Eres

  • Peut-on soigner par la danse ? Peut-on donner à la danse une place dans l'arsenal thérapeutique ? A-t-elle la capacité de mobiliser la sphère psychique de l'individu qui « entre dans la danse » ? Quel corps la danse met-elle en mouvement ? Comment s'élabore-t-il et comment, par son intermédiaire, le sujet se construit-il du même coup, et avec lui l'espace, le temps et les nuances de la présence qui fondent la relation et les interactions ?

    Si, nous dit l'auteur, la danse n'est pas thérapeutique en elle-même - pas plus que l'art ou la parole -, elle peut le devenir grâce au dispositif dans lequel elle s'inscrit. Ainsi à partir d'une longue pratique de la danse-thérapie, Benoît Lesage pose, dans cet ouvrage, les fondements théoriques de cette discipline et livre des outils qui permettent de les incarner. A la croisée de l'art, de la création, de la psychomotricité, de la thérapie à médiation corporelle et de la pratique groupale, le parcours interdisciplinaire qu'il propose s'ouvre à la clinique, abordée ici en relation avec diverses populations : personnes psychotiques polyhandicapées, présentant des troubles du comportement et de la communication, autistes, anorexiques, porteuses de handicap sensorimoteur...

    Au-delà des enjeux cliniques et thérapeutiques évoqués ici, la danse-thérapie hérite de la danse la faculté essentielle et fondatrice de convier les hommes à partager le rythme, les images, le plaisir sensoriel et parfois sensuel, en puisant aux mémoires individuelles et communautaires. Cet ancrage immémorial dans les mythes et dans l'enfance en fait une source dynamique qui peut remettre en marche le sujet... pas à pas

  • "Depuis des années, les bébés sont entrés dans ma vie : bébés de l'observation, avec lesquels je fais connaissance au cours des séminaires que j'anime, ou bébés que je rencontre en consultation avec leurs parents. En même temps ces bébés restent pour moi mystérieux, chaque fois a découvrir, avec eux, chaque
    fois, une nouvelle aventure commence. A partir de l'observation du nourrisson, Rosella Sandri nous entraîne dans le monde passionnant des premieres formes de vie psychique et relationnelle du bébé.

    La méthode d'observation qu'elle pratique, est celle introduite par Esther Bick, psychanalyste d'origine polonaise, ayant travaillé notamment en Grande Bretagne. Dans la première partie du livre, a travers une réflexion méthodologique, l'auteur s'interroge sur les fondements de l'observation, la capacité d'attention et de
    rêverie qui la caractérisent, et la dynamique du groupe-séminaire qui lui donne l'espace nécessaire a son élaboration. Dans la deuxième partie du livre, le theme central est représenté par la construction de l'espace psychique avec, en toile de fond, le lien entre l'observation du bébé et la psychanalyste. La reconnaissance
    du monde psychique du bébé, qui émerveille les professionnels de la petite enfance et les parents, intéresse également les psychanalystes, car elle éclaire les niveaux plus primitifs du fonctionnement psychique. Dans les derniers chapitres, Rosella Sandri retrace d'une part une géographie de l'espace psychique interne a partir de l'observation du bébé, et d'autre part ouvre de nouvelles pistes de réflexion pour le travail psychanalytique avec des adultes. La "matiere première" de ce travail est constituée principalement par des rêves, dans lesquels on retrouve des "parties bébé du patient qui étaient en attente de pouvoir se développer, ou, parfois, de pouvoir s'exprimer pour la premiere fois au sein de la relation thérapeutique.
    L'observation du nourrisson apparaît ainsi une des voies les plus suggestives pour comprendre le monde du bébé et, dans la clinique, pour s'approcher de la "partie bébé" de chaque patient.

empty