• Ariane, la fille cadette du souverain s'éprend un jour de Thésée, prince d'Athènes, pourtant condamné à connaître le même sort tragique que ses camarades. Emportée par sa fougue, la jeune fille élabore un stratagème audacieux pour permettre au jeune homme d'échapper au terrible monstre.

    1 autre édition :

  • Trois mille ans se sont écoulés depuis que la Sphinx a posé cette énigme : "Quelle est la créature qui marche sur quatre pieds le matin, sur deux pieds à midi, et sur trois au coucher du soleil ?" OEdipe répondit que c'était l'homme, qui marche enfant à quatre pattes, se tient debout dans la force de l'âge et s'appuie sur un bâton en sa vieillesse. Une fois ce secret révélé et la Sphinx disparue en mer, OEdipe accéda au trône et épousa la veuve royale, Jocaste, sa propre mère. Mais quand il apprit la vérité sur ses origines, privé de toute possibilité de rachat, il se creva les yeux. Or, selon De Quincey, il existe une autre solution de l'énigme, une signification plus profonde, laquelle tient tout entière dans ce mot : OEdipe. L'auteur livre peut-être la clef de cet effroyable destin.

    Après une enfance difficile, Thomas De Quincey (1785-1859) a pu entamer de brillantes études à l'université d'Oxford. Mais il entre très vite dans une dépendance à l'opium, remède pour soigner de fréquentes névralgies, au point de devenir "un opiomane régulier et invétéré". Outre les Confessions d'un mangeur d'opium anglais, on lui doit de nombreux traités, études, articles, dont De l'Assassinat considéré comme un des beaux-arts. C'est Baudelaire qui a contribué à le rendre célèbre en France.

  • Quand un grand théologien se fait exégète, il se révèle également historien. Relisant les milles et une façon qu'a eu l'Église de lire la Bible à travers les âges, E. Durand montre combien il n'y a pas de parole sur Dieu qui puisse ignorer la Parole de Dieu.
    Sans congédier ni diminuer la sainteté des Écritures, osons-nous affronter leur complexité ? Nous n'avons pas vraiment le choix. La condition mixte des Écritures est si sensible, par l'intrication constante de l'humain et du divin, la conjugaison de l'alliance et du péché, l'alternance de l'humain et de l'inhumain. Puisque Dieu s'adresse à son peuple et à l'humanité tels qu'ils sont, de grands défis sont incorporés au témoignage écrit de la parole de Dieu. L'interpellation divine et la réponse humaine, parfois confuse, souvent rebelle, sont étroitement tissées dans les corpus de la Bible. Alors jusqu'où ouvrir le livre ? Comment lire plus loin ? Qui le fait avec compétence ? À quel prix et sous quelle visée ? Pour affronter ces questions de façon responsable, il est nécessaire de clarifier la nature et le bon usage des Écritures selon la tradition chrétienne. D'où cette brève théologie des Écritures, orientée vers une conversion individuelle et ecclésiale.

  • Le rêve, matériel décisif dans le travail analytique, constitue en quelque sorte un dialogue permanent avec l'inconscient. L'avancée de sa connaissance et les progrès de son déchiffrage continuent de représenter un enjeu important pour les rêveurs qui s'y consacrent et pour tous ceux qui s'intéressent aux modalités de la pensée du sommeil.

    Gisèle Chaboudez propose un abord renouvelé du déchiffrage des rêves, à la lumière des apports freudiens, de leurs remaniements et de leurs prolongements lacaniens, ainsi que de sa longue expérience clinique personnelle. Le rêve est exploré dans les processus littéraux qui le construisent, dans cette écriture en images dont le sens n'apparaît pas spontanément, dans la logique qui l'anime en séquences successives, comme en plusieurs actes d'un théâtre dont on ne perçoit pas aussitôt l'enchaînement. Il comporte encore des zones à éclairer pour saisir plus loin en quoi consiste cet inconscient qui écrit, qui secrète au sein du langage ses assemblages de mots en images, qui se manifeste comme un langage se servant des images pour faire apparaître son écrit.

  • Non, la littérature jeunesse n'est pas un petit genre, une toute petite littérature à la mesure de ceux à qui elle est destinée, n'en déplaise à tous les François Busnel de la terre ! Patrick Ben Soussan nous offre là un beau plaidoyer pour la littérature jeunesse.

  • Cette étude parut à Vienne, en 1923, dans les Monumenta talmudica, ouvrage savant et oecuménique prestigieux. L'auteur y aborde, de manière très didactique, la difficile question du statut des rêves dans le Talmud. Son mérite est d'avoir montré, à travers les textes, combien la société juive, même pharisienne, a été poreuse au monde antique, à ses superstitions, à sa culture. Les maîtres du Talmud n'ont nullement rejeté le savoir gréco-romain?; ils en ont pris acte et l'ont traité (Aristote, Hérodote, Plutarque et Artémidore, l'auteur de l'Onirologie, sont notamment cités dans l'ouvrage). Ils ne se sont guère non plus montrés insensibles aux croyances populaires de la culture environnante. Ils en ont intégré les formes disparates dans leurs discours, qui témoignent aussi de la diversité des jugements propre à la tradition orale du judaïsme. Né en 1884 en Galicie, Alexander Kristianpoller est issu d'une famille de rabbins cultivés. Il suivit à Vienne l'enseignement secondaire du lycée puis entra au séminaire rabbinique. Inscrit par ailleurs à l'université, il obtint un doctorat en philosophie. à l'automne 1942, après que la bibliothèque où il travaillait fut fermée, lui et son épouse sont acheminés vers la région de Minsk. À leur arrivée, ils sont assassinés, avec tous les Juifs du convoi, dans une forêt proche de la ville.

  • « La clinique étonne et contraint le praticien. Son délaissement dans le champ de la psychiatrie et de la recherche va de pair avec la primauté actuelle accordée à l'image, où l'entendu ne peut être que négligé.
    Cet ouvrage montre que c'est la psychanalyse qui retrouve le fil des discours psychotiques, au cas par cas. Cette clinique n'est pas celle des symptômes assourdissants, mais celle d'une articulation incessante à la théorie qui la sous-entend et s'en trouve modifiée.

    L'entreprise a pour objet - à partir d'une remise sur ces bases légitimes de ce qui est en jeu dans les psychoses - d'oeuvrer pour l'appréciation des déterminants, des circonstances de déclenchement, de déploiement, et des conditions d'une action thérapeutique raisonnée. On entendra, dans ce qui est écrit, le souci de l'auteur de transmettre cette attitude en faisant appel à son tour au transfert du lecteur - 'qu'il y mette du sien'', comme l'y incitait Jacques Lacan. Il sera alors, à chaque détour du texte, plongé dans l'étonnement d'une nouvelle et authentique clinique. » Jean Bergès

    Par rapport à l'édition originale, cette nouvelle parution comporte quelques ajouts. Un accent particulier a été porté sur la question du transsexualisme, de la manie, de la mélancolie, ainsi qu'à la problématique des pulsions. Trois entretiens présentés en annexe viennent compléter ces considérations cliniques sur les psychoses.

    Marcel Czermak est psychiatre des hôpitaux, psychanalyste, membre de l'Association lacanienne internationale.

     Mise en vente le 16 février 2012

  • La psychothérapie alchimique se conçoit avec le travail des rêves dans lesquels on repère aujourd'hui les mêmes images fondamentales et les dynamiques du processus déjà contenues dans la tradition hermétique. Les 44 illustrations et études de cas qui sont incluses dans cet ouvrage en attestent.

  • Qu'est-ce que condamner ? Loin des stéréotypes juridiques et médiatiques, ce livre offre les outils pour comprendre une pratique, le système dans lequel elle s'inscrit et les normes qui la façonnent.

    Destiné à devenir une référence en sociologie de l'administration de la justice pénale, ce livre est construit sur le double sens du mot « condamner » : l'action qui oriente l'ensemble du système pénal et la pratique spécifique des juges des tribunaux correctionnels auprès de qui l'auteur a mené une recherche sur la justification de leur action.

  • Gabriel Tarde (1843-1904) est l'un de ces pionniers des sciences sociales qui proposa une nouvelle analyse de la société de la Belle Époque. En une dizaine d'ouvrages, Tarde formule et systématise une sociologie de la circulation où l'imitation se distingue comme le lien social par excellence et où le tout diffère de la somme de ses parties.
    La publication conjointe des inventaires des manuscrits de Gabriel Tarde, conservés à Sciences Po (Paris), et de sa bibliothèque, conservée à l'École nationale d'Administration pénitentiaire (Agen), appelle à un retour aux sources primaires de sa pensée, tout en opérant une réunification du laboratoire où Tarde travaillait à son oeuvre.
    L'introduction de Louise Salmon retrace l'histoire du fonds Tarde depuis le manoir familial de La Roque Gageac jusqu'aux lieux où ils sont aujourd'hui accessibles à tous les chercheurs. Elle propose une relecture des manières de faire d'un intellectuel au travers de ses multiples pratiques de lecture et d'écriture : journal intime, saynètes, poèmes, notes de lecture, manuscrits de travail, cours, articles, ouvrages et correspondance.
    Plus qu'un simple instrument de recherche, cet ouvrage révèle les multiples possibles d'une vie et d'une oeuvre en train de se faire.

  • Le terme « appropriation » est de plus en plus utilisé en sciences humaines, sans pour autant que l´on sache à partir de quels postulats il se trouve justifié, que ce soit pour expliquer une action ou pour en faire une méthode de recherche. Le but de ce court essai est de l´intégrer à une théorie de l´interprétation qui en révèle pleinement sa puissance, et c´est à partir du pragmatisme de Charles Sanders Peirce que cela est possible.

  • Lire l'entretien avec l'auteur (propos recueillis par Audrey Minart)

    À l'échelle individuelle, nous sommes nombreux à nous sentir démunis face à la puissance d'une organisation terroriste dont les adeptes sont prêts à mourir pour répandre le sang et la terreur. Que les champs de bataille nous paraissent lointains ou que l'épicentre du drame se déclare dans notre ville, les coups de feu retentissent dans nos foyers chaque fois que l'horreur envahit  nos écrans. Sur le registre de l'imaginaire, nous sommes tous victimes du terrorisme.

    Dans ce monde submergé de photos et de vidéos diffusées par les populations victimes elles-mêmes, que pouvons-nous faire pour résister et protéger les plus jeunes de cette entreprise de terreur ? Cet essai propose une lecture de ce combat, que nous perdons chaque fois que nous abandonnons notre imaginaire à l'ennemi.

  • Description de différentes méthodes d'analyse de données épidémiologiques présentées sous forme de tableaux de contingence.

  • Parmi la trentaine de textes déjà publiés dans des ouvrages collectifs ou encore dans les Cahiers jungiens de psychanalyse, l'auteur nous démontre que cette créativité de l'âme intervient dans l'accomplissement de la guérison - l'on vient en analyse parce que l'on souffre - et parce que le contact avec l'inconscient va permettre de déchiffrer ses symptômes et de trouver de nouvelles pistes pour relancer sa vitalité. Mais aussi et surtout dans le sens d'évolution de la personnalité nommé par Jung : processus d'individuation. Accessible à tous, l'art de rêver, l'apprentissage progressif de l'accueil et de l'interprétation des images issues de l'inconscient est bien sûr, une part capitale de ce cheminement que l'auteur va illustrer tout au long de ces chapitres par des récits de rêves et de situations relatées par ses analysants au fi l des séances.

  • Croire ou savoir ?

    Gerard Santarini

    Un monde meilleur ? Tout le monde en rêve, plus ou moins... Mais il semble que le chemin soit encore long et pénible ! Ne serait-ce pas, entre autres, parce que les difficultés de la route sont souvent mal identifiées et les parades pour surmonter les obstacles méconnues ? Le monde souffre encore de tant d'obscurcissements, de tant d'emprisonnements intérieurs et extérieurs. La connaissance n'a pourtant jamais été aussi répandue et sa puissance aussi grande et disponible. Mais son pouvoir de libération reste encore largement ignoré, voire dénigré. La science est aujourd'hui très forte mais la conscience est encore très faible !
    Cet essai se veut une contribution à la réflexion sur les multiples résistances à l'avancement vers plus de liberté, de fraternité et de bonheur et sur les moyens de les vaincre. Il n'apporte, bien sûr, aucune réponse définitive, mais il livre quelques pistes.
    Réquisitoire contre les effets pervers des religions, nationalismes, patriotismes et autres communautarismes plus ou moins latents ou plus ou moins avoués, il est aussi un plaidoyer pour la connaissance universelle ainsi que pour le doute et la recherche qui permettent d'y accéder. Hymne à la vérité, il exhorte à l'ascèse de la compréhension, à la pratique de l'émerveillement, à l'éveil des consciences.
    L'auteur y livre son propre témoignage et propose un chemin vers une spiritualité ouverte, adaptée à notre époque et compatible avec les merveilleuses découvertes de la science.

  • Réponses intelligentes à des questions brûlantes sur la Bible! Jésus était-il marié ? Est-il vraiment né d'une vierge ? La Bible est-elle misogyne, ou alors homophobe ? De jeunes biblistes qui n'ont pas froid aux yeux répondent à ces questions délicates, et à d'autres encore, avec un grand sens de la nuance et dans une langue claire et accessible.

  • L'image est omniprésente, elle est partout. C'est un ensemble de signes qui établit un rapport de "ressemblance" avec une certaine réalité qui peut être palpable ou abstraite. La notion de "ressemblance" est substituée aujourd'hui à celle de « l'iconicité » (Moles, Metz, Pierce). Comme la langue, l'image reflète, traduit les éléments de civilisation, de société et de culture. L'image est comme un "texte" ; elle peut être lue et décodée. Sa compréhension, comme le texte, dépend de beaucoup d'éléments, d'indices, de symboles, etc. Née de la vie, elle explique directement ou indirectement les façons de penser et d'agir de ceux qui l'ont produite. De plus, l'image est considérée comme un support visuel pertinent où le signe iconique domine sur le "linguistique" (le graphique). Elle comporte des représentations sociales, culturelles et mythiques ; elle attribue à ces représentations une ampleur en les plaçant dans un contexte concret.
    En pédagogie, il nous a donc paru intéressant à la lumière des recherches iconologiques et sémiologiques, d'essayer de voir quels attributs spécifiques de l'image pouvaient être exploités au mieux dans un processus d'apprentissage de la lecture de l'image.

  • La référence en matière d'interprétation des gestes !
    La manière dont vous téléphonez, croisez les jambes ou les bras, utilisez vos doigts en révèle plus sur vous que vous ne l'imaginez. Tous ces gestes, en apparence anodins et accomplis instinctivement, reflètent votre état émotionnel et trahissent vos pensées réelles. Ce guide pratique et illustré vous apprendra à interpréter les gestes de vos interlocuteurs. Il vous révélera comment détecter le mensonge ou la trahison et comment évaluer l'anxiété, la confiance ou la séduction. Décodeur gestuel complet,
    Ces gestes qui vous trahissent vous donnera une longueur d'avance sur les autres.

  • Dans son édition hivernale, Continuité s'intéresse à l'avenir du patrimoine bâti. Alors que la Loi sur le patrimoine culturel fête son cinquième anniversaire et que le gouvernement travaille au renouvellement de sa politique culturelle, la Table de concertation des acteurs nationaux en patrimoine bâti du Québec a organisé un grand sommet cet automne. Son objectif ? Réunir les forces vives du milieu afin de partager des expériences, de dresser un état des lieux, d'identifier les enjeux actuels du domaine et de proposer des actions pour l'avenir. Continuité profite de l'occasion pour rendre hommage à ces organismes et explorer avec eux le contexte dans lequel ils oeuvrent à la sauvegarde et à la mise en valeur de notre héritage bâti. Également au sommaire, une chronique sur la sauvegarde par la Société d'histoire de Charlevoix de la forge Riverin à La Malbaie, et une enquête sur le patrimoine immatériel de la MRC des Basques.

  • Compléter des séries de chiffres, mémoriser des figures géométriques, dessiner un arbre, interpréter des taches d'encre... Les tests de recrutement sont une gymnastique à laquelle il est bon de se préparer avant d'affronter psychologues et cabinets de sélection.
    Conçu dans le même esprit que Les Tests démystifiés, dont le succès depuis vingt ans ne s'est pas démenti, cet ouvrage se veut un manuel pratique pour mieux analyser les tests et les passer avec succès.
    Parce que les données du recrutement et de la psychologie ont évolué et parce que trouver un emploi est aujourd'hui plus difficile que jamais, Les Nouveaux Tests démystifiés offrent une approche actualisée de la question et de nombreux exercices d'application.

    Couverture : illustration Christian Roux
    />

  • S'appuyant sur une connaissance approfondie de la pensée analytique européenne et une solide culture littéraire et philosophique, le travail théorico-pratique que Ferro présente ici opère une conjonction féconde entre les développements bioniens de la pensée freudienne - notamment sur le rêve et sur le groupe - et les avancées de la philosophie et de la sémiologie italienne centrée sur l'oeuvre capitale d'Umberto Eco, ce dont le titre de cet ouvrage rend compte.

    "Pour approcher la démarche de pensée de Ferro, il ne suffit pas de rappeler qu'il est rompu à la métapsychologie, tant freudienne que kleinienne et bionienne, dont il contient les similitudes et les différences, maîtrisant leurs articulations sans jamais tomber dans un magma totalisant ou un ostracisme borné. Il faut ajouter qu'il utilise de la façon la plus pertinente sa compétence bionienne du domaine de la mentalité de groupe pour l'articuler, voire l'opposer, aux développements oedipiens du sujet. Il faut aussi souligner qu'il ne cesse de mettre à l'épreuve ses synthèses et ses apories théoriques au travers d'un enseignement s'étendant aux deux hémisphères de notre planète, et qu'il demeure curieux et ouvert aux élaborations nouvelles de ses collègues.

    Enfin il est rare de rencontrer un psychanalyste capable de parler avec une telle liberté et une telle sérénité des mouvements introjectifs qui lui permettent d'accueillir ses patients en tant que personnages, non seulement de sa rêverie diurne mais aussi de ses rêves de la nuit, et d'utiliser largement ce vécu privé pour l'analyse de son contre-transfert." (Florence Guignard)

  • Les valeurs de base de l'évaluation créative - Les quatre préceptes du processus de l'évaluation créative - L'analyse psychosociologique d'une valeur - Une prise de conscience à la grandeur de la planète - Une stratégie pour clarifier les valeurs - Le modèle systémique : son processus décisionnel; sa composition rationnelle; son interprétation fonctionnelle - L'équilibration des deux cerveaux dans l'évaluation effective - L'acceptation globale de la dimension humaine - La validation des instruments de mesure - L'organisation des objectifs opérationnels - L'implantation - Le décodage de l'information - L'expertise des comportements spontanés - Les documents et les dossiers - Le codage des observations.

  • À partir des développements des théories cognitives de la linguistique et de la psychologie de la perception, l'auteure définit la nature du langage visuel ainsi que les règles d'association qui gouvernent leurs regroupements dans le champs visuel. Elle distingue les éléments structurels bidimensionnels et tridimensionnels propres aux représentations visuelles.

  • Emile Durkheim est un des fondateurs de la sociologie et ses ouvrages sont réputés interroger les seuls aspects sociaux de la vie collective. Cette image consacrée dissimule, pour Bernard Lacroix, un aspect essentiel de sa pensée. L'étude détaillée des premiers écrits d'Emile Durkheim, en révélant les principaux thèmes d'une pensée qui se cherche (l'Etat, l'autorité et la cohésion sociale) et le domaine d'investigation dans lequel elle s'inscrit (les sciences politiques et morales du temps) suffit à convaincre de l'enjeu politique de la réflexion initiale du sociologue. La restitution de l'itinéraire intellectuel de l'auteur dans ses rapports avec la trajectoire biographique de ce dernier (qui conduit Bernard Lacroix à présenter la première interprétation psychanalytique de la dynamique de l'oeuvre à partir d'un matériel d'archives inédit) confirme que plus Durkheim paraît s'éloigner de la société de son époque, plus le coeur de sa réflexion devient le pouvoir. Il est alors surprenant de découvrir, au terme de l'analyse, que le phénomène pouvoir est au centre d'un argument toujours repris au point de constituer peut-être l'un des principes d'unité de l'oeuvre du sociologue. Indéniable modernité d'une pensée jugée, à tort, prématurément défraîchie...

empty