• Des conseils et astuces pour bien entrer dans l'écriture ou modifier les mauvaises habitudes, tout en redonnant confiance à l'enfant.

    L'écriture permet de communiquer, de laisser notre « trace », elle est notre reflet.
    À l'heure du numérique, alors que nous écrivons de moins en moins, l'écriture reste toujours présente dans notre environnement et notre quotidien. Elle est indispensable, particulièrement à l'école où elle est également un exercice imposé.
    Ce livre a pour objectif de fournir conseils et astuces pour accompagner l'enfant au cours de son apprentissage et faciliter le dépistage d'une éventuelle difficulté graphique, voire d'une dysgraphie (trouble fonctionnel qui rend difficiles l'acquisition et l'exécution de l'écriture).
    Au fil des pages, vous découvrirez les étapes du développement de l'écriture, des idées ludiques pour travailler la mobilité digitale, les formes prégraphiques ou encore les lettres... et des suggestions pour aider les enfants présentant une écriture illisible, lente, douloureuse, un blocage face à l'écrit...
    Des cas concrets seront présentés (enfants en CP, en primaire, adolescents, multi-dys, avec phobie scolaire, enfants et adultes avec pathologies...), ainsi que le métier de graphothérapeute, spécialiste dans la rééducation de l'écriture.
    Cet ouvrage est destiné aux parents et aux enseignants, mais aussi à toutes les personnes côtoyant des enfants et des adolescents, quel que soit leur profil (haut potentiel, TDA/H, avec trisomie, multi-dys...) et soucieux de leur écriture.
    L'essentiel est de donner ou de redonner le plaisir d'écrire, car comme le disait Voltaire, « L'écriture est la peinture de la voix. »

  • L'expérimentation du corps constitue chez l'enfant son référentiel de base pour coordonner ses gestes, s'orienter dans l'espace et le temps, réguler ses émotions, avoir confiance en soi... bref, tout le matériel cognitif et émotionnel nécessaire pour se sentir « bien dans son corps et dans sa tête » et profiter efficacement des apprentissages.

    En effet, maturation neurologique (pouvoir faire), développement cognitif (savoir faire) et épanouissement affectif (envie de faire) constituent les composantes indissociables du développement de l'enfant où tout progrès dans un domaine retentit sur les autres : motricité globale et fine, construction de la latéralité, organisation dans l'espace et dans temps, maîtrise du graphisme et de l'écriture, facultés de concentration, etc.

    De la difficulté mineure au trouble avéré (Dyspraxie, TAC, Dysgraphie, TDA/H...), nous exposons des contenus théoriques actualisés ainsi que les repères d'âges associés, afin de mieux comprendre les difficultés rencontrées par l'enfant.

    o Comment les difficultés scolaires peuvent-elles trouver leurs origines dans des difficultés psychomotrices et comment tenter d'y remédier ?

    o Comment mieux apprécier le développement psychomoteur de son enfant et décoder les éventuels signes d'alerte ?

    o Quand s'orienter vers un professionnel spécialisé ?

    Loin d'avoir l'ambition de se substituer à une prise en charge en psychomotricité, les exercices, conseils et préconisations rassemblés dans cet ouvrage sauront néanmoins guider parents, enseignants et autres professionnels dans le développement psychomoteur de leur jeune public.

  • Pourquoi y a-t-il des gauchers et des droitiers ? Y a-t-il des gauchers dans tous les pays du monde ? Gaucher, est-ce héréditaire ? Comment savoir si on est un vrai gaucher ? Les gauchers sont-ils meilleurs en sport ? Biologie, vie quotidienne, histoire, sports, arts... un ouvrage indispensable sur les gauchers à mettre entre toutes les mains !

  • Encouragez l'apprentissage psychomoteur de votre enfant par le jeu !Grâce à des activités amusantes, développez ses capacités motrices dans le plaisir et le partage : contrôle de l'équilibre, souplesse, adresse, coordination motrice. Vous l'aiderez ainsi à prendre conscience de son corps et développer sa latéralité, tout en canalisant son énergie.
    - 30 cartes joliment illustrées pour mener une séance d'éveil corporel parfaitement adaptée aux 3-6 ans : petit échauffement, motricité globale, expression corporelle et retour au calme.
    - 7 thèmes et un code couleur très clair qui permet à l'enfant de choisir celui qui l'inspire le plus et des variantes ludiques pour éveiller sa curiosité.
    - Un livret expliquant les bienfaits de l'exercice physique sur les fonctions cérébrales et le bien-être de l'enfant.

  • L'éducation psychomotrice ; source d'autonomie et de dynamisme Nouv.

    L’éducation psychomotrice : source d’autonomie et de dynamisme se veut une référence pour mieux comprendre le processus du développement de l’enfant, un outil pour orienter les choix, les actions et les réflexions des éducateurs professionnels ou en formation. Le contenu est fondé sur les connaissances et les recherches issues des sciences de l’éducation, de la psychologie et des neurosciences.

    Cette deuxième édition apporte un éclairage actualisé sur l’éducation psychomotrice des enfants de la naissance à 12 ans, considérée dans le sens de l’intervention favorable au bien-être et au développement global de l’enfant à travers son activité corporelle. Les connaissances théoriques et pratiques sont contextualisées dans le cadre des programmes d’éducation en cours au Québec. De plus, elles sont enrichies et illustrées avec les réflexions et les idées des éducateurs qui vivent et créent le quotidien avec les enfants. Outre la mise à jour de l’ensemble des chapitres, ce livre intègre de nouvelles notions, notamment en ce qui concerne la régulation des émotions et l’intervention en éducation psychomotrice. Des exercices inédits permettent également d’approfondir la réflexion.

    L’originalité de l’approche éducative décrite dans ce manuel tient au fait que l’intervention est abordée par niveau de développement et qu’elle intègre toutes les dimensions de l’évolution de l’enfant. L’accent est mis sur la progression de l’activité corporelle, son influence sur les comportements et son rôle comme moyen de développement et source d’épanouissement.

    Francine Lauzon, enseignante retraitée des techniques d’éducation à l’enfance du Cégep Marie-Victorin, détient une maîtrise en éducation de l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux ont porté sur l’intégration des apprentissages, la pratique réflexive comme outil de développement professionnel et le perfectionnement psychopédagogique des enseignants au collégial. Elle s'intéresse actuellement aux recherches et aux pratiques liées à la régulation des émotions et aux activités de ressourcement.

  • De la naissance à la fin de l'adolescence, les comportements moteurs des enfants se transforment profondément. Cette troisième édition du tome 2, remaniée en profondeur, présente les notions qui permettent de comprendre et d'expliquer les raisons de l'évolution des comportements. L'ouvrage décrit également les différentes étapes de cette évolution et explique les facteurs qui peuvent l'affecter.

  • Les habiletés complexes que l'on peut observer chez des personnes exerçant une activité manuelle mettent en jeu les deux mains de façon complémentaire. Ces habiletés, qui se sont développées au cours de l'évolution et qui peuvent exiger une vie d'apprentissage, se mettent en place pour l'essentiel au cours de l'enfance. Le présent ouvrage lie de façon originale le thème du développement des habiletés manuelles à celui des coordinations bimanuelles. Après avoir retracé l'émergence des habiletés manuelles d'un point de vue philogénétique, puis défini les principes de base de la coordination bimanuelle et les principales contraintes qui la caractérisent, il explore les structures physiologiques concernées, en portant l'accent sur la latéralité hémisphérique et sur le corps calleux, par lequel s'opère la majorité des échanges interhémisphériques. Puis l'auteur analyse le changement avec l'âge de ces structures et de leur fonctionnement, décrit le développement des coordinations visuo-manuelles et bimanuelles, avant d'approfondir les aspects liés à la latéralité. Le dernier chapitre, enfin, rend compte des principaux cadres théoriques permettant de comprendre le développement de ces habiletés. Par son approche pluridisciplinaire - historique, psychologique, physiologique, neuro-développementale -, cet ouvrage de référence sans équivalent en langue française est susceptible de répondre aux attentes des universitaires, chercheurs et étudiants en psychologie cognitive et en psychologie du développement, mais aussi aux chercheurs et professionnels de l'éducation physique et sportive, aux psychomotriciens et aux ergonomes.

  • Dès la préhistoire, puis dans toutes les cultures, le taux des gauchers a avoisiné les 10 %. Environnés de droitiers, ils ont toujours été considérés comme des individus singuliers, marqués, selon les époques et les lieux, d'un potentiel plus ou moins funeste ou génial. Il restait à s'interroger sur la singularité du statut des droitiers eux-mêmes, dont le comportement est plus étroitement stéréotypé et asymétrique que celui des gauchers. Quels sont les avantages d'une telle asymétrie fonctionnelle constituée par l'homme, au cours de son évolution, dans un corps a priori symétrique ? Chez les droitiers, émerge un prototype, un modèle dominant, dont la dextralité se vérifie à la fois aux niveaux de l'oeil, de la main et du pied. Il représente plus de 60 % de la population générale. Chez les gauchers, au contraire, il n'y a pas de type dominant. Leur latéralité croise de façon variable d'un niveau à l'autre. Une dextralité homogène constitue un réel avantage dans des tâches de force ou de précision. La force s'illustre dans le geste du bûcheron, auquel s'apparentent ceux des lanceurs en athlétisme. Ce mouvement rotatif s'avère mieux enchaîné et plus puissant s'il est sénestrogyre, solution naturelle des droitiers. Et les gauchers sont très rares dans l'élite mondiale des compétitions de lancer, de saut à la perche ou de décathlon, qui exigent une rotation dominante, uniformément accélérée du pied à la main. Quant à la précision, la suprématie des droitiers se vérifie en compétition de tir à l'arc ou à la carabine. Faut-il en conclure que les gauchers et les droitiers non homogènes sont maladroits et peu puissants ? Au contraire, ils deviennent très performants en condition de forte incertitude spatiale et temporelle, si le temps accordé pour réagir est très bref. C'est le cas lors des duels des sports d'opposition, en escrime notamment. En laboratoire, une latéralisation oeil-main croisée permet d'obtenir des gains en vitesse et en précision dans des tâches d'attention visuo-spatiale. La dominance latérale oculaire, qui privilégie l'oeil gauche chez 25 % des individus, se révèle être un facteur de coordination entre l'oeil et la main. Cet élément d'asymétrie perceptive, peu exploré en neurosciences, participe pourtant dès l'enfance à l'ajustement sensori-moteur.

empty