• Glory

    Elizabeth Wetmore

    Roman choral puissant et envoûtant, Glory met en scène les retombées d'une terrible agression dans une petite ville du Texas et donne la parole à celles que l'on n'a pas l'habitude d'entendre.
    14 février 1976, jour de la Saint-Valentin. Dans la ville pétrolière d'Odessa, à l'ouest du Texas, Gloria Ramirez, quatorze ans, apparaît sur le pas de la porte de Mary Rose Whitehead.
    L'adolescente vient d'échapper de justesse à un crime brutal. Dans la petite ville, c'est dans les bars et dans les églises que l'on juge d'un crime avant qu'il ne soit porté devant un tribunal. Et quand la justice se dérobe, une des habitantes va prendre les choses en main, peu importe les conséquences.
    Elizabeth Wetmore n'hésite pas à sonder les tréfonds de l'âme humaine et livre un roman dur et âpre à la beauté mordante.
    Parmi les trois finalistes de la Sélection 2020 du Grand Prix de littérature américaine.

  • Que faire quand on a tout perdu ? Renoncer ou tout recommencer ?Sydney Wells menait une vie idyllique jusqu'à la mort tragique de son mari dans un accident de la route. Absente du testament, elle est chassée de la propriété familiale par ses belles-filles, uniques héritières de la considérable fortune de son défunt époux. Alors qu'on lui offre l'opportunité de retourner à sa première passion, la mode, en tant que styliste, Sydney saisit sa chance. Naïve et manquant d'expérience, refusant d'écouter les mises en garde de ses propres filles, elle se laisse cependant vite piéger dans cet univers impitoyable...
    Humiliée et ruinée, la jeune veuve n'a plus d'autre choix que de repartir de zéro. Mais où trouver la force nécessaire pour cela ? Entre New York et Hong Kong, avec dignité et courage, Sydney s'efforce pourtant coûte que coûte de se réinventer. À la clé, un avenir plein de promesses en terre inconnue, dont elle pourra être fière...

  • Sur le marché du travail, les femmes sont encore trop souvent considérées comme le «deuxième sexe»: leur corps, leurs tâches, leur rôle social sont relégués au second plan. Blagues sexistes et avances déplacées, outils inappropriés et maladies professionnelles: que pouvons-nous faire pour améliorer la condition des travailleuses? Comment réconcilier la lutte pour l'égalité et la protection de la santé des femmes? Comment nous libérer du jugement sur notre corps?

    Ergonome et généticienne de notoriété internationale, Karen Messing s'intéresse depuis longtemps à la façon dont les différences biologiques entre les femmes et les hommes sont prises en considération dans les milieux de travail. Qu'est-ce qu'un travail «égal»? Pourquoi le salaire des femmes est-il inférieur à celui des hommes? Est-ce en raison de l'effort physique demandé? Pourquoi les outils de travail ne sont pas adaptés à la diversité des corps humains? Dans Le deuxième corps, elle conjugue à merveille rigueur scientifique et convictions féministes pour rendre compte de ses recherches sur le terrain auprès de techniciennes en télécommunications, travailleuses de la santé, caissières d'épicerie ou encore de camionneuses, mécaniciennes et soudeuses.

    Riche de son bagage scientifique et de sa longue expérience auprès des syndicats, Karen Messing livre au passage des réflexions très actuelles sur le sexe biologique et l'identité de genre, en résonance avec celles de Simone de Beauvoir. «Nous devons mettre tout en oeuvre pour nous libérer de la honte qui porte sur notre corps et ses "différences" et attirer l'attention sur les risques liés à notre travail. Et, surtout, il faut trouver des façons de nous protéger mutuellement et de nous entraider dans notre lutte pour un milieu de travail mieux adapté à notre corps et à notre vie.»

  • De 1899 jusqu'à sa mort, Karl Kraus (1874-1936) fut le fondateur, et parfois l'unique rédacteur, de Die Fackel (Le flambeau), revue lue par les plus grands (Musil, Wittgenstein ou encore Adorno). Les milieux intellectuels et les journalistes redoutent cette plume acerbe, admirée par Thomas Bernhard et à laquelle Walter Benjamin rend hommage dans cet essai lumineux. Kraus fut un fin limier du langage et a su faire apparaître « le journalisme comme l'expression parfaite du changement de fonction du langage dans le capitalisme avancé ». Mais Benjamin ne fait pas que commenter des idées, il dresse le portrait sans concession d'un dramaturge qui fut aussi son propre personnage : « "Shakespeare a tout prévu" ; en effet ! Il a surtout prévu Kraus lui-même. »

    Walter Benjamin (1892-1940) a compté parmi ses interlocuteurs Theodor Adorno, Gershom Scholem et Bertolt Brecht. Il est l'auteur d'Origine du drame baroque allemand, Paris, capitale du XIXe siècle, Petite Histoire de la photographie préfiguration de L'OEuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique. Il s'exile à Paris en 1933. Lors de l'invasion allemande, il gagne l'Espagne pour s'embarquer pour les USA. Menacé d'être remis aux Allemands, il se suicide en 1940.

  • "Les lecteurs rompus au commerce des hommes reconnaîtront la justesse de mes propos ; tous les autres les trouveront excessifs, jusqu'au jour où l'expérience, s'ils ont jamais l'occasion de faire réellement l'expérience de la société humaine, leur ouvrira les yeux à leur tour. J'affirme que le monde n'est que l'association des coquins contre les gens de bien, des plus vils contre les plus nobles."Publiées de façon posthume en 1845, ces Pensées sur le caractère des hommes et leur conduite dans la société présentent, sous forme d'aphorismes, d'anecdotes significatives ou de sentences lapidaires, l'essentiel des conclusions léopardiennes sur la morale.

  • Sait-on vraiment ce qu'est l'ego ? Nécessaire à la construction de notre personnalité, c'est aussi un parasite qui capte et détourne l'essentiel de nos ressources : notre énergie, notre conscience, notre temps. Obstacle majeur à l'Amour, sous toutes ses formes, il est l'une des principales causes de l'échec, notamment en matière de communication et de management.

    En proposant une description complète de ses manifestations et une série de critères pour le repérer quand il opère, ce livre constitue une véritable mise au point sur l'ego, en même temps qu'un guide concret de libération spirituelle. S'apercevoir que c'est l'ego (et non pas « moi ») qui parle suffit généralement à le désamorcer. Découvrir les faux besoins d'être « important » ou d'être « parfait » qu'il alimente permet de lâcher prise et de se recentrer sur l'essentiel. Ainsi, progressivement, l'ego fait place à l'amour, de soi et des autres.

    PATRICE RAS est formateur et conférencier en développement personnel, professionnel et spirituel depuis vingt-trois ans. En plus de ses études de lettres et de philosophie, il a consacré plus de trente ans à essayer de comprendre les autres. Ses recherches l'ont amené à faire le lien entre la psychologie (qui cherche à comprendre l'être humain) et la spiritualité (le voyage qui va de l'ego à l'Amour). Il est le créateur de l'EGOthérapie, un accompagnement spirituel basé sur le constat que l'ego est la source de tous les problèmes personnels et interpersonnels.

  • Quelles surprises nous réserve l'Au-delà ? Et comment imaginer la Vie après la vie ?Au fil de courts récits vivants et pleins d'humour, où vous retrouverez des visages familiers, la journaliste et auteur Natalia Trouiller vous invite aux premières loges du banquet céleste.Venez partager le festin avec les boiteux, les paralysés, les riches, les savants, votre curé et (même !) vos collègues de bureau.Un livre unique qui nous aide à comprendre les fins dernières, à ne plus avoir peur de la mort et à désirer vivre la joie du Ciel !

  • Et si vous vous libériez des regards destructeurs ?

    Nous construisons notre identité sous le regard de l'autre, depuis celui de nos parents au-dessus du berceau, jusqu'à celui de notre entourage amical et professionnel.

    Ces regards posés sur nous peuvent nous aider à grandir, ou au contraire nous blesser à vie. Car, selon la manière dont nous aurons été regardés, cette image de nous-même plus ou moins valorisante ou destructrice façonnera notre existence. Alors quand elle n'est là que pour nous porter ombrage, comment être heureux ?

    À travers de nombreux témoignages issus de sa pratique de psychologue, Muriel Mazet s'interroge sur les raisons pour lesquelles la qualité du premier regard posé sur soi peut enrichir ou écraser. Elle nous invite à envisager des moyens de faire face aux "entreprises de démolition" de ces jugements qui paralysent notre élan de vie, et nous donne les clés pour retrouver force et confiance en soi.

  • « SPE SALVI facti sumus » - dans l'espérance nous avons tous été sauvés, dit saint Paul aux Romains et à nous aussi (Rm 8, 24). Selon la foi chrétienne, la « rédemption », le salut, n'est pas un simple donné de fait. La rédemption nous est offerte en ce sens que nous a été donnée l'espérance, une espérance fiable, en vertu de laquelle nous pouvons affronter notre présent : le présent, même un présent pénible, peut être vécu et accepté s'il conduit vers un terme et si nous pouvons être sûrs de ce terme, si ce terme est si grand qu'il peut justifier les efforts du chemin. Maintenant, une question s'impose immédiatement : mais de quel genre d'espérance s'agit-il pour pouvoir justifier l'affirmation selon laquelle, à partir d'elle, et simplement parce qu'elle existe, nous sommes rachetés ? Et de quel genre de certitude est-il question ?Benedictus PP XVI

  • Être cartésien : aucun sens ? 21 idées qui ont la vie dure, répertoriées avec impertinence et démontées avec méthode.

    Aucun philosophe n'est plus connu que Descartes, et aucun n'est plus mal connu. Chacun croit savoir ce qu'il a dit, et beaucoup se dispensent de le lire.

    En vingt et un chapitres clairs et vifs, qui touchent aux différentes parties de l'oeuvre (méthode, métaphysique, physique, morale), ce livre dresse un tableau des méprises les plus constantes et présente les textes de nature à les dissiper.

    La raison cartésienne n'est pas sèche et doctrinaire comme on l'imagine : elle est exceptionnellement réfléchie et par là toujours exemplaire.

  • La mort suspecte du curé Charles-Eugène Aubert dans l'hôpital où elle est infirmière va contraindre Rosalie Lambert à se confronter à des souvenirs qu'elle avait jusque-là enfouis. C'est plus de vingt-cinq ans plus tôt, dans le dispensaire où elle exerçait, qu'elle avait fait la connaissance de ce curé si charismatique. Le soupçonnant d'avoir commis des actes allant à l'encontre de son devoir, elle avait dû s'enfuir, laissant derrière elle son grand amour. Alors que ses souvenirs reviennent la tourmenter et se mêler au présent, elle va devoir convaincre les jurés qu'elle n'est pas coupable du terrible crime dont on l'accuse...

  • Que d'aventures extraordinaires vivent les héros de la Guerre de Troie ! Ulysse, Cassandre, Achille... Ils franchissent les mers déchaînées, affrontent de terribles combattants, subissent la colère des dieux... et sont victimes de leur funeste destin.12 chapitres pour découvrir les secrets des plus célèbres d'entre eux : à chacun sa fiche d'identité et son récit légendaire magnifiquement illustré, pour mêler savoir et merveilleux !

  • Ces histoires authentiques, qui sont " amusantes et tristes comme la vie " racontent une drôle de justice.Les avocats, les procureurs, les juges s'y montrent dans leur majesté dérisoire, leurs invraisemblables maladresses, et leur comique involontaire. Mais l'essentiel est peut-être ailleurs. Au delà de l'éclat de rire ou du sourire de connivence, ces anecdotes révèlent la réalité de situations parfois préoccupantes.Par moments, une indignation se cache sous la dérision apparente et la dimension pédagogique demeure à l'évidence la préoccupation essentielle de l'auteur qui tend, à travers ces petites tranches de vie, à montrer certains aspects de leur vraie justice à ses concitoyens.

  • Tous les parents rêvent d'une vie de famille où chacun trouve sa place et où l'on peut dialoguer avec bienveillance. Mais comment y parvenir sans s'oublier ou culpabiliser ? Quels sont les mécanismes et les outils pour réussir ?Éduquer nos enfants avec bienveillance, ne pas fonder nos relations sur les rapports de force, préserver nos liens au quotidien : tout cela n'est pas si simple. Il ne suffit pas de savoir que les neurosciences ont démontré les bienfaits de ce mode d'éducation pour réussir à en appliquer les principes au jour le jour.Conçu comme un véritable programme avec des cas pratiques et des exercices, ce livre vous aidera à tenir le cap que vous vous êtes fixé, sans jugement ni injonction. L'auteure, coach formée à la Communication Non Violente et très investie sur les sujets de la parentalité et de la pédagogie, partage ici son expérience et met à votre disposition une boîte à outils pour les situations et les échanges du quotidien.


  • Pour en finir avec ces erreurs de jugement qui nous gâchent l'existence !


    Pourquoi dit-on toujours "oui" aux gens gentils ?

    Pourquoi surestime-t-on systématiquement nos compétences et nos savoirs ?

    Pourquoi préfé

  • La logique mathématique doit à Gottlob Frege l'invention d'un langage par formules, où la quantification trouve son expression. Héritier d'une double tradition, celle de la philosophie et celle de l'algèbre de la logique, Gottlob Frege fut à la fois un philosophe du concept et un logicien extensionnaliste. Ce livre retrace le parcours de ce logicien philosophe de l'idéographie (1879) aux écrits posthumes. L'invention d'une écriture conceptuelle, la définition logique du nombre, ainsi que la croyance en un monde des pensées objectives, communicables et éternelles, sont les trois volets présentés ici.

  • Au delà du récit, louvrage explique véritablement la personnalité de Pouvanaa à lintérieur de sa culture. Il rend compte de la dimension prophétique de lhomme, analyse limportance de la culture biblique dans ses discours et part à lassaut des catégories de la pensée et de la rhétorique tahitiennes pour expliquer certaines de ses décisions les plus complexes

  • La Confession est le sacrement de ceux qui, dans le Christ, expérimentent la miséricorde de Dieu, signe de sa proximité et de sa tendresse. Cet ouvrage constitue une ressource indispensable pour tous les pasteurs et les fidèles qui souhaitent vivre et faire vivre en profondeur le mystère de la Miséricorde dans le cadre du Jubilé extraordinaire. Il présente la miséricorde du Père qui agit à travers le Fils, en nous mettant à l'écoute de l'enseignement de Jésus, avant de proposer des pistes de réflexion pour mieux vivre et comprendre la Réconciliation.

  • Le thème de la Miséricorde irrigue de manière transversale tout l'enseignement des Pères de l'Église.
    Cet ouvrage propose une anthologie présentée de passages des grands auteurs chrétiens des premiers siècles de notre histoire, pour montrer combien le thème de la Miséricorde leur est cher. Ce guide utile pour animer la catéchèse ou la lectio divina, pourra guider la réflexion et la prière des fidèles durant l'Année jubilaire.

  • Quelque part au XXIe siècle... L'enfance dorée de Nelly Weatherly, une fillette impulsive, sournoise et gâtée à outrance par son père Phil, risque de prendre une tournure dramatique, alors qu'on lui diagnostique une maladie potentiellement mortelle et, surtout, incurable. Heureusement, bien avant sa naissance, son papa avait prévu le coup et, dans le plus grand des secrets, il avait chargé une entreprise de lui créer un double anonyme grâce à un protocole en marge des lois que l'on appelle Creator. Enfermée comme un animal dans une sorte de prison, la copie de Nelly vit dans des conditions inhumaines en attendant qu'on lui prélève des « pièces de rechange ». Mais lorsqu'une infirmière décide de soustraire celle qu'elle surnomme Laura à son destin, une course mortelle contre la montre s'engage.

    Dans un monde où la science prend parfois des détours qui peuvent sembler immoraux, Le Pacte interdit nous force à nous questionner sur l'abandon des valeurs humaines les plus fondamentales. Alors que les limites de plus en plus floues de cette science sont définies puis redéfinies à la hâte, on peut se demander si l'Humain a toujours confiance en la nature et si parfois, il ne devrait pas se faire une raison avant de corriger ce qu'il juge inacceptable.

  • Hiscoutine, 1370

    Le bourreau Louis Ruest et sa jeune épouse Jehanne d'Augignac se sont installés dans leur existence de couple marié et s'efforcent, autant que possible, de s'y habituer. Si le partage de leur lit se fait aussi aisément que celui de leur toit, le partage d'idées et d'émois est pour sa part ainsi dire inexistant. Les communications de Louis s'en tiennent au strict minimum. Il s'absente des jours durant pour se vouer à toutes sortes de travaux. Et Jehanne, emprisonnée par son statut de maîtresse de maison, souffre en silence de cette incompréhension mutuelle, car elle aime son époux de tout son être, ne souhaitant que son bonheur qui est aussi le sien.

    Or, voilà qu'avec la période des nombreuses festivités hivernales survient une série d'événements dont le dessein semble être de mettre la solidité de leur union à rude épreuve. En outre, l'arrivée dans leur domaine d'une personne que nul n'attendait donne le signal au dévoilement d'aveux qui risquent de fissurer une cellule familiale déjà fragile.

    Louis s'instituera alors en juge de qui dépendra le sort des siens. Choisira-t-il l'option qu'il connaît si bien, soit celle de repousser leur amour, de les faire condamner, de leur donner la mort et, ainsi de se condamner lui-même au néant, ou sera-t-il prêt à pardonner, à naître vraiment, pour vivre enfin? La réponse viendra par l'aveu bouleversant d'un secret longuement gardé, dans lequel réside pour Louis un terrifiant remède possédant le pouvoir soit de le guérir soit de le tuer.

  • Incontournable et chevaleresque, retrouvez ce grand classique de la littérature médiévale ! C'est à Roncevaux dans les Pyrénées que Roland, neveu préféré du grand Charlemagne, se retrouve pris dans un piège tendu par l'un de ses oncles. Face à la l'armée Sarrasine, les Français, sous les ordres de Roland feront preuve d'un courage immense !Texte original, intégral, augmenté de notes pour mieux savourer ce morceau de bravoure.

  • Croire ou savoir ?

    Gerard Santarini

    Un monde meilleur ? Tout le monde en rêve, plus ou moins... Mais il semble que le chemin soit encore long et pénible ! Ne serait-ce pas, entre autres, parce que les difficultés de la route sont souvent mal identifiées et les parades pour surmonter les obstacles méconnues ? Le monde souffre encore de tant d'obscurcissements, de tant d'emprisonnements intérieurs et extérieurs. La connaissance n'a pourtant jamais été aussi répandue et sa puissance aussi grande et disponible. Mais son pouvoir de libération reste encore largement ignoré, voire dénigré. La science est aujourd'hui très forte mais la conscience est encore très faible !
    Cet essai se veut une contribution à la réflexion sur les multiples résistances à l'avancement vers plus de liberté, de fraternité et de bonheur et sur les moyens de les vaincre. Il n'apporte, bien sûr, aucune réponse définitive, mais il livre quelques pistes.
    Réquisitoire contre les effets pervers des religions, nationalismes, patriotismes et autres communautarismes plus ou moins latents ou plus ou moins avoués, il est aussi un plaidoyer pour la connaissance universelle ainsi que pour le doute et la recherche qui permettent d'y accéder. Hymne à la vérité, il exhorte à l'ascèse de la compréhension, à la pratique de l'émerveillement, à l'éveil des consciences.
    L'auteur y livre son propre témoignage et propose un chemin vers une spiritualité ouverte, adaptée à notre époque et compatible avec les merveilleuses découvertes de la science.

  • Issu du milieu artistique, je n'avais pas fait un lien explicite entre la gestion et l'art comme mode de recherche, de connaissance et d'action. Former des artistes à un métier de créateur ou d'interprète et former des chercheurs à l'analyse des diverses disciplines artistiques sont deux choses très différentes. Les conservatoires préparent des gens à faire carrière dans l'exercice d'un art. La sélection est capitale dès l'admission. Donner des connaissances sur l'art à quelqu'un qui n'a pas l'étoffe d'un artiste ne va pas le « convertir », même s'il parvenait à réussir haut la main les examens portant sur ses connaissances théoriques. Beaucoup d'appelés, mais peu d'élus ; et le marché est impitoyable. _x000D_
    _x000D_
    De même, avoir des connaissances sur l'action et la gestion peut ne pas déboucher sur la capacité d'agir et de gérer, sur l'intelligence dans l'action. Avoir la « tête bien pleine », pour reprendre l'expression de Montaigne, ne garantit aucunement qu'on ait une tête bien faite pour créer, agir ou gérer efficacement. Gérer est difficile et complexe. Là aussi, la sélection est primordiale. _x000D_
    _x000D_
    Dans une école de gestion, ce « conservatoire de gestionnaires », la cohabitation entre la pratique de l'art et la recherche sur l'art ne peut faire autrement que conduire à des tensions. Former à agir est une mission très difficile, impossible presque, au cours de laquelle on ne peut mésestimer l'importance de la subjectivité, même si l'objectivité demeure essentielle à la prise de décision. Car diriger est une pratique, pas une science._x000D_

empty