sortent de la plume d´un homme dans la fraîcheur de sa jeunesse, ou qu´ils portent la marque de l´expérience et de la maturité de la vie, permettent de voir comment les mêmes intuitions fondamentales ont soutenu la communauté de Taizé dès le début. Ces intuitions n´ont rien perdu de leur force et de leur actualité.

  • À la fin des années 1960, le cheminement vers la réconciliation des chrétiens, qui a tant occupé frère Roger, lui semble être en panne. Il se demande : si l'oecuménisme a atteint un plafond, qui fera une trouée ? Seraient-ce les jeunes générations ? Mais beaucoup de jeunes sont découragés et désorientés, la grande crise de 1968 n'a pas abouti à ce qu'ils avaient imaginé : comment partager avec eux une nouvelle espérance ?Le fondateur de Taizé pense alors à un moyen pour stimuler une recherche : réunir un concile des jeunes. Il sait que pour toucher cette génération exigeante il faut un langage fort et absolu : « lutte et contemplation » est le mot d'ordre qu'il propose.Les pages rassemblées dans ce livre font découvrir comment frère Roger et ses frères traversent ces années tourmentées. Elles donnent aussi accès aux racines des options actuelles de la communauté de Taizé.Ce cinquième volume des Écrits de frère Roger réunit Ta fête soit sans fin, publié en 1971, et Lutte et contemplation, publié en 1973. Les pages de journal que contenaient ces deux livres sont enrichies d'autres textes, interviews, lettres aux jeunes, extraits inédits du conseil annuel de la communauté.

  • Longtemps ignorées, voire étiquetées comme des « sectes », les communautés évangéliques attirent désormais l'attention des medias qui mettent en avant l'impressionnante progression de leur nom­bre d'adeptes, tout en dénonçant les dérives qui les affectent. Ces informations ne rendent pas toujours justice au sérieux ni à la diversité d'un mouvement fort complexe. Après un aperçu de l'histoire et de la situation actuelle, tant au niveau mondial que dans l'Europe francophone, l'auteur passe en revue les grandes convictions doctrinales et éthiques des évangéliques. Précisant ensuite la foi et l'engagement des chrétiens évangéliques-pentecôtistes, il s'interroge sur les causes de leur essor et prend la mesure du défi qu'ils représentent pour les formes plus traditionnelles de vie chrétienne. Enfin, il pose la question du dialogue avec ces Églises.

  • Témoignage d'un jeune couple de pasteurs protestants, qui, en étudiant la Bible en profondeur et sans a priori, deviennent catholiques sans pour autant renier la tradition évangélique. Un beau témoignage oecuménique.

  • Ces pages font découvrir comment la communauté de Taizé, petite et peu connue, devient en quelques années un lieu où accourent des jeunes du monde entier car ils s´y sentent accueillis et compris.
    Au début des années 1960, frère Roger espère que la vague oecuménique soulevée par le pape Jean XXIII provoquera rapidement une réconciliation des chrétiens séparés et que le concile Vatican II en sera l´instrument privilégié.
    Espérance déçue ! Alors, vers la fin du concile, il pressent que l´oecuménisme n´a d´avenir qu´en se lançant sur des chemins tout nouveaux. Il les décrit dans Dynamique du provisoire. Du même coup, il entraîne la communauté qu´il a fondée vers des horizons beaucoup plus larges.
    L´un de ces chemins est l´écoute des nouvelles générations. De fait, trois ans plus tard, en écrivant Violence des pacifiques, il montre qu´il ose aller très loin à la rencontre de l´effervescence des jeunes de 1968.
    Ces deux livres sont réunis ici avec quelques autres textes de la même époque.

  • L'année 2015 était le centième anniversaire de la naissance de frère Roger et le dixième de sa mort. Dans le cadre de cet anniversaire, un colloque international a réuni à Taizé 350 jeunes, femmes et hommes, engagés dans la vie monastique ou religieuse, catholiques, protestants et orthodoxes de 52 pays. Au cours d'une semaine de partage, ils ont mis en évidence ce que le fondateur de la communauté de Taizé a apporté de spécifique au « grand arbre de la vie monastique » dont Taizé est un « simple bourgeon greffé », comme il disait. Et ils ont réfléchi au sens de la vocation aujourd'hui et à son actualité pour le xxie siècle. Les interventions qui ont soutenu leur recherche sont rassemblées dans ce livre. Elles permettent d'entendre toute une palette de témoignages : depuis la méditation d'un évêque copte d'Egypte, où le monachisme a commencé, jusqu'aux échos des créations du xxe siècle, telles que les communautés protestantes des soeurs de Grandchamp en Suisse ou de l'Emmanuel au Cameroun, orthodoxes de Kovilj en Serbie ou de Saint Nicholas de Gomel en Biélorussie, anglicane des soeurs de Bristol en Angleterre, ou catholiques des petites soeurs de Jésus de Charles de Foucauld. Les longues traditions monastiques ou religieuses s'expriment notamment par la voix de Mère Iakovi, abbesse d'un monastère athonite de Grèce, de Adolfo Nicolás, général des jésuites, Bruno Cadoré, maître général des dominicains, Marcellin Theeuwes, ancien prieur général des chartreux, Olivier Quenardel, abbé de Citeaux, Richard Baawobr, supérieur général des missionnaires d'Afrique, Michael Perry, ministre général des franciscains.

  • Théo

    Dubost/Lalanne

    Tout l'univers des catholiques à la portée de tous Comment sont choisis les saints du calendrier ? Pourquoi y a-t-il quatre évangiles ? Qui est Jésus pour les chrétiens ? Peut-on se dire croyant quand on doute ? Combien y a-t-il de chrétiens dans le monde ? Comment est organisé le Vatican ?...
    Le nouveau Théo donne des réponses fiables à toutes les questions, de la plus simple à la plus profonde, sur la Bible, l'histoire religieuse, l'Église d'aujourd'hui et ce en quoi croient les catholiques.
    Théo s'impose comme l'encyclopédie catholique de référence, en mettant la culture chrétienne à la portée de tous.

    Avec un index interactif et des liens web !

    Au sommaire :
    - Les saints - La Bible - L'histoire de l'Église - La foi catholique - La situation des catholiques dans le monde - L'Église aujourd'hui Tous ces chapitres sont aussi vendus à l'unité en format numérique !

    Le nouveau Théo, c'est :
    - 90 nouveaux contributeurs sous la direction de deux évêques ;
    - 3 000 articles, citations, annuaires et chronologies pour tout connaître et comprendre ;
    - 620 mots de vocabulaire clairement définis ;
    - 170 tableaux, cartes et graphiques pour faciliter la compréhension ;
    - un index de 13 000 mots ;
    - 251 entrées et des renvois simples pour circuler dans l'ouvrage.



  • Un livre sur le samedi saint ? Comment écrire sur un jour qui apparaît à peine dans les évangiles, une simple transition entre les grandes fêtes du vendredi saint et du dimanche de la résurrection ? Pourtant, de nos jours, nombreux sont ceux qui sentent une étonnante affinité pour ce jour de silence, où tout est accompli mais rien n'est encore manifeste.
    Ce livre veut réfléchir au sens théologique du samedi saint comme moyen d'aborder la question de l'eschatologie chrétienne. Interroger le samedi saint, c'est du coup redécouvrir l'eschatologie véritable, c'est trouver le lieu où mourir et ressusciter se conjuguent, où le monde nouveau fait réellement irruption dans notre aujourd'hui, mais pas du tout comme nous l'avions imaginé.
    Voici donc un plaidoyer pour remettre à sa juste place au calendrier chrétien ce jour oublié comme moyen de rééquilibrer notre foi, qui autrement risque de vaciller entre une glorification de la souffrance et un enthousiasme pas suffisamment ancré dans le monde réel, entre une existence installée et une fuite du quotidien. La découverte du samedi saint ouvre à une vie qui conjugue lucidité et espérance, qui reste dans ce monde sans être pourtant du monde.

  •     Ce livre apporte un éclairage nouveau sur les origines de la communauté de Taizé en donnant accès à des pages inédites de son fondateur.
    La première partie recouvre les années 1940 à 1955 : elle présente un ouvrage que frère Roger n´a jamais achevé et qu´il a laissé à l´état d´esquisse.
    La deuxième partie rassemble des écrits rédigés entre 1956 et 1963 : l´annonce par Jean XXIII puis le début du concile Vatican II rendent très incisive la réflexion de frère Roger sur l´unité de l´Église.
    Dans ces pages, tantôt il laisse libre cours à l´écrivain pour exprimer sa vision poétique de la vie, l´allégresse de la nature, tantôt il fait apparaître la profondeur des souffrances que connaît le fondateur.
    La troisième partie montre le regard rétrospectif que, à la veille de sa mort, il porte sur cette période : « Jean XXIII, un tournant dans notre vie. »

  • Du trésor biblique inépuisable, voici quelques bribes. S'y mélangent effort exégétique, réflexion théologique et un souci de lire, en même temps que la Bible, notre temps et notre monde. C'est d'abord le Christ ressuscité qui, sur le chemin d'Emmaüs, « ouvrait les Écritures » à ses compagnons de route. À son école et à sa suite, nous tirons de leur trésor « du neuf et du vieux ».

  • Ce livre offre une suite de prières adaptées aux temps de l´année pour soutenir une recherche de Dieu, seul ou avec d´autres. Elles reflètent la prière de l´Église universelle telle qu´elle est exprimée chaque jour à Taizé par la communauté des frères et les jeunes qui y participent aux rencontres internationales.
    Chacune comporte un psaume, des lectures de la Bible (en versions brèves ou plus longues), des prières d´intercession ou d´adoration, et des prières de conclusion. Une introduction générale donne quelques explications et des suggestions pratiques.
    Ces prières sont simples, pour faciliter l´accès aux sources de l´Évangile. Elles se prêtent à être utilisées dans des circonstances très diverses, par des personnes de différents horizons, comme occasion de se tenir ensemble devant Dieu. Ainsi elles pourraient favoriser des réconciliations et un échange de dons dans une marche vers la confiance.

  • C´est dans la solitude et le silence d´une longue retraite que frère Roger a écrit la Règle de Taizé, durant l´hiver 1952-1953, douze ans après être arrivé sur la colline de Taizé. S´appuyant sur une expérience vécue plusieurs années avec ses frères, il a voulu formuler pour eux « l´essentiel permettant la vie commune ». Il les invitait à réaliser ensemble une « parabole de communauté ».
    Par la suite, il a modifié à plusieurs reprises, puis profondément remanié ce petit livre, comme pour entraîner ses frères à ne pas s´attacher à la lettre, mais à s´abandonner au souffle de l´Esprit Saint. À un moment donné, craignant que son titre ne fasse penser à un règlement juridique, il l´a appelé la Petite Source de Taizé.
    Cinq ans après la mort du fondateur de la communauté, ses frères rééditent ce texte de base dans la fraîcheur de son premier jaillissement, avec seulement les légères retouches de langage qu´il y avait apportées lui-même dans les premières années.

empty