Les Éditions JCL

  • Vendée, automne 1920

    La Grande Guerre vient de se terminer avec son lot de morts, de destructions et de malheurs. Dans le village minier de Faymoreau, un accident grave se produit lorsqu'un coup de grisou provoque l'effondrement d'une galerie, causant la mort de trois travailleurs. Deux autres malheureux, dont Thomas Marot, sont prisonniers dans les entrailles de la Terre et les chances de les sauver sont minces. Lorsqu'elle apprend la tragédie qui frappe l'homme qu'elle aime depuis toujours, Isaure Millet se précipite sur les lieux, car même si Thomas s'apprête à se marier avec une ouvrière polonaise, elle espère toujours qu'il changera d'idée.

    Or, l'événement prend une tournure inattendue lorsqu'on retire des décombres le corps d'une des victimes: elle a été assassinée d'une balle dans le dos... Qui a pu commettre ce meurtre dans un moment pareil? Lorsqu'un policier parisien attitré à l'enquête, Justin Devers, arrive à Faymoreau, les mineurs, ceux que l'on surnomme les « gueules noires », s'enferment dans un mutisme qui exaspère l'enquêteur. La vérité parviendra-t-elle à s'extirper de cette histoire tordue, aussi sombre que les galeries de cette mine de charbon où tant de drames se sont joués? C'est ce qu'espère l'inspecteur Devers, tombé sous le charme d'Isaure, tout comme Jérôme, le frère de Thomas.

    Prenant assise dans un univers complexe où les drames humains et les chassés-croisés amoureux se succèdent à un rythme essoufflant, le roman La Galerie des jalousies est truffé de scènes où l'émotion et les passions sont à leur comble. Encore une fois, Marie-Bernadette Dupuy a réussi à se réinventer dans une période historique particulière, l'entre-deux guerre, une ère teintée à la fois de mélancolie et d'espoir.

  • La Galerie des jalousies 3

    Faymoreau (France), 1921

    Jolenta est retournée en Pologne. Elle s'est bien gardée d'avouer qu'elle n'a pas l'intention de revenir vivre en France, de sorte que, si Isaure et Thomas peuvent enfin s'aimer, ils sont toujours contraints de se cacher. Certes, ils comptent régulariser leur relation, mais cette avenue n'est pas exempte d'obstacles.

    Sur son lit de mort, la mère d'Isaure lui révèle un secret qui lui ouvre des horizons nouveaux et qui rend possible la réalisation de son rêve. C'est donc avec un bonheur renouvelé qu'elle se consacre tout entière à des enfants malades des environs ainsi qu'à de jeunes orphelins privés de leurs parents en raison de la guerre.

    /> Or, qui donc s'acharne à entraver un projet aussi généreux? Apparemment, ses succès ne répondent pas au goût de tout un chacun...

    Avec une intrigue et une action soutenue, Marie-Bernadette Dupuy conclut cette palpitante trilogie, où elle fait revivre le milieu des mines de charbon vendéennes.

  • Personne ne connaît réellement ces hommes en noir qu'un hélico vient de déposer aux abords d'un petit village d'Afghanistan. Et ces autres qui sortent d'un marais pour abattre un criminel de guerre en Croatie; qui assurent la garde protégée d'un général canadien au Rwanda; qui sévissent contre des preneurs d'otages au Pérou ou qui font mentir le président Milosevic, en faisant la preuve, sur place, du non-désarmement de la Serbie.

    DENIS MORISSET a fait partie des seize premiers membres de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (FOI2 ou JTF2) de 1993 à 2001. Sa formation et son parcours stupéfiant en secoueront plus d'un et il tient du miracle qu'il soit encore là pour tout raconter. Sept de ses compagnons ne peuvent en faire autant.

    Plus encore et pour cause, le Canada ne rendra jamais hommage à ces combattants anonymes dont les vraies médailles de bravoure se résument aux nombreuses marques encore visibles sur leur veste pare-balles.

  • En cette toute fin de XIXe siècle, Big Jim Mackay arrive à San Francisco, en Californie, seul et sans le sou. Suite à la rencontre imprévue d'un homme qui devient son mentor, il décide de tenter sa chance au Yukon, une contrée lointaine où vient de démarrer une prometteuse ruée vers l'or. En route, Mackay rencontre un certain Charles Spencer Chaplin, qui deviendra son ami, puis son associé. Mais le voyage vers cet eldorado boréal n'a rien d'une partie de plaisir: la route vers le nord du Canada est difficile, voire risquée, et les lieux, inhospitaliers à l'extrême.

    Malgré la cupidité de certains, la quête irraisonnée de la richesse qui transforme d'autres en véritables prédateurs, malgré le froid mordant qui tue tous les imprudents qui osent se retrouver sur son passage, leur périple s'avérera un véritable succès. Leur patience, leur témérité et leur audace vaudront aux deux amis une vaste fortune, qui permettra à Mackay de devenir un magnat de la finance.

  • Nobody really knows who these men are- men in black dropped off by a helicopter on the outskirts of a small Afghan village; wading through swamps in Croatia, intent on killing a war criminal; who ensure the protection of a Canadian General in Rwanda; who subdue hostage takers in Peru; and who prove, on-site, the Serbian disarmament lies told by President Milosevic.

    DENIS MORISSET was part of the initial sixteen-member Joint Task Force 2 (JTF 2) unit from 1993-2001. His extensive and rigorous training and hardships will make more than one reader realize that his being alive today is nothing short of a miracle. Seven members of his unit have not lived to tell the tale.
    />
    Canada, for good reason, will never render justice to these anonymous combatants whose only medals of bravery are the numerous scars still visible on their bullet-proof vests.

    Unlike the British SAS and the United States' Delta Force, this special Canadian intervention unit was, according to David Rudd of the Canadian Institute of Strategic Studies, trained "to infiltrate into dangerous areas behind enemy lines, look for key targets and take them out. They don't go out to arrest people. They don't go out there to hand out food parcels. They go out to kill targets."

  • Nobody really knows who these men are- men in black dropped off by a helicopter on the outskirts of a small Afghan village; wading through swamps in Croatia, intent on killing a war criminal; who ensure the protection of a Canadian General in Rwanda; who subdue hostage takers in Peru; and who prove, on-site, the Serbian disarmament lies told by President Milosevic.

    DENIS MORISSET was part of the initial sixteen-member Joint Task Force 2 (JTF 2) unit from 1993-2001. His extensive and rigorous training and hardships will make more than one reader realize that his being alive today is nothing short of a miracle. Seven members of his unit have not lived to tell the tale.
    />
    Canada, for good reason, will never render justice to these anonymous combatants whose only medals of bravery are the numerous scars still visible on their bullet-proof vests.

    Unlike the British SAS and the United States' Delta Force, this special Canadian intervention unit was, according to David Rudd of the Canadian Institute of Strategic Studies, trained "to infiltrate into dangerous areas behind enemy lines, look for key targets and take them out. They don't go out to arrest people. They don't go out there to hand out food parcels. They go out to kill targets."

empty